Une stratégie délibérée


Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


Un grave attentat suicide avait precede les visites de l’emissaire americain
Anthony Zinni et du chef de la CIA George Tenet, destinees a faire avancer le processus de paix dans la region. De la meme maniere, alors que le sous-secretaire d’Etat Williams Burns tente de discuter d’une “feulle de route” de la paix dans la region, le terrorisme frappe de nouveau a l’interieur d’Israel.

Si leur objectif est de detruire toute tentative de mediation, il est tres probable que les extremistes palestiniens ont planifie d’autres attentats dans le futur proche. Ils ne sont pas mus par le desir de venger telle ou telle action israelienne; il s’agit plutot d’une strategie deliberee et recurrente de la part du Hamas, du Djihad islamique et d’autres groupes palestiniens. Leur objectif n’est pas seulement de tuer le plus grand nombre possible de citoyens israeliens, mais aussi de faire echec a toute tentative de mediation qui pourrait conduire a une reprise du dialogue entre Israeliens et Palestiniens.

Si cette sombre prediction se confirme, alors d’un point de vue politique, la feuille de route que Burns est venu discuter avec les parties concernees dans la region ne sera plus qu’une carte sans routes. Depuis le debut, la mission Burns apparait comme une mesure que les Americains se sont pratiquement imposee a eux-memes, une maniere d’apaiser les Arabes dans le contexte de la guerre que Washington s’apprete a lancer contre l’Irak, une maniere aussi de montrer a leurs partenaires du Quartette (Nations Unies, Union Europeenne et Russie) que les Americains continuent a oeuvrer activement pour la paix. Si la mission Burns ne fait que provoquer une recrudescence de l’activite terroriste, il vaudrait peut-etre mieux y mettre fin jusqu’a ce que l’on sache plus clairement ou va la crise irakienne.

En tout etat de cause, Israel, du point de vue operationnel, est coince. Il s’agit du meme type de situation complexe qu’Israel a connue dans les annees 50 et 60, avec ses operations de represailles. La question aujourd’hui est de savoir si Israel doit reconquerir des zones qu’il a de fait deja conquises, et ou l’armee doit maintenir une presence. Les attentats peuvent tout a fait provenir de zones controlees par l’armee et les services de securite. Le nombre de victimes israeliennes a ete reduit ces dernieres semaines, mais l’occupation ne peut pas les stopper completement, meme en gardant en prison des milliers de membres du Hamas et d’autres groupes.

Le meme cercle vicieux se retrouve face au probleme des mesures humanitaires
envers la population palestinienne. Les Palestiniens se plaignent de leur situation economique catastrophique, et Israel est donc conduit a autoriser davantage de Palestiniens a travailler en Israel. Cela est bon pour la population civile. Mais les terroristes savent bien qu’il s’agit d’un cycle; ils attendent la nouvelle phase – et l’occasion de frapper de nouveau.

Et pendant que l’armee est occupee avec les Palestiniens, on peut penser que
les colons en profiteront pour tirer profit de la situation et intensifier leurs actions dans les colonies sauvages. Ceux qui veulent stopper la cueillette des olives par les Palestiniens auront davantage de liberte de le faire, a moins qu’un ordre special soit donne a l’armee de les en empecher par la force, ce qui est fort douteux.