Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Auteur : Shaul Arieli, Haaretz, 11 juin 2021

https://www.haaretz.co.il/opinions/.premium-1.9892546

Photo :

Mis en ligne le 7 juillet 2021

 


La lettre des rabbins nationalistes-messianiques, dans laquelle ils appellent à “tout faire pour empêcher la formation de ce gouvernement”, et les instructions du Premier ministre Benjamin Netanyahu aux ministres du Likoud pour qu’ils s’attaquent aux “médias collaborateurs de gauche”, rejoignent les récents incidents terroristes en Israël entre Juifs et Arabes. Tout cela est l’expression d’un processus qui a commencé il y a plus de dix ans, dans lequel les nationalistes messianiques, sous la menace de Netanyahu, cherchent à renverser le régime démocratique en Israël, afin de permettre l’expansion de ses frontières. Selon eux, il ne sera pas possible d’annexer la Cisjordanie tant qu’Israël maintiendra un régime démocratique dans lequel les Palestiniens conserveront la citoyenneté israélienne.

Ils concentrent leurs efforts pour tenter d’effacer la ligne verte sous tous ses aspects – conscients, sociaux et juridiques – et de transformer l’ensemble du territoire d’Israël en une arène de lutte palestinienne, et le régime militaire en Cisjordanie en un régime de facto pour l’ensemble du pays, où les Palestiniens peuvent être poussés à traverser le Jourdain. En d’autres termes, au cours de la dernière décennie, les Juifs israéliens qui franchissent la Ligne verte à l’ouest d’Israël le font pour la première fois non pas pour retourner dans leur État souverain, mais pour le conquérir et le transformer en une judéo-autocratie.

Dans son livre The Annexation Illusions (2020), Hagai Ehrlich décrit les tentatives infructueuses faites au cours de l’histoire par les pays de la région pour annexer des pays et des territoires sous des slogans et des idées incompatibles avec les réalités politiques, démographiques et spatiales : la tentative égyptienne d’annexer le Soudan sous le slogan “Unité de la vallée du Nil” (19e siècle) ; la tentative chrétienne au Liban d’annexer des territoires musulmans sous le slogan “Grand Liban” ; et le fantasme palestinien de maintenir un État arabe “du fleuve à la mer”.

Il en va de même pour l’illusion du “Grand Israël”. Après la restitution du Sinaï à l’Égypte dans l’accord de paix de 1979, et l’évacuation de la bande de Gaza et du nord de la Samarie dans le cadre du plan de désengagement de 2005, il ne restait plus à Israël que le rêve d’annexer la Cisjordanie (et le plateau du Golan). Mais politiquement, démographiquement et spatialement, Israël a échoué comme les États arabes mentionnés plus haut : la plupart des pays du monde reconnaissent la Palestine en tant qu’État observateur au sein de l’ONU et de ses institutions, et aucune administration américaine n’autorise les mouvements d’annexion en Cisjordanie. Le rapport démographique en Cisjordanie entre Juifs et Palestiniens est de 86:14, et le rapport spatial est de 98:2 – en faveur des Palestiniens. Malgré l’augmentation annuelle constante, au cours des dernières décennies, d’environ 14 000 Israéliens en Cisjordanie, les tendances permanentes indiquent un déclin de l’entreprise de colonisation (qui est au bord d’un solde migratoire négatif), un changement dans la composition de la population (40% d’ultra-orthodoxes) et un déclin constant dans les classements socio-économiques (un tiers des résidents sont classés dans le groupe 1).

Ainsi, depuis une dizaine d’années, sous les ailes de Netanyahu en tant que Premier ministre, Naftali Bennett, Ayelet Shaked, Bezalel Smutrich et d’autres mènent une tendance opposée – l’annexion d’Israël à la Cisjordanie. Cela n’a rien d’étonnant. Dès 1988, Boaz Evron écrivait dans son livre “The National Account” que les colons ne cherchent pas à s’intégrer à la population palestinienne des territoires, et que “leur véritable objectif n’est pas d’asservir les Arabes, mais de les expulser“. Ainsi, leur succès (dans l’annexion du territoire) ne conduira pas à un mélange de populations. Plus important encore, Evron ajouta : “Comme il s’avère (à partir d’autres cas)… ces castes dirigeantes coopèrent avec les forces réactionnaires et avec les cercles militaristes au sein de la ‘mère patrie’ et tentent de provoquer des coups d’État militaires et de créer des régimes fascistes et réactionnaires dans la mère patrie …. Les conséquences pourraient donc être un déchirement national, une dictature ou une guerre civile et la destruction de la mère patrie“.

Afin de déstabiliser la démocratie israélienne, les nationalistes messianiques se sont fixé un certain nombre d’objectifs. Le premier est la Cour suprême, dont le rôle est de limiter l’autorité gouvernementale – sur la base des lois de l’État démocratique-libéral et dans l’esprit de la Déclaration d’indépendance, tout en respectant le droit international – notamment en rejetant les caprices messianiques et en empêchant de nuire aux minorités. Shaked est fière d’avoir mené l’initiative d’empiéter sur les pouvoirs de la Haute Cour, arguant que “ces dernières années, il semble que la prise de décision en matière de gouvernance ne soit pas entre les mains du peuple et de ses représentants élus à la Knesset, mais dans le système juridique” (Conférence des juristes, mai 2015).

L’infrastructure juridique du processus d’annexion inversée est construite sur des lois anti-démocratiques, au premier rang desquelles la loi sur la réglementation (qui a été abrogée), la loi sur l’État-nation, la clause de dépassement, la loi sur les “jeunes colonies”, etc. Toutes ces lois visent à garantir que dans tout Israël, la priorité absolue sera donnée à la colonisation juive (selon les données de La Paix Maintenant, 99,76% des terres d’État allouées en Cisjordanie l’ont été à des Juifs), il sera possible d’exproprier des terres privées palestiniennes dans le but de construire des colonies pour les Juifs (depuis la création de l’État, Israël a établi 930 colonies pour les Juifs en Israël et zéro pour les Arabes) et de légaliser des dizaines d’avant-postes illégaux.

