Traducteur : Bernard Bohbot pour LPM

Auteur : Jodi Rudoren pour The Forward17 mai 2021

https://forward.com/opinion/469779/an-interview-with-mohammad-darawshe-arab-israeli-leader-on-the-internal/?emci=1b033113-7abd-eb11-a7ad-501ac57b8fa7&emdi=c07f52dd-d6bf-eb11-a7ad-501ac57b8fa7&ceid=133226 

Mis en ligne le 14 juin 2021


Si la dernière escalade entre Israël et les militants de Gaza est tragiquement familière, l’aspect nouveau et à bien des égards le plus effrayant est la violence interne entre Arabes et Juifs qui sévit dans les villes d’Israël dites mixtes et dont beaucoup craignent qu’elle ne dégénère en guerre civile.

Des émeutiers arabes ont incendié des synagogues et des commerces appartenant à des Juifs. Des foules de Juifs extrémistes ont battu des citoyens arabes presque à mort et ont vandalisé leurs maisons, leurs magasins et leurs voitures. Lundi, Yigal Yehoshua, un résident juif de 56 ans de Lod, a succombé aux blessures qu’il a subies lorsque des Arabes ont tenté de venger le meurtre par balle de Moussa Hassouna, également de Lod.

Lod, ville ouvrière située près de l’aéroport international Ben Gurion, a été le théâtre de ces horribles affrontements. Elle a des racines bibliques et une histoire moderne terrible : la quasi-totalité de ses résidents arabes ont été expulsés par les forces israéliennes pendant la guerre de 1948, faisant des centaines de victimes. Mais les émeutes racistes se sont également propagées à Acre, Jaffa, Ramleh et même Haïfa, longtemps présentée comme un modèle de coexistence. Il s’agit de loin de la pire violence interne depuis les événements d’octobre 2000, lorsqu’une série de manifestations a entraîné la mort d’une douzaine d’Arabes et d’un citoyen israélien juif.

Cette épidémie a perturbé ce qui avait ressemblé à un progrès. Des négociations étaient en cours qui, pour la première fois, auraient pu aboutir à une coalition gouvernementale israélienne comprenant des députés arabes. La pandémie de coronavirus, tout en révélant les inégalités entre les zones juives et arabes, avait également mis en évidence le leadership arabe en matière de soins de santé.

Il y a un peu plus d’un mois, le Forward s’est associé à ma synagogue, le Temple Ner Tamid de Bloomfield, dans le New Jersey, pour organiser une conversation Zoom avec Mohammad Darawshe, un dirigeant du groupe de coexistence Givat Haviva qui a mené une campagne infructueuse ce printemps pour un nouveau parti appelé Ma’an, qui signifie “ensemble” en arabe. Darawshe a quatre enfants, âgés de 18, 19, 25 et 26 ans, qui constituent la 28e génération de sa famille à grandir à Iksal, un village musulman d’environ 15 000 habitants – la moitié du clan Darawshe – situé à l’extérieur de Nazareth.

Au cours de cette conversation, le 11 avril dernier, Darawshe était à la fois optimiste et réaliste. Une chose m’a marqué : le projet de Givat Haviva qui a envoyé des centaines d’enseignants arabes dans des écoles juives, donnant aux élèves des images des Palestiniens différentes de celles qu’ils voient trop souvent aux informations.

Je me suis demandé toute la semaine ce que la violence interne avait fait au sobre espoir de Darawshe. Je l’ai donc appelé lundi matin. Quand je lui ai demandé s’il tenait le coup, il a répondu : “A peine.”

On trouvera ci-dessous des extraits de notre conversation, modifiés dans un souci de clarté et de longueur.

Au sein d’Iksal, dit Darawshe, les choses ont été plutôt calmes, bien qu’une dizaine d’enfants aient été arrêtés pour avoir jeté des pierres sur le poste de police l’autre nuit. Mais, dans sa famille de six personnes, trois avaient eu “des interactions avec des foules, des foules juives“, m’a dit Darwashe, “qui se sont heureusement terminées sans qu’il n’y ait de blessés“.

La première fois, c’était mercredi, alors qu’il se rendait en voiture à Afula, à environ 15 minutes de là, pour rendre visite à un ami hospitalisé pour des problèmes cardiaques.

