« S’il n’y avait qu’une Dalia de plus, la paix serait déjà là ! »

Ce n’était pas le rôle de Dalia Bassa, la coordinatrice santé de l’administration civile au sein du Cojat (Coordination des actions gouvernementales dans les Territoires), des services de santé de sauver la vie de milliers d’enfants palestiniens ; de leur rendre visite  à l’hôpital ; de les emmener en excursion ; et de les traiter comme les enfants qu’elle n’a jamais eus. Officiellement, son travail consiste à rester confortablement assise dans son bureau et à faire le lien entre les ministères de la Santé israélien et palestinien. 

Si la plupart des Israéliens ignorent qui elle est, la rue palestinienne quant elle, l’appelle  “malik”, ange en arabe. On se passe son numéro de portable de bouche à oreille, et elle prend les appels à toute heure du jour ou de la nuit. L’ange décroche même à trois heures du matin. 


YNet.com, lundi 11 décembre 2017.

Mise à jour de la tribune parue dans le Magazine week-end de Yédioth A’haronoth, vendredi 8 décembre 2017.

Photo : Dalia Bassa avec Saja (23 ans), sa mère et son oncle ; les dialyses devenues inopérantes, la jeune femme était parvenue jusqu’â elle dans un état  désespéré et la coordinatrice la sauva en réunissant les fonds nécessaires et en organisant une greffe du foie et une du rein en Israël. Crédit : Ohad Zwigenberg [DR].


Lire la suite de l’article (en anglais)  >

https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5055246,00.html


L’Auteur

Journaliste, écrivain, animatrice radio-TV et conférencière selon sa propre page Facebook, Yifat Erlich (יפעת ארליך) est connue pour ses infiltrations, sans doute facilitées par son  implantation au sein des colonies sauvages : elle vit à Ofra (illégalement installée sur des terres privées et reconstruite non moins illégalement après sa longue et difficile évacuation par Tsahal, consécutive à un arrêt de la Cour suprême). Elle recueille ainsi des reportages video diffusés sur la 2e chaîne publique dans l’émission hebdomadaire d’investigation “360”. Journaliste à Yédioth A’haronoth, elle dispose d’une tribune dans son “Magazine” week-end, actualisé sur ynetnews.com durant la semaine. Adepte des nouveaux moyens de communication, elle tweete avec ardeur ; use sans relâche des réseaux sociaux personnels et professionnels ; est relayée sur les médias électroniques en de multiples langues et lieux de publication.

Étiquettes