La deuxième cible est le système éducatif. Bennet, Shaked et Smotrich savent que les positions politiques des jeunes affecteront le système politique, le caractère et le régime d’Israël dans les années à venir. Ils veulent imposer à tous les enfants une éducation juive (religieuse-messianique) et sioniste (nationaliste). Cela inclut “l’amour de la patrie” qui nécessite l’annexion de la Cisjordanie, le contrôle continu d’un autre peuple, et l’isolement international, jusqu’à ce que nous “habituions le monde”. C’est un monde éducatif pour lequel Isaiah Leibowitz a écrit un avertissement sévère : “Lorsqu’une personne accepte l’idée que “l’État”, “la nation”, “la patrie”, “la sécurité”, etc. sont les valeurs suprêmes, et que la loyauté inconditionnelle à ces valeurs est un devoir absolu et sacré – elle sera capable de commettre n’importe quel acte d’abomination au nom de cet intérêt sacré, sans remords“.

La poursuite de cet objectif se traduit par l’allocation de ressources à l’éducation religieuse-nationaliste-messianique. Comme on le rappelle, Smotrich a écrit en 2011 dans l’article “Nous méritons plus” du magazine Besheva : ” Il convient que l’État investisse davantage de budgets dans l’éducation des sionistes religieux. Pourquoi ? Parce que leurs fils ont reçu la tâche de diriger le peuple d’Israël“. Smotrich a même promis avant les dernières élections que s’il devenait membre du gouvernement qui serait formé, il mènerait une vaste réforme de l’éducation, et a annoncé une réduction de 30 à 50 % des frais de scolarité dans les yeshivahs et les Oulpanas.

Gideon Saar et Shai Piron se sont également associés pour allouer des ressources à l’éducation religieuse-nationaliste-messianique. Selon les données du ministère de l’Éducation, entre 2012 et 2016, le ministère a augmenté le budget pour les lycéens religieux au taux le plus élevé par rapport aux autres secteurs – et le budget a atteint un pic de 33 000 NIS par élève et par an. Ce montant est supérieur de 22% au budget des lycéens “généraux” et de 67% au budget des lycéens arabes.

Le troisième objectif : Bennett soutient que pour le bien d’Israël (c’est-à-dire l’annexion des territoires), il faut changer le peuple d’Israël et l’État d’Israël. Lui et compagnons parlent de “coloniser dans le cœur” des Israéliens qui vivent à l’intérieur de la ligne verte. Les bus des émeutiers juifs qui sont arrivés dans les villes mixtes en provenance des colonies ont été précédés par les Garinim HaToraniim (un groupe de personnes et de familles sionistes religieuses qui s’installent dans des communautés à faible population religieuse, dans le but de renforcer le lien de la communauté avec la religion). Amnon Bari, de l’Initiative Avraham, a écrit à ce sujet dans un post Facebook le mois dernier : “Dans les violences entre Arabes et Juifs de la semaine dernière, les Garinim étaient les ‘compagnies de charge’ qui ont ouvert la voie et préparé l’infrastructure et la logistique pour que les bataillons de colons et les Kahanistes envahissent les villes de manière organisée pour nuire aux Arabes. Nous l’avons vu cette semaine, principalement à Lod, mais aussi à Jaffa, Ramla et Acre … Au cours des trois dernières années, les principaux Garinim ont reçu à eux seuls une aide gouvernementale d’un montant de 20,5 millions de NIS… Une enquête approfondie de l’organisation Moled datant de 2014 montre que, cette année-là seulement, 68 Garinim “de la colonisation et de la Torah” ont obtenu un soutien de 24 millions de NIS. Depuis lors, leur soutien n’a fait que croître et s’accroître.”

La quatrième cible est constituée par les médias. Ils n’ont pas échappé, même aujourd’hui, à l’accoudoir de Netanyahu et de ses alliés et à leurs “shofars”. Disposant d’un certain nombre de médias qui ne sont pas soumis à leur corruption et à leur influence, Yair Netanyahu a été “désigné” pour dessiner des cibles sur le dos des journalistes indépendants qui ne suivent pas le chemin de la flatterie, de la tromperie, du patriotisme feint et plus encore. Ces événements récents ont été accompagnés d’innombrables menaces et tentatives de nuire aux médias qui cherchent à rendre compte des organisations violentes de bandes juives qui projettent de nuire aux Arabes.

Ces processus conduiront finalement à l’établissement d’une judéo-autocratie avec les caractéristiques qui existent actuellement en Cisjordanie ou, peut-être, sur le modèle de la Jérusalem unie ultra-orthodoxe-nationaliste, avec une majorité antisioniste, pauvre, au sein de laquelle séviront des gangs violents. Cette entité sera frappée par des d’affrontements nationalistes et discriminera ses habitants non-juifs, qui dans quelques années, deviendront la majorité.

Ces tendances sont le fait de politiciens qui perçoivent le monde comme une arène où domine le concept de “peuple élu” et la logique du “jeu à somme nulle”. Il s’agit d’une parade gouvernementale anti-démocratique, qui veut que : si vous ne pouvez pas persuader – calomniez, réduisez au silence et proscrivez. Ceux qui ont peur pour l’entreprise sioniste doivent intérioriser le fait que la ligne verte a de nouveau été franchie, mais cette fois vers l’ouest. La lutte ne porte plus sur l’avenir des colonies, mais sur l’avenir de l’État d’Israël, de son caractère et de la police.