Israel requis d’accepter “officiellement” la feuille de route


L’administration americaine exige qu’Israel accepte officiellement la
feuille de route, afin de ne pas paraitre desireux de retarder le processus
politique.

Le chef de cabinet d’Ariel Sharon, Dov Weisglass, s’est entretenu hier avec
Condoleezza Rice, conseillere a la securite nationale, pour tenter de
trouver une formule qui permette a Israel d’accepter le plan, tout en tenant
compte de ses commentaires et de ses reserves. Condoleezza Rice a egalement
rencontre Salam Fayyad, ministre palestinien des Finances, qui se trouve
egalement a Washington pour des entretiens paralleles avec des
fonctionnaires de l’administration.

Entre temps, la presse americaine rapporte que Goerge W. Bush envisage
d’inviter Sharon et Mahmoud Abbas (Abou Mazen) a Geneve pour un sommet
tripartite, peut-etre la semaine prochaine, profitant de la presence de Bush
au sommet du G8. Le New York Times affirmait hier matin que Bush envisageait
aussi un voyage au Moyen-Orient pour promouvoir son plan de paix, tout en
disant que cela etait peu probable tant que Bush n’aurait pas la certitude
que le voyage deboucherait sur un progres.

Selon Channel Two, l’administration americaine aurait ces jours derniers
revise sa position. Jusqu’a present, les Americains disaient ne pas attacher
d’importance a une acceptation officielle du plan, et que l’important etait
de commencer a le mettre en oeuvre sur le terrain.

Mais les Palestiniens ont repete qu’ils ne commenceraient pas a agir contre
le terrorisme tant qu’Israel n’aurait pas declare accepeer officiellement la
feuille de route. Ce probleme a ete au coeur de la rencontre entre Ariel
Sharon et Mahmoud Abbas, samedi dernier.

George W. Bush a dit mardi a Ariel Sharon qu’il etait important de s’engager
dans le processus politique, en conformite a la feuille de route. Des
officiels americains ont dit a de hauts responsables israeliens qu’ils
etaient soumis a de fortes pressions de la part de certains pays arabes pour
obliger Israel a accepter la feuille de route. Ils ont dit clairement que le
probleme de l'”acceptation” ne devait pas devenir un obstacle a son
application, ce qui donnerait ainsi aux Palestiniens un pretexte pour ne pas
agir contre les organisations terroristes. L’administration a egalement
rejete la distinction faite par Israel entre le discours de Bush du 24 juin
et la feuille de route destinee a le mettre en application.

La feuille de route, presentee offciciellement aux deux parties le 30 avril,
prevoit un processus en trois etapes : retablissement du calme surle terrain
; creation d’un Etat palestinien dans des frontieres provisoires ; et un
accord final en 2005. Israel a accepte le principe des trois etapes, mais a
pose de nombreuses reserves a propos de details du plan, a commencer par
l’exigence que le processus debute par une renonciation de la part des
Palestiniens au droit au retour des refugies.

La feuille de route place le probleme des refugies au niveau de la troisieme
phase du processus, pendant les negociations a propos du statut final.
Israel s’est aussi prononce contre la mention de l’initiative saoudienne,
qui reclame un retrait d’Israel de tous les territoires conquis en 1967.
Sharon et le ministre des Affaires etrangeres Sivan Shalom ont dit aux
Americains que la feuille de route, sous sa forme actuelle, ne passerait pas
face a la coalition au pouvoir.

L’administration exige egalement que Sharon demantele les avant-postes
illegaux en Cisjordanie, et ce de facon claire et visible par le monde
entier, immediatement apres la prochaine rencontre entre Sharon et Bush.
Neanmoins, l’administration a accepte la distinction faite par Israel entre
les avant-postes “illegaux” et les avant-postes “legaux”. Pour Washington,
il s’agit maintenant de voir si Sharon tiendra ses engagements.