Cet article souligne la nécessité pour les dirigeants palestiniens de faire une contre-proposition ou de présenter les raisons pour lesquelles ils s’opposent à la vision de paix du président Trump, qui a été dévoilée en janvier 2020. Même le rejet le plus véhément du plan par les Palestiniens n’empêchera peut-être pas la mise en œuvre de certains aspects de la vision – tels que l’annexion éventuelle de la vallée du Jourdain, de toutes les colonies israéliennes et d’autres parties de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Par conséquent, il est dans l’intérêt des Palestiniens, représentés par l’Autorité palestinienne, de présenter leur propre proposition concernant un accord de paix acceptable à Israël. En effet, les Palestiniens ne peuvent plus se permettre de continuer à mener une guerre “sainte” contre le président Trump. En fait, le président Trump peut être un allié inestimable pour les Palestiniens s’il est approché différemment et traité correctement.


Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Auteur : Bishara Bahbah pour INSS Insight n°1322, 21 mai 2020

Photo : REUTERS/Jonathan Ernst

https://www.inss.org.il/publication/trump-peace-plan-and-the-palestinians/?offset=6&posts=2410

Mis en ligne le 27 juin 2020


L’objectif de cet article est de souligner la nécessité pour les dirigeants palestiniens de faire une contre-proposition ou de présenter les raisons pour lesquelles ils s’opposent à la vision de paix de Trump qui a été dévoilée en janvier 2020. Même le rejet le plus véhément du plan par les Palestiniens ne pourra pas empêcher la mise en œuvre de certains aspects de la vision – comme l’annexion éventuelle de la vallée du Jourdain, de toutes les colonies israéliennes et d’autres parties de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Ces développements, s’ils se produisent, auront des effets négatifs à long terme et probablement irréversibles sur les perspectives futures d’un État palestinien souverain et viable.

Dans cette logique, il est dans l’intérêt des Palestiniens, représentés par l’Autorité palestinienne, de présenter leur propre vision, leurs idées, leurs propositions et leurs exigences quant à la forme que pourrait prendre un accord de paix acceptable avec Israël. C’était également l’essence de mon article, co-écrit avec l’ancien envoyé spécial du président Trump au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, publié un jour avant la publication du plan en janvier dernier.

De façon réaliste, ni Israël ni la Palestine ne finiront par obtenir ce qu’ils veulent. En tant qu’occupant, Israël obtiendra tout le butin, en particulier car les États-Unis le lui permettra.

Il est impératif que les Palestiniens présentent dès maintenant leur propre vision d’un accord de paix pour les raisons suivantes :

Il est probable, à mon avis, que les auteurs du plan de paix Trump ont prévu qu’il y aurait des révisions, voire des changements majeurs et significatifs, du plan Trump proposé pour répondre aux demandes et aux aspirations des Palestiniens.

Je suis d’avis que le président Trump pensait ce qu’il a dit lors du dévoilement du plan à la Maison Blanche : “Il est tout à fait raisonnable que je doive faire beaucoup pour les Palestiniens, sinon ce ne serait pas juste.”

Étant donné le paysage politique actuel aux États-Unis, il est sans importance de savoir si les chances de réélection du président Trump ont diminué en raison de la gestion de la pandémie de corona par son administration. Trump sera président jusqu’au début du mois de janvier 2021. Pendant cette période, il peut se passer beaucoup de choses sous sa direction qui affecteront l’avenir du conflit israélo-palestinien pour les décennies à venir. En outre, Joe Biden, le candidat démocrate présumé, a déjà déclaré qu’il ne reviendrait pas sur la décision de Trump de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. De plus, il n’est ni charismatique, ni jeune, ni orateur, et pourrait être envoûté par les attaques féroces de Trump lors des débats présidentiels américains.

Le président Trump a récemment offert un rameau d’olivier aux Palestiniens sous la forme d’une subvention de 5 millions de dollars pour les aider à lutter contre le coronavirus. Il s’agissait de la première aide, en dehors de l’aide à la sécurité offerte aux forces de sécurité palestiniennes par l’intermédiaire de la CIA. Ce montant, bien que symbolique, est important sur le plan politique. C’est la première forme d’aide présentée aux Palestiniens depuis plus de deux ans, après que toute l’aide a été coupée aux Palestiniens, y compris l’AP, l’UNRWA et les hôpitaux privés palestiniens.

Il est regrettable que les négociateurs palestiniens, qui ont échoué à maintes reprises, soient toujours en position de pouvoir. Ils rejettent toujours la responsabilité de leurs échecs sur les autres et jamais sur eux-mêmes. Si Abbas veut un accord de paix, il a besoin de nouvelles têtes pensantes autour de lui, des gens qui sont visionnaires et pragmatiques. Ces personnes devraient être capables de prévoir les avantages du plan de paix Trump, avec tous ses défauts, et de profiter de l’empressement du président Trump à écrire l’histoire.

