L’Union européenne adopte un plan d’aide aux Palestiniens en contournant le Hamas

Thème : Économie, infrastructures Diplomatie

Ha’aretz
mis en ligne le 16 juin 2006

Les dirigeants de l’Union européenne (UE) ont adopté ce vendredi un plan qui permettrait de faire parvenir des fonds aux Palestiniens dans les domaines de la santé, des services sociaux et d’autres services comme le chauffage et les installations sanitaires, tout en maintenant un gel de l’aide au gouvernement dirigé par le Hamas. La déclaration finale du sommet de l’UE affirme que le bloc de ses 25 membres "se tient prêt à contribuer pour une somme importante à un mécanisme international" qui ferait parvenir une assistance aux Palestiniens tout en contournant le Hamas. Selon l’UE, ce mécanisme devrait être mis en place avant la fin juin.

Cette déclaration de l’UE affirme en outre que la conception de ce plan s’est effectuée en consultation avec les Etats-Unis, la Russie et les Nations Unies, qui en mai dernier ont exprimé leur accord sur la nécessité de trouver un mécanisme pour maintenir à flot l’économie palestinienne, après que la plupart des aides internationales eurent été coupées suite à la victoire du Hamas en janvier dernier.

(...) La déclaration ne mentionne pas directement le paiement des salaires des fonctionnaires palestiniens (auquel Israël s’oppose), mais elle parle d’"allocations sociales" dont des officiels de l’UE disent qu’elles permettraient le paiement des salaires d’un certain nombre de fonctionnaires.

Par ailleurs, L’UE exhorte Israël à reprendre le transfert [à l’Autorité palestinienne] des recettes fiscales qu’il perçoit pour le compte des Palestiniens, et qui se montent à plus de 50 millions de $ par mois. Ces fonds sont "vitaux si l’on veut éviter une crise dans les territoires palestiniens", rappelle la déclaration de l’UE.

Après la victoire du Hamas, Israël a bloqué ces fonds. Les Etats-Unis, l’UE ainsi que d’autres pays donateurs ont également gelé des millions de dollars d’aide directe au gouvernement palestinien après la victoire du Hamas, qualifié par l’UE comme par les Etats-Unis d’organisation terroriste. Ce gel de l’aide internationale a signifié que quelque 165.000 fonctionnaires, y compris les enseignants, les travailleurs sociaux et le personnel de sécurité, ne sont plus payés depuis trois mois. Dans sa déclaration, l’UE appelle les autres pays donateurs, dont les Etats arabes, à "envisager des contributions rapides et substantielles".

L’UE demande à Israël de reprendre les pourparlers de paix avec le président Mahmous Abbas, dont le mouvement Fatah est le principal rival politique du Hamas. Elle demande à Abbas de désarmer les groupes violents et de stopper les attaques contre Israël.

Dans un message adressé aux Israéliens, l’UE condamne la violence exercée contre des civils palestiniens et demande de stopper "toute action qui menacerait la viabilité d’une solution à deux Etats et tout acte contraire au droit international". Cela en référence, en particulier, à la construction par Israël de la barrière de sécurité en Cisjordanie et aux colonies juives.

Evoquant la détermination d’Ehoud Olmert à tracer les frontières définitives d’Israël avant 2010, avec ou sans accord avec les Palestiniens, l’UE souligne qu’elle "ne reconnaîtra aucune modification de la frontière d’avant 1967 autre que celles qui résulteraient d’un accord entre les deux parties".