Une cloture indefendable


[->http://www.haaretz.com/hasen/spages/379791.html]

Haaretz, 6 janvier 2004


Ayant detourne l’idee d’origine d’une cloture de securite, et l’ayant
tranformee en une cloture d’invasion et de provocation qui s’enfonce
profondement en Cisjordanie, le gouvernement compte maintenant la defendre
devant la Cour internationale de Justice de La Haye. A l’intiative des
Palestiniens, et avec le soutien des pays du Tiers monde, le probleme de la
cloture a ete soumis par l’Assemblee generale des Nations Unies a la cour
internationale, pour avis juridique.
Israel dira devant la cour, le mois prochain, que celle-ci n’a pas autorite
a en discuter, car le probleme est politique et non juridique.

Outre cette procedure, un bataillon d’experts de differents ministeres,
assistes d’avocats, prepare un dossier fonde sur le principe de
l’auto-defense. Apres tout, le droit a l’auto-defense est un droit reconnu a
tout pays soumis constamment a des attentats terroristes, comme Israel en a
connus depuis plus de trois ans. Et, de fait, la cloture s’est revelee
efficace dans les zones ou elle a ete terminee, ayant reduit de facon
significative le nombre de terroristes infiltres depuis les terriroires
palestiniens.

Mais la tentative d’appliquer le principe d’auto-defense a la cloture telle
qu’elle est construite aujourd’hui, avec toutes ses deviations, son trace
tortueux et ses nombreuses annexions de facto, ne peut qu’affaiblir Israel
dans sa position devant la cour internationale, et egalement devant
l’opinion publique mondiale. Defendre la cloture qui est actuellement
construite, c’est aussi compromettre de maniere definitive l’idee elle-meme
d’une cloture destinee a defendre Israel contre les attentats terroristes.

Le ministre de la Justice, Yosef Lapid, a bien senti le danger de la
position officielle de Jerusalem, meme s’il ne l’a exprime qu’avec retard.
Dimanche dernier, il a exige de ses collegues du gouvernement de
reconsiderer le trace de la cloture. Une condamnation par la cour de La
Haye, a-t-il averti, pourrait constituer un premier pas vers une
sud-africanisation d’Israel, boycotte et isole, devenant un paria parmi les
nations.

Il semble que Lapid soit dans une position particulierement inconfortable,
parce que les officiels de son ministere font partie de l’equipe qui prepare
la defense creuse d’Israel qui se fera defendre a La Haye. Mais son appel au
gouvernement, et ses considerations sur Israel pouvant finir comme une
Afrique du Sud blanche, sont davantage que de la naivete ou du cynisme. Car
le trace decide par le gouvernement est bien destine a imposer aux
territoires palestiniens une realite de type sud-africain.

La portion de la cloture qui doit englober le Grand Jerusalem a l’Est, va de
fait couper la Cisjordanie en deux. Le reseau de colonies qui sera entoure
par la cloture a toujours ete destine a empecher la formation d’un Etat
palestinien viable. La “cloture orientale”, qui reste a construire mais dont
le plan sera sans nul doute evoque a La Haye, est destine a reduire encore
davantage le territoire des enclaves qui demeureraient sous controle
palestinien, d’apres le plan du Premier ministre.

Le ministre Lapid a raison. Mais pour eviter cette analogie detestable avec
l’Afrique du Sud, le gouvernement doit non seulement modifier le trace de la
cloture, mais aussi toute la conception politique erronee qui sous-tend ce
trace.