“J’ai été personnellement arrêté, ils me demandaient si j’étais juif ou arabe. Ce sont des gangsters avec des kippas sur la tête, ils arrêtent les voitures dans les zones où ils savent que les voitures des Arabes passeront. Donc si vous êtes Arabe, vous pouvez être battu. Ils vous demandent : “Juif ? Arabe ? Arabe, Arabe, Arabe’. J’ai dit : “Juif”. Je veux m’échapper, c’est la seule façon de m’échapper. J’aurais dit “Arabe”, on m’aurait frappé au visage à travers la fenêtre, tiré hors de la voiture, jeté à terre au milieu de centaines de poings, et Dieu sait ce qui serait arrivé. Si vous mettez de l’essence et avancez, vous recevrez probablement une pierre dans la fenêtre.

Je ne suis pas retourné à Afula depuis. Et je ne laisserais pas mes enfants ou ma femme y aller. Je ne me porterais pas volontaire comme victime à Afula ni dans n’importe quelle ville juive. Je change d’itinéraire, je ne vais pas sur les mêmes routes. Je retarde les choses, en espérant que les événements se calment, peut-être deux semaines. Vous n’avez pas besoin d’aller affronter le danger en face.”

L’aîné de Darawshe est le gérant d’une pharmacie dans une ville qu’il m’a demandé de ne pas nommer pour la sécurité de son fils. Il a raconté que jeudi, environ cinq jeunes hommes sont venus et ont demandé au garde s’il y avait des employés arabes dans la pharmacie. “Le garde a répondu que non“, m’a-t-il dit. “Heureusement, il y avait un garde armé, un juif, qui les a empêchés d’entrer dans la pharmacie“.

Le même jour, dit-il, sa fille, qui étudie la génétique à l’Institut Technion-Israël de technologie à Tel Aviv, a été arrêtée par un agent de sécurité, qui a dit que si cela ne tenait qu’à lui, il ne la laisserait pas entrer sur le campus. Elle l’a ignoré, lui a montré sa carte, est allée dans son laboratoire et a terminé sa journée.

C’est la pointe de l’iceberg. Entre mon village et Afula, il y a un fossé de 15 km. Dans les villes mixtes, il pourrait n’y avoir que six mètres. Donc vous ne pouvez éviter de passer par certains quartiers. Parfois, c’est même par le même immeuble.

La plupart des événements ne se déroulent pas entre les résidents juifs et arabes des mêmes quartiers. La plupart du temps, ils opposent des foules importées des colonies juives de Cisjordanie pour venir mettre le feu aux poudres. Les foules arabes viennent des villes elles-mêmes. Les résidents juifs sont enflammés par des Juifs de l’extérieur, pour la plupart.

L’incendie des synagogues : c’est stupide, c’est mal, c’est un crime et c’est une erreur. Il n’y a pas assez de mots pour décrire à quel point c’est mal.

J’ai parlé à des gens à Lod, beaucoup d’entre eux essayaient de justifier cela en disant que c’étaient les Juifs qui avaient tiré sur les fidèles dans la mosquée, en invoquant “qui avait fait quoi en premier”, comme si cela pouvait être utilisé comme une justification.

Je leur dis que nous devons avoir des lignes rouges. Il y a une ligne rouge qui consiste à ne pas blesser des civils innocents. Si vous voulez sortir et manifester contre la police, d’accord, mais des individus innocents, des humains, des voisins, des résidents, des civils – ce n’est pas acceptable et c’est une ligne rouge que vous ne pouvez pas franchir.

Lorsque vous parlez aux gens, ils ont tendance à être d’accord, mais dans le feu de l’action, vous n’êtes pas là pour leur parler. Une fois que vous leur avez parlé pendant dix minutes, ils vous disent : “Vous avez raison, vous avez raison, vous avez raison“, mais la veille, ils l’auraient peut-être fait.

Nombreux sont les sujets de blâme de part et d’autre, mais M. Darawshe en attribue carrément la responsabilité au Premier ministre Benjamin Netanyahu qui, il y a peu, a promu l’adoption de la loi sur l’État-nation, qui donne la priorité à la judéité d’Israël sur sa nature démocratique, ce qui est, selon lui, l’une des pires choses qui soient arrivées aux citoyens arabes.