Politiquement, les Palestiniens sont faibles et divisés (le Hamas contrôle entièrement la bande de Gaza), mais la direction d’Abbas est encore largement considérée comme représentative du peuple palestinien dans le monde.

Abbas est vieux et en mauvaise santé, et les vautours du Fatah s’apprêtent à foncer pour tenter de s’emparer du leadership. Si Abbas, qui est dans une position unique pour conclure un accord avec Israël, manque l’occasion de conclure un accord de paix en ce moment personne du côté palestinien n’aura la légitimité ou le pouvoir de s’asseoir et de négocier un accord de paix avec Israël ou les États-Unis jusqu’à ce qu’un nouveau dirigeant puissant et légitime émerge. D’ici là, Israël pourrait avoir annexé la vallée du Jourdain (30 % de la Cisjordanie) et les blocs de colonies (11 % de la Cisjordanie).

Le temps est donc un facteur essentiel. Israël et les États-Unis sont actuellement en train de “cartographier” les zones de la Cisjordanie qu’Israël souhaite annexer. Une fois la “cartographie” terminée, Israël pourrait, mais il est peu probable, obtenir le feu vert des États-Unis pour procéder à l’annexion de “parties” de la vallée du Jourdain, y compris de grands blocs de colonies.

Cette annexion peut être retardée, voire complètement stoppée, si et quand les Palestiniens indiquent qu’ils souhaitent s’asseoir à la table des négociations sur les termes du plan de paix ou faire une contre-proposition.

Au cours des dernières semaines, d’étranges rebondissements sont apparus dans la politique israélienne. Benny Gantz a tourné le dos à ses alliés et a décidé de former un gouvernement “d’urgence” avec Benjamin Netanyahu, vraisemblablement pour se concentrer sur la lutte contre le coronavirus. L’accord de coalition permet à Nétanyahou d’introduire une proposition d’annexion au gouvernement après le 1er juillet, même si Gantz s’y oppose.

On ne sait pas encore dans quelle mesure la présence de Gantz au sein du gouvernement aidera ou entravera le processus de paix. Cependant, en tant que militaire, et comme des centaines d’anciens hauts responsables de la sécurité israélienne, il n’est pas convaincu que l’annexion de vastes zones de la Cisjordanie servira les intérêts d’Israël en matière de sécurité à long terme. Ces gens de la sécurité veulent une solution à deux États et ne veulent pas d’un éventuel État binational où les Juifs ne seraient pas majoritaires.

Par ailleurs, aucun gouvernement israélien ne peut se permettre de rompre ses liens avec le gouvernement jordanien. L’annexion par Israël de la vallée du Jourdain est une ligne rouge qu’Amman ne peut pas et ne veut pas tolérer dans ses relations avec Israël. Il n’y a eu qu’une poignée d’incidents à la frontière entre la Jordanie et la Cisjordanie depuis la signature de leur accord de paix il y a environ 25 ans. L’annexion de la vallée du Jourdain va agiter la population jordanienne, en grande partie palestinienne, et le roi de Jordanie ne peut se permettre d’autres perturbations engendrées par le comportement agressif d’Israël.

Trump et ses conseillers étaient probablement conscients que leur plan de paix offrait à Israël tout ce qu’il aurait pu demander et même plus, comme me l’a dit un ancien général israélien lors d’une récente réunion à Tel-Aviv. Cependant, étant donné ce que nous savons de la diplomatie trumpienne, le président, à mon avis, est prêt à s’appuyer sur Israël pour accepter nombre des demandes nationales et historiques fondamentales des Palestiniens. Par conséquent, les Palestiniens devraient mettre de côté leurs émotions et s’engager avec Trump. Il peut en effet devenir le plus important partisan de la Palestine et d’une solution équitable à deux États, maintenant qu’il a gagné les Israéliens et satisfait sa base nationale d’électeurs évangéliques de droite.

Les Palestiniens ne peuvent plus se permettre de continuer à mener une guerre “sainte” contre le président Trump. Bien au contraire, le président Trump peut être un allié précieux pour les Palestiniens s’il est abordé différemment et traité correctement.

Le président Trump a besoin des Palestiniens. Le président a besoin d’une “victoire spectaculaire” sur l’arène internationale qui pourrait lui valoir un prix Nobel de la paix. Les Palestiniens devraient saisir cette opportunité et s’appuyer sur Trump pour obtenir les conditions les plus favorables tout en négociant un accord de paix avec les Israéliens. Aussi ironique que cela puisse paraître, le président Trump pourrait en fin de compte être le sauveur des Palestiniens en leur offrant les meilleures conditions possibles menant à l’avènement d’un État palestinien !

_____________________