L’Anti-Defamation League souffre d’une maladie. Il s’agit d’une forme de schizophrénie morale aiguë – et potentiellement fatale.


Traduction : Bernard Bohbot

Cet article est paru initialement en anglais dans le journal The Forward, le mardi 27 novembre 2018

Source : https://forward.com/opinion/414774/tantrum-over-airbnb-in-west-bank-settlements-shows-adls-moral/

Photo de Yaniv Nadav. Flash90 : Le village bédouin palestinien de Khan al-Ahmar, in the West Bank le 21 Septembre 2018. 


L’ADL a été fondée il y a 105 ans lors de la condamnation antisémite puis du lynchage du propriétaire d’une entreprise à Atlanta, Leo Frank. Elle avait un double-objectif. Elle avait pour but de « mettre un terme à la diffamation du peuple juif », mais aussi « assurer la justice et un traitement équitable à tous les citoyens et pour mettre fin à tout jamais à toute discrimination injuste ainsi qu’à la ridiculisation de toute communauté religieuse ou de citoyens. »

C’est cet universalisme moral qui a conduit sept responsables de l’ADL à manifester avec Martin Luther King en 1965 pour obtenir le droit de vote à Selma (Alabama). C’est avec le souci d’être loyal à l’injonction biblique de « ne pas opprimer l’étranger… car vous étiez étrangers en Égypte », ainsi que l’insistance de King pour que « l’injustice où qu’elle advienne est une menace pour la justice partout », l’ADL a inscrit la lutte contre l’antisémitisme dans une lutte plus large pour une justice égale.
Aux États-Unis, dans la plupart des cas, l’ADL reste fidèle à sa mission. Sous la direction de son directeur national, Jonathan Greenblatt, l’organisation a encore contesté le fanatisme et l’inhumanité de l’administration Trump. À la fin de 2016, au milieu des rumeurs selon lesquelles Trump pourrait créer une base de données sur les musulmans américains, Greenblatt a même annoncé que si Trump le faisait, il « s’enregistrerait en tant que musulman » en signe de protestation.

Mais en ce qui concerne Israël, l’ADL est une organisation différente. Pas simplement différente, mais moralement méconnaissable. L’ADL ne manque pas seulement de s’opposer de manière significative à la «discrimination injuste» d’Israël à l’encontre des Palestiniens, elle s’oppose à ceux qui le font. Lorsque les Américains appliquent à Israël les principes que l’ADL défend aux États-Unis, l’ADL les accuse d’antisémitisme.

Le dernier exemple en date est la décision d’Airbnb, prise la semaine dernière de ne plus afficher sur sa liste de location les propriétés situées en Cisjordanie.

Pour comprendre la décision d’Airbnb, il est utile de comparer le statut des Palestiniens en Cisjordanie à celle des noirs américains en Alabama au nom de qui l’ADL a protesté il y a plus de 50 ans. En théorie, les noirs américains du Sud ségrégationniste étaient citoyens américains. Cependant, ils ne pouvaient pas pratiquer leurs droits civiques. Surtout, ils étaient privés du droit de vote. Et puisqu’ils étaient privés du droit de vote, le gouvernement fédéral, les États et les autorités locales pouvaient se permettre de les piller, d’abuser d’eux et même de les assassiner sans impunité.
Sur un même territoire vivaient deux groupes – les noirs et les blancs -, et un seul d’entre eux jouissait de ses droits politiques. En conséquence, pratiquement chaque fois que des intérêts noirs et blancs se contredisaient, les intérêts blancs ont prévalu. C’est pourquoi King marchait à Selma. “Donnez-nous le bulletin de vote”, a-t-il expliqué, “et nous n’aurons plus à inquiéter le gouvernement fédéral au sujet de nos droits fondamentaux.”

Aussi horrible que fût le sort des noirs américains, il se trouvait dans le sud ségrégué. Mais le sort des Palestiniens en Cisjordanie est encore pire. C’est pire car les Palestiniens ne sont même pas théoriquement citoyens de l’État dans lequel ils vivent.

