“David Grossman reçoit le Prix d’Israël” & “I have a dream…” — Enregistrements de 2 émissions du magazine en français de la radio israélienne

La radio et la télévision publiques israéliennes, sous l’égide du “Reshouth haShidour” [Autorité de diffusion] jusqu’en mai dernier où le gouvernement bouleversa la donne, ont été remplacées par de nouvelles structures — en fait partie le magazine politique et culturel “Kan TaAguid” [Dis ici], que l’on peut écouter le soir de 21 h à 22 h… ou à loisir en podcast.

Nous vous proposons les liens vers deux enregistrements récents, d’une heure chacun : une émission portant sur les ONG’s israéliennes rêvant de paix ; l’autre consacrée à David Grossman lorsque lui fut décerné le Prix d’Israël de Littérature et de Poésie — distinction dont nous nous réjouissons à LPM.

Rappelons que David Grossman, Amos Oz et A. B; Yéoushoua – tous trois membres-fondateurs et militants de Shalom Akhshav— ainsi que des dizaines d’auteurs ou chercheurs de renom, dont Etgar Keret pour citer la génération suivante, retirèrent en 2016 leur candidature à ce même Prix d’Israël en signe de protestation contre le manœuvres gouvernementales visant à expurger le jury de soi-disant “gauchistes”. La surprise fut donc grande à l’annonce de cette nomination. S’y ajoutent les propos élogieux de Naftali Bennett, dont les positions sont pourtant connues, qui complétant ceux moins étonnants du président Reuven Rivlin viennent donner une impression d’unanimité. Sans doute en partie fausse, la fanatique ministre de la Culture [sic !] Miri Reguev n’a pas encore eu l’occasion de s’exprimer. Gageons que le ton sera différent le moment venu. 


Chapô ; Tal Aronzon pour LPM

Photo : David Grossman lors d’un événement à Mexico, 1er déc. 2013. ©AP. [DR] 


Une émission du magazine en français de la radio israélienne sur les Ong’s qui rêvent de paixCe que nous vous proposons pour l’émission du 1er février, intituléeI have a dream…, ainsi présentée sur le site de Kan :«  Tel Martin Luther King nous avons essayé de rêver aussi… un rêve de paix »« Nos invites nous y ont aidé : Yaffa Abou Ramadan, jeune Arabe israélienne de Tel-Aviv ; Marie Lyne Smadja, fondatrice du mouvement ‘”Les Femmes font la Paix” ;’ et Youval Rahamim, directeur du Forum des Ong’s israéliennes pour la Paix. » 

Pour écouter l’émission  >   https://www.kan.org.il/Radio/item.aspx?pid=22406tal


L’écrivain David Grossman a été désigné pour recevoir rix d’Israël 2018 de Littérature et de Poésie. La récompense d’une carrière parfois mouvementée. David Gombin brosse son portrait…  

Pour écouter l’émission  >  https://www.kan.org.il/Radio/item.aspx?pid=23746


Références

Vous trouverez une quinzaine de textes ou prises de paroles de David Grossman sur ce site. Signalons notamment que l’écrivain, présent au Théâtre national de la Colline à Paris où une lecture-concert d’Un cheval entre dans un bar, montée  avec France-Culture et déjà représentée au festival d’Avignon le printemps précédent, était donnée. Il y disait : « Nous ne pouvons nous permettre de désespérer ! » Nous vous invitons à lire le compte-rendu de ses propos lors cette soirée d’ouverture.  

https://www.lapaixmaintenant.org/david-grossman-nous-ne-pouvons-pas-nous-permettre-de-desesperer/ 

 


Au nombre de ses œuvres traduites en français, citons :

Le Vent jaune (Le Seuil, 1988), Enquête dans les territoires occupés ; Chroniques d’une paix différée (Le Seul, 2003) ; Une femme fuyant l’annonce (Le Seuil, 2011 — Prix Médicis), où résonne l’écho transposé de la mort de son fils, tombé au Liban peu avant la fin des hoslités à laquelle, ironie du sort, l’écrivain venait d’appeler publiquement avec Amos Oz et A.B. Yéhoshoua ;  Le Livre de la grammaire intérieure (Le Seuil, 1991), qui relate la vie de ss parents dans l’Europe en proie au nazisme, leur émigration et la Jérusalem de son enfance.

Lorsqu’il apprit que le prix d’Israël lui était décerné, David Grossman raconta, comme le rapporte Yaël Zur dans le Ha’Aretz, que l’on avait demandé aux candidats de mettre leur biographie en forme d’histoire. Ce qui avait suscité l’évocation de cette anecdote : « Avant que Le Livre de la grammaire intérieure  ne soit publié, je croyais que c’était le droit de mes parents de le lire avant que d’autres ne le fassent. Ils le firent, et mon père dit,  “c’est une belle histoire, mais est-ce que tu crois vraiment que quiconque en dehors de notre famille la comprenne ?” Depuis lors, chaque fois que je vois la traduction du livre dans une nouvelle langue, je dis, “tu vois, papa ? Ils ont compris. C’est comme ça que je veux que mes livres soient lus en Israël et à l’étranger, en hébreu, en chinois et en tamoul, et que mon père pense que seule notre famille peut les comprendre.” »