Nous devrions commencer par la fin


(communique des Amis de Shalom Akhshav)

“NOUS DEVRIONS COMMENCER PAR LA FIN”

(Ami Ayalon)

Les recents evenements : demission d’Abou Mazen, poursuite des assassinats
cibles, attentats-suicides criminels, suscitent toujours la meme litanie de
commentaires et d’analyses. Nous savons d’avance ce qui va etre dit de tous
cotes. La tentation est grande de ne plus ecouter et de se refermer sur soi
meme.

Mais il faut bien sur commencer par reaffirmer notre condamnation absolue
de tous les actes de violence qui frappent des victimes civiles innocentes,
que ce soit les attentats suicides palestiniens qui s’attaquent
indistinctement a une population simplement parce qu’elle ose etre
israelienne, mais sans oublier non plus les victimes civiles
palestiniennes, otages d’un conflit arme qu’elles subissent, sans pouvoir
se faire entendre. Nos pensees vont aux victimes et a leurs proches,
accables et impuissants dans une situation qui semble devenue
incontrolable.

Mais a part cela, qu’aurions nous d’autre a dire?
Beaucoup de choses.

 Que ces attentats-suicides criminels sont un echec et une reussite.

Ils sont un echec pour ceