“Il y a un lien entre les efforts déployés par les colons pour expulser les Palestiniens de la région par la démolition et les plans visant à établir d’autres colonies dans la région.” 


Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Auteur : Peace Now, 5 octobre 2019

https://peacenow.org.il/en/new-outpost-on-land-where-the-jnf-evicted-palestinians-near-bethlehem

Photo : l’avant-poste de Shirat Haesevim 


Début septembre 2019, les colons ont établi un nouvel avant-poste sur des parcelles de terre qu’ils revendiquaient à l’ouest de Bethléem, près de Beit Jala et Battir, en Cisjordanie. Un groupe de colons a commencé à installer des clôtures et à travailler le terrain, et a amené deux caravanes habituellement utilisées à des fins résidentielles. L’avant-poste a été établi à seulement 70 mètres de la maison de la famille palestinienne Cassia, qui a été démolie en même temps qu’un restaurant adjacent géré par l’administration civile, sous la pression du KKL-JNF (Kerem Kayemet LeYisrael-Jewish National Fund).

Cet avant-poste dans la région de Makhrour est le 25e érigé depuis l’élection du président américain Trump, dont la politique envers Israël a joué un rôle important dans la prolifération des activités de colonisation israéliennes.*

Les propriétaires fonciers palestiniens ont l’intention de déposer une plainte auprès de la police pour demander l’expulsion des colons qui, de leur côté, affirment avoir loué le terrain à Himanuta, une filiale de KKL-JNF. Il convient de noter que les propriétaires palestiniens, qui avaient acheté ces terres aux propriétaires précédents dans les années 60, n’ont entendu parler que ces dernières années de la revendication de Himanuta selon laquelle elle avait acheté la même parcelle de terre, alors qu’ils y ont vécu pendant des décennies.

Peace Now : L’installation d’un nouvel avant-poste à 70 mètres d’une maison palestinienne détruite sous la pression du JNF ne fait aucun doute : lorsque le JNF a exigé la démolition de la maison de la famille Cassia, il ne s’est pas opposé à la construction illégale sur le terrain qu’il réclamait ; il ne voulait tout simplement pas de Palestiniens sur ce terrain. Aujourd’hui, il loue la terre à des Israéliens qui ont érigé un avant-poste illégal sur cette terre. Malheureusement, le Fonds national juif est devenu un colon juif.

Propriété : Dans la région de Makhrour, un propriétaire palestinien a vendu sa terre à plusieurs familles palestiniennes dans les années 1960 avant de partir en Amérique du Sud. Parmi les acheteurs se trouvait la famille Cassia, dont la maison a été démolie par le KKL-JNF, ainsi que la famille Kahat sur les terres de laquelle le nouvel avant-poste a été construit. Quand Himanuta s’est jointe à la pétition demandant la démolition du restaurant de la famille Cassia, elle a affirmé avoir acheté en 1969 le terrain aux premiers propriétaires.

Il est à noter que depuis les 50 ans qu’Himanuta a acquis ces terres, elle n’a rien fait dans les champs, alors que la famille Cassia en était propriétaire et a même construit sa maison il y a des décennies sans que personne n’en revendique la possession.

Quant à la zone du nouvel avant-poste, on ignore encore les raisons sur lesquelles Himanuta fonde sa revendication, mais comme le propriétaire initial possédait également cette parcelle, il est probable qu’elle soit basée sur cette même acquisition de 1969. En réponse, Himanuta a déclaré au journal Haaretz  posséder sept parcelles dans la région.

Ce qui est clair, c’est que la question de la propriété est contestée. Il y a de sérieuses allégations à l’encontre des revendications de Himanuta concernant à la fois la jouissance de la terre et sa propriété, alors que les deux parties ont probablement acheté la terre au même vendeur. Cependant, une des deux parties était présente sur le terrain pendant des décennies tandis que le propriétaire ne s’y trouvait pas.

Himanuta prétend avoir loué la zone à la Neve Daniel Cooperative Association – l’organisme qui regroupe les résidents de la colonie de Neve Daniel à environ 4 km au sud du nouvel avant-poste – pour des travaux agricoles. Comme nous l’avons mentionné, les colons ont placé deux caravanes sur le secteur pour se soustraire aux ordres de démolition, mais en fait, comme on l’a vu à bien d’autres endroits, elles servent d’entrepôt pour tout matériel.