Il a noté qu’en raison de l’escalade entre l’armée israélienne et les militants palestiniens dans la bande de Gaza, et des violences internes entre Arabes et Juifs qui l’accompagnent, le leader sioniste religieux de droite Naftali Bennett et Mansour Abbas, un législateur arabe, se sont tous deux retirés des pourparlers visant à former une coalition anti-Netanyahou.

Tout ce qui se passe est orchestré, peut-être pas dans les détails, mais tout est orchestré par Benjamin Netanyahu dans le but d’empêcher une coalition alternative qui pourrait le renvoyer chez lui et l’évincer du gouvernement.

Mansour Abbas, dans son dernier geste – hier, il s’est rendu à Lod, a rencontré le maire et s’est rendu dans l’une des synagogues incendiées – essaie d’obtenir une certaine empathie pour entrer dans une coalition de droite.

Pour Benjamin Netanyahu, si le prix à payer est de déclencher une guerre avec Gaza, qu’il en soit ainsi. Si le prix à payer est de déclencher une guerre avec les habitants de Jérusalem-Est, ainsi soit-il. Si le prix à payer est de déclencher une guerre avec la population de Lod, qu’il en soit ainsi. Il est prêt à payer n’importe quel prix pour s’accrocher au pouvoir.”

M. Darawshe était inquiet de l’appel lancé par les dirigeants arabes à une grève générale des travailleurs Arabes israéliens mardi. Mais il a été réconforté par la publication, au cours du week-end, de plusieurs déclarations en faveur du calme et de la coopération signées par des chefs d’entreprise et des représentants de la société civile juifs et arabes.

“C’est une scène que je n’avais jamais vue auparavant. Des centaines d’entreprises juives, parmi les plus grandes, m’ont demandé d’y mettre mon nom jeudi dernier et je l’ai fait.

Cela reflète l’état d’esprit d’il y a 10 jours, l’état d’esprit d’intégration et de partenariat, d’aller de l’avant. Cet esprit n’a pas disparu, il se ranime à nouveau. Cela signifie que le processus de guérison peut être plus rapide que celui dont nous avons eu besoin après les affrontements d’octobre 2000.

Cette fois, la blessure est beaucoup plus profonde qu’auparavant.

Heureusement, nous avons la mémoire courte, et peut-être que la mémoire des gens en Israël, Juifs et Arabes, est plus courte que la mémoire des autres peuples du monde. C’est la bénédiction que nous avons en terre sainte.

Ce n’est pas suffisant, ces pétitions ne sont pas suffisantes. Il y a beaucoup de travail à faire pour nous, pour le jour d’après. Le travail de Givat Haviva et d’autres organisations de la société civile doit être multiplié par 20 au cours des 10 prochaines années. Les dommages causés sont graves. Nous étions au bord d’une guerre civile.”

Avant de raccrocher, j’ai demandé à nouveau des nouvelles de ses enfants. Deux d’entre eux n’étaient pas encore nés en octobre 2000, les deux autres étaient trop jeunes pour comprendre. Comment ont-ils vécu tout cela ?

“Tout d’abord, ils ont peur, peur de sortir. Ils sont préoccupés et inquiets de ce qui va se passer la semaine prochaine, de l’atmosphère qui va régner à l’université.

Ils ont tous ressenti le besoin d’aller manifester. Ils ont tous participé à des manifestations plus d’une fois. Ils sont en colère contre ce que fait le gouvernement. Ils ressentent et voient deux poids deux mesures dans le traitement des manifestants par la police.

La police est empathique des manifestants juifs même s’ils ont des armes pointées sur les Arabes, et elle est très dure avec les manifestants arabes. Ils sont traités comme des terroristes, comme l’a dit le Premier ministre, et non comme des citoyens qui ont le droit, d’une part, de pratiquer leur culte et, d’autre part, d’exprimer leur déception à l’égard du gouvernement. Je leur dis que nous avons déjà vu cela, que le temps va guérir les choses, qu’ils n’ont pas besoin d’abandonner, de capituler. Oui  aux manifestations et non aux émeutes. C’est la limite pour assurer leur dignité et leur humanité en même temps.

Je leur dis que nous avons déjà vu cela, que le temps va guérir les choses, qu’ils n’ont pas besoin d’abandonner et qu’ils n’ont pas besoin de se rendre. Oui pour les manifestations et non pour les émeutes. C’est la limite pour assurer leur dignité et leur humanité en même temps.

Ils doivent continuer à exprimer leur voix. En même temps, ils doivent être prudents.”