Les Palestiniens vivent sous le contrôle du gouvernement israélien. Seule l’armée israélienne – et nulle armée d’aucun autre pays – peut pénétrer dans n’importe quel centimètre carré de la Cisjordanie à tout moment et arrêter n’importe qui.

Oui, l’Autorité palestinienne, créée en 1993, fournit des services de base: elle ramasse les ordures, gère les écoles et arrête les voleurs de voitures. Mais ce n’est pas un gouvernement; c’est un sous-traitant, semblable aux rois, princes et chefs qui ont servi les empires européens qui gouvernaient jadis des régions d’Afrique et d’Asie. Les responsables de l’Autorité palestinienne ont besoin de la permission d’Israël pour se rendre d’un bout à l’autre de la Cisjordanie, et Israël peut les arrêter à volonté.

Ainsi, en Cisjordanie, comme dans le Sud  des lois de Jim Crow, deux groupes de personnes vivent sous le même gouvernement. Et comme dans le Sud de Jim Crow, un groupe peut se prévaloir du droit de vote et l’autre non. Tout découle de cela: pourquoi le gouvernement israélien prend-il des terres palestiniennes appartenant à des particuliers et les distribue-t-il à des colons juifs? Pourquoi les colons juifs profitent-ils de jardins luxuriants alors que les Palestiniens de Cisjordanie subsistent avec quelques heures d’eau par jour? Si un colon juif et un Palestinien se disputent, pourquoi les Juifs comparaissent-ils devant un tribunal civil alors que les Palestiniens doivent se présenter devant un tribunal militaire avec un taux de condamnation supérieur à 99%?

Il en est ainsi car le gouvernement israélien qui prend toutes ces décisions est responsable devant les Juifs et non devant les Palestiniens qui sont privés du droit de vote. Légalement, la différence cruciale entre Hebron aujourd’hui et Selma en 1965 est que, à Selma, King pourrait exiger le droit de vote car, en théorie, les Afro-Américains étaient des citoyens des États-Unis. Les Palestiniens de Cisjordanie ne sont pas et ne peuvent pas devenir des citoyens d’Israël. C’est pourquoi, légalement, leur situation est encore pire.

Ce mois-ci, Human Rights Watch a expliqué ce que cela signifiait pour Airbnb et d’autres sociétés qui aident les gens à louer des maisons privées. Cela signifiait qu’Airbnb faisait la liste des locations sur des terres de Cisjordanie que le gouvernement israélien avait volées à des Palestiniens et distribuées à des colons. Et cela signifiait qu’Airbnb faisait la liste des locations dans les colonies juives où les Palestiniens sont exclus. La société, citant son engagement à “traiter tous les membres de la communauté Airbnb avec distinction, sans distinction de race, de religion, d’origine nationale, d’ethnie, de handicap, de sexe, d’identité de genre, d’orientation sexuelle ou d’âge”, a répondu en supprimant les colonies de son site web.
Et l’ADL a répondu à cela en suggérant qu’Airbnb était complice d’antisémitisme.

Mais le plus important dans la lettre d’ADL à Airbnb, c’est ce qu’elle ne dit pas. Elle ne reconnaît jamais que les colons juifs qui louent sur Airbnb jouissent d’une série de droits – citoyenneté, procédure régulière, libre circulation et droit de vote pour le gouvernement qui contrôle leur vie – qui sont refusés à leurs voisins palestiniens. L’ADL ne reconnaît jamais l’injustice fondamentale à laquelle Airbnb a cherché à réagir.

Airbnb n’est pas en train de boycotter Israël; c’est une ligne de démarcation entre Israël proprement dit, où les Palestiniens ont la citoyenneté et le droit de vote, et la Cisjordanie, où ils ne jouissent d’aucun de ces droits. À cet égard, la décision de la société incarne l’esprit d’éminents écrivains israéliens tels que David Grossman, Amos Oz et A.B. Yehoshua, qui eux-mêmes boycottent la Cisjordanie.

