Un Israélien sur cinq au-dessous du seuil de pauvreté


Pres d’un Israelien sur cinq vit aujourd’hui en-dessous su seuil de
pauvrete, d’apres un etude statistique officielle publiee ce lundi, qui
revele aussi que sur ces 1,17 millions de personnes, il y a plus de 500.000
enfants.

Les chiffres pour 2001, compiles par l’Institut d’Assurance Nationale
(Bitouakh Leoumi) et le ministere du Travail et des Affaires sociales,
montrent que le nombre d’Israeliens vivant au-dessous du seuil de pauvrete a
augmente de 81.000 l’annee derniere (dont 50.000 enfants). Le nombre total
d’Israeliens concernes se monte a 1,17 million, dont 531.000 enfants.

A la fin de l’annee prochaine, quand auront pris effet les differentes
coupes dans les budgets sociaux, les chercheurs de l’Assurance Nationale
estiment que pres d’un enfants sur trois pourrait vivre en-dessous du seuil
de pauvrete.

Le rapport montre que les cinq deciles inferieurs de la societe israelienne
supporteront 70% des coupes, tandis que les deux deciles superieurs n’en
supporteront que 9%.

L’etude montre egalement que les villes de Haifa et de Bat Yam ont ete
particulierement touchees. En 2001, les familles vivant en-dessous du seuil
de pauvrete a Haifa sont passees de 11.6 a 14.8%, et a Bat Yam de 14 a
19.6%.

Le rapport prend pour base des criteres economiques qui considerent qu’un
couple israelien est pauvre si ses revenus mensuels sont inferieurs a 2.768
shekels (584 euros). Le seuil de pauvrete pour un couple avec deux enfants a
ete fixe a 4.428 shekels (934 euros), et a 5.881 shekels (1.241 euros) pour
un couple avec quatre enfants.

Reagissant a la publication de ces chiffres, le depute du Meretz (opposition
de gauche) Ran Cohen, president de la commission parlementaire etudiant la
stratification socio-economique de la societe israelienne, a declare qu’il
n’etait “pas surpris, mais atterre. Ce sont les chiffres d’une catastrophe,
le signe d’une monstruosite sociale”.

“C’est une marque indelebile sur le front des responsables de cette
situation”, a declare Cohen a la radio nationale, faisant reference a la
coalition au pouvoir. Il a reclame la demission du ministre du Travail et
des Affaires sociales, Shlomo Benizri (Shas), qui a vote la semaine derniere
en faveur des coupes dans les budget 2003.

Le chiffre de 29.6% d’enfants vivant en-dessous du seuil de pauvrete
represente une augmentation de 1.7% par rapport a l’annee derniere. Les 1.17
million d’Israeliens concernes representent 19.6% de la population, soit une
augmentation de pres d’1%.

Dans le meme temps, le fosse entre classes favorisees et defavorisees s’est
creuse de facon appreciable. La part des revenus des trois deciles
inferieurs par rapport a la totalite des revenus de la nation s’est reduite
de 4.5% a 3.5%, alors que la part des deux deciles superieurs a augmente de
1.3%, pour atteindre 53.9%.

Rompant avec les habitudes officielles, le rapport etudie les consequences
eventuelles des plans actuels, qui prevoient une reduction de plus d’un
milliard d’euros des aides sociales dans le budget 2003. Les chercheurs
estiment que, meme apres avoir touche leurs allocations, le pourcentage des
familles israeliennes vivant en-dessous du seuil de pauvrete s’eleverait a
19.1% pour la periode 2002-2003, contre 17.7% en 2001.

Pour la meme periode 2002-2003, le nombre estime d’Israeliens qui vivraient
en-dessous du seuil de pauvrete s’eleverait de 1.17 a 1.29 million de
personnes, soit 21.7% de la population, dont 605.000 enfants, soit 30.6% des
enfants israeliens. Cela signifierait qu’un enfant sur trois vivrait
en-dessous du seuil de pauvrete.