Les Palestiniens de Gaza dénoncent l’utilisation des enfants dans les attentats suicides

Thème : Politique et société palestiniennes Terrorisme Enfants, jeunesse, éducation

Ha’aretz
mis en ligne le 25 avril 2002
par Amira Hass

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Des parents et des hommes politiques de Gaza ont exprimé leur choc et leur horreur à l’égard de certains groupes politiques qui envoient des enfants s’introduire dans des colonies, ce qui se termine la plupart du temps par la mort de ces enfants.

Les services de sécurité préventive palestiniens et le Hamas ont tous les deux publié une déclaration appelant les enseignants, les hommes politiques et le clergé à empêcher les enfants de se porter volontaires pour des opérations "militaires", ces opérations signifiant une mort certaine. Hier, trois élèves, venus d’écoles du camp de réfugiés de Sheikh Radwan, ont été enterrés après avoir été tués par des troupes de Tsahal alors qu’ils tentaient de s’introduire dans la colonie de Netzarim.

Les trois garçons, Yufu Zakut (15 ans), Ismail Abou Nida (13 ans) et Anwar Hamduna (13 ans) se sont présentés normalement à l’ecole mardi, et dit à leurs parents qu’ils allaient rendre visite à des amis. Au lieu de cela, ils ont laissé des lettres d’adieu à leurs parents, ont pris avec eux quelques explosifs rudimentaires fabriqués à partir de pétards, ainsi que des couteaux, et se sont dirigés vers Netzarim, où ils ont été tues par des soldats defendant la colonie, avant d’avoir pu y penetrer.

Une source à Gaza a dit à Haaretz que c’était le Jihad Islamique qui avait envoyé les trois garcons, mais le groupe n’a revendiqué aucune responsabilité, ni aucun autre groupe. La semaine dernière, un autre enfant, Abou Shaka, a été tué dans les mêmes circonstances.

Hier, des parents ont exprimé leur choc face à de telles tentatives, et protesté auprès des groupes islamistes. Le Hamas a publié une déclaration, s’adressant directement aux enfants, et leur demandant de cesser ce genre d’actions, et d’attendre de grandir et d’être entraînés. Il a également appelé les enseignants et les prêcheurs à expliquer clairement que les enfants ne devaient pas être poussés à mourir pour les colonies, mais à "grandir et étudier pour être capables, un jour, de remplir leur rôle."

Mais la campagne du Hamas contre le phénomène des enfants combattants a également pris soin de "ne pas porter atteinte à l’esprit de jihad et de résistance chez les enfants".

Un officier supérieur des forces de la Sécurité préventive, Samir Mashrawi, a dit que certaines organisations exploitaient les enfants de manière irresponsable. Il a réclamé une commission d’enquête nationale, et demandé de punir ceux qui encouragent les enfants à entreprendre des missions suicides.