La section suivante de la lettre d’ADL donne dans la comparaison. «Autant que nous sachions», déclare l’ADL, «Airbnb n’a supprimé aucune liste de locations dans aucune autre zone litigieuse. Votre site Web répertorie actuellement des propriétés dans la partie nord de Chypre, au Tibet, dans la région du Sahara occidental et dans d’autres territoires où des personnes ont été déplacées. Pourtant, seules les colonies israéliennes sont exclues du classement par Airbnb, une décision que beaucoup considèrent comme un système à deux vitesses définies par votre société. ”

Ceci est absurde. L’ADL était-elle coupable de «deux poids deux mesures» lorsque ses responsables ont défendu les droits civils des noirs américains mais pas des Indiens d’Amérique, dont les droits civils n’étaient garantis par la loi fédérale qu’en 1968? Airbnb affirme avoir supprimé des locations en Crimée et que le même “cadre” que celui utilisé pour la Cisjordanie “sera appliqué de manière continue” à d’autres territoires. Mais qu’elle supprime ou non le Sahara Occidental, une manifestation n’a pas à répondre à toutes les injustices pour être moralement juste. Ce qui compte, c’est qu’elle réponde de manière humaine et proportionnée à un véritable mal moral. Et c’est exactement le mal moral de la politique israélienne en Cisjordanie que la lettre de l’ADL ignore.

La dernière partie de la lettre de l’ADL rejette l’affirmation d’Airbnb selon laquelle les colonies de peuplement «sont au cœur du différend entre Israéliens et Palestiniens». Cela aussi n’est pas pertinent. Qu’elles soient ou non «au cœur du différend», les colonies constituent une «discrimination injuste et injuste», contre laquelle l’ADL a été créée pour lutter.

Pourquoi Jonathan Greenblatt ne voit-il pas cela? Je suppose que la réponse est que contrairement à ses prédécesseurs qui se sont rendus à Selma pour observer de près la ségrégation, il n’a jamais passé de temps significatif avec les Palestiniens en Cisjordanie. (Quand j’ai demandé par deux fois à Greenblatt par e-mail s’il l’avait déjà fait, il a transmis mes messages à un attaché de presse qui m’a envoyé une série de liens sur l’opposition des ADL au BDS.)

En choisissant l’ignorance, Greenblatt ne perpétue pas seulement l’injustice. Il met en danger son organisation. Il est courant de trouver des Juifs américains plus âgés qui partagent l’orientation de l’ADL: préoccupés par les droits de l’homme aux États-Unis mais pas en Israël.

Chez les jeunes Juifs américains, cependant, cette bifurcation a largement disparu. Les universalistes moraux, qui répugnent le traitement des minorités par Trump, détestent également la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens. Les tribalistes, qui soutiennent l’hyper nationalisme et l’islamophobie en Israël, sont également à l’aise avec cela en Amérique. Alors que la génération dite des millénaristes domine de plus en plus la vie juive américaine, la schizophrénie de l’ADL – son refus d’appliquer à Israël les mêmes principes qu’elle applique aux États-Unis – l’isolera progressivement. Les tribalistes rejoindront l’AIPAC et l’Organisation sioniste pour l’Amérique. Les universalistes rejoindront J Street et If Not Now. ADL sera alors réduit à représenter une sensibilité politique qui n’existera plus.

Pour sa propre survie, l’ADL doit vaincre sa schizophrénie. Si Jonathan Greenblatt, qui est personnellement un homme bon et honnête, se rendait en Cisjordanie et a constaté l’occupation de son propre chef, je suppose qu’il se rendrait compte que moralement, il n’a pas le choix.

 

Peter Beinart est chroniqueur au Forward.

 

Les points de vue et les opinions exprimées dans cet article sont ceux de l’auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement ceux de la rédaction.