Lieu : La terre de Makhrour est une zone stratégique pour les colons et, ces derniers mois, il est apparu que, parallèlement aux efforts du KKL-JNF pour démolir la maison de la famille Cassia, les colons avaient commencé à exercer des pressions pour prendre le contrôle de la zone. En décembre 2018, les colons ont tenté d’établir un nouvel avant-poste à environ un kilomètre de l’avant-poste actuel. Ils ont pavé une route d’accès et érigé un bâtiment et une infrastructure, mais ils ont été évacués par l’administration civile immédiatement après la création du poste.

Il y a quelques mois, Regavim, une organisation de colons, a fait circuler une vidéo dans le but de faire pression sur le gouvernement pour qu’il expulse les agriculteurs palestiniens de la région de Makhrour. Dans ce cas, les terres cultivées par les agriculteurs palestiniens n’ont jamais été déclarées terres domaniales (i.e. appartenant à l’Etat) et sont considérées comme des terres privées; mais Regavim a jugé si important de supprimer cette présence palestinienne qu’il a affirmé que les terres pouvaient être déclarées terres domaniales (c’est-à-dire pas assez cultivées) et que les agriculteurs palestiniens devraient donc en être dépossédés.

L’importance de la région réside dans le fait qu’elle constitue un continuum de présence palestinienne à l’ouest de Bethléem, sans aucune colonie israélienne, et relie cinq villages palestiniens à Bethléem (Walaja, Batir, Husan, Wadi Fukhin, Nahalin), où vivent 25.000 Palestiniens.

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, la continuité palestinienne d’ouest en est interrompt la continuité de la colonie du nord au sud, entre Jérusalem et les colonies de la région de Gush Etzion. La tentative de coloniser la région et d’en retirer les Palestiniens a clairement pour but de créer une ligne contiguë de colonies qui séparera les villages palestiniens de Bethléem, d’une part, et reliera les colonies de Gush Etzion à Jérusalem, d’autre part. Afin de commencer à établir cette contiguïté de peuplement, les colons ont déjà établi l’avant-poste “Sde Boaz” (Neve Daniel Nord) en 2002.

En effet, lors de pourparlers officiels et informels entre Israël et les Palestiniens sur un accord de statut définitif, les Palestiniens ont convenu qu’Israël annexerait la plupart des colonies de peuplement de Gush Etzion (en échange de terres), pourvu que Gush Etzion soit relié par l’ouest à Israël et n’empiète pas sur les villages palestiniens à l’ouest de Bethléem ni n’affecte le développement potentiel de la région de Bethléem. Les colons veulent empêcher la possible création d’un État palestinien viable et créer, dans la région de Bethléem, un tampon qui séparera les cinq villages de la ville et, en fait, de l’État palestinien.

Il y a donc un lien entre les efforts déployés par les colons pour expulser les Palestiniens de la région par la démolition et les plans visant à établir d’autres colonies dans la région.

 

Activités du KKL-JNF encourageant les implantations : Depuis 1967, le JNF est intervenu dans les territoires occupés et a soutenu l’implantation de colonies. Il a aidé à paver les routes et instaurer l’infrastucture, créé des parcs et promenades, et a même procuré aux nouveaux résidents des emplois dans la gestion forestière et autres domaines**. Himanuta, la filiale du JNF, a acheté des propriétés et des terres dans toute la Cisjordanie en vue de futures implantations. Suite aux critiques adressées au JNF pour ses activités dans les territoires occupés, il s’est efforcé (du moins sa branche nord-américaine) de réduire son implication dans les colonies.

 

*Cliquez ici pour voir les 25 nouveaux avant-postes depuis novembre 2016 : http://peacenow.org.il/wp-content/uploads/2019/09/New-Outposts-Trump.pdf. Pour en savoir plus sur la relance de la construction d’avant-postes durant la mandature de Netanyahou et sur les nouvelles tendances, cliquez ici https://peacenow.org.il/en/return-of-the-outpost-method.

**Voir, par exemple, la liste des projets de KKL-JNF pour les avant-postes en 2002-2013, publiée par le journaliste Raviv Drucker.