La course d’Israël pour contenir la violence à Ramallah


Les services sécuritaires israéliens avaient averti de la montée du Hamas en Cisjordanie mais B. Netanyahu avait refusé de modifier sa politique consistant à donner à soudoyer les Hamas à Gaza pour y avoir le calme, à tabler sur la poursuite de l’accalmie en Cisjordanie et à se concentrer sur le front sur le front Nord et sur les tunnels du Hezbollah tout en continuant à se battre contre l’enracinement de la présence iranienne en Syrie et le renforcement du Hezbollah. Mais …


Synthèse, traduction & chapô, Blandine le Roy pour LPM

Les forces de sécurité israéliennes et des experts médico-légaux inspectent le lieu d’un attentat terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de l’implantation Givat Asaf, au nord-est de Ramallah, le 13 décembre 2018. (Ahmad Gharabli/AFP)


L’article de Ben Caspit

Après avoir décrit les incursions et les ripostes mortelles aux agressions palestiniennes (sur les soldats israéliens) perpétrées probablement par des auteurs affiliés au Hamas, Ben Caspit constate que : « le Hamas joue un rôle intelligent. Dans la bande de Gaza, il a laissé les mains libres à l’Egypte et au Qatar, acceptant de sa part une allocation mensuelle de 15 millions de dollars du Qatar sous les auspices israéliens, lui permettant de garder la tête hors de l’eau et de contrôler les militants locaux. Le Hamas consacre maintenant l’essentiel de ses efforts à la Cisjordanie. S’il ne peut mettre le feu à Gaza en raison de diverses contraintes, il est déterminé à semer le trouble à Ramallah. De tels troubles pourraient mettre Netanyahu en danger. Israël avait réussi jusqu’à présent à contrecarrer ces intentions. Mais une cellule terroriste qui tourne autour de Ramallah laisse entrevoir un premier succès pour le Hamas. »

Un militaire de haut rang a déclaré à Al-Monitor que «  Nous pensons que ces deux attaques terroristes de cette semaine sont le produit d’une même cellule. (…) les résidents locaux les aident, ils ont des plans, des armes et ont l’intention de continuer à attaquer. »

B. Caspit : « … Israël doit rapidement arrêter la cellule avant qu’elle ne suscite un soutien palestinien généralisé et enthousiaste. Le Hamas a une autre idée en tête : il veut continuer à semer la mort et à secouer un public palestinien indifférent et désireux de la reprise économique de l’Autorité palestinienne et d’un meilleur niveau de vie que ceux de ses frères à Gaza ou en Syrie. »

Ben Caspit : « Dans la soirée du 13 décembre, Netanyahu a émis un avertissement au Hamas : Israël ne maintiendra pas un cessez-le-feu avec Gaza si le Hamas perpétue le terrorisme en Cisjordanie. La menace était creuse. Le Hamas n’est pas le seul a vouloir un cessez-le-feu avec Israël à Gaza. Une trêve est également dans l’intérêt de Netanyahu et il avalé une pilule amère pour l’obtenir. Il n’a pas vraiment d’alternative. Une opération contre le Hamas à Gaza n’est pas envisagée tant que l’armée israélienne est déployée sur le front nord avec le Liban et tant que le traitement de la question explosive et stratégique des tunnels d’attaque du Hezbollah creusés depuis des années sous le nez d’Israël n’est pas réglé. Netanyahu a besoin d’un cessez-le-feu avec Gaza au moins autant que Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza. Israël a rejeté les nouvelles règle du jeu de Sinwar, établissant une distinction entre Gaza et la Cisjordanie  qui permet au Hamas de brandir son bâton meurtrier des deux côtés. »

«  Netanyahu a été particulièrement malmené par ces évènements. Les rumeurs d’un nouveau soulèvement social en Israël inspirés par la manifestation des gilets jaune à Paris et par une vague de hausse des prix sont dans l’air. »

Ben Caspit : « En ces années creuses du président palestinien M. Abbas, les troubles sont tangibles avec une bataille de succession menée dans les coulisses et avec une frustration constante à l’égard de la politique israélienne à Gaza. Nourrir le Hamas affaiblit Abbas. » Une source des services de sécurité israéliens a déclaré à propos d’Abbas à Al-Monitor : « Nous l’affaiblissons systématiquement et nous nous plaignons ensuite de sa faiblesse. »

L’auteur : Ben Caspit, est chroniqueur à Al-Monitor et analyste politique pour les journaux et medias israéliens. Il a publié en Juillet 2017 « The Netanyahu Years ».

www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/12/israel-west-bank-palestinians-hamas-benjamin-netanyahu-idf.html

Ben Caspit

Éditorialiste et analyste politique chevronné, Ben Caspit fut le correspondant du quotidien {Maariv} à New York, puis son commentateur politique jusqu'il y a peu. Il écrit dans de multiples journaux, tel le {Forward} aux États-Unis, et pour des {media} électroniques comme {Al-Monitor}. Il tient également en Israël une chronique quotidienne à la radio et anime des émissions télévisées. Il est l'auteur de plusieurs livres, dont “Le suicide – un parti renonce au pouvoir” sur le renoncement du parti travailliste israélien, “Netanyahu, sur les chemins de la puissance” et “Barak, soldat numéro 1” (en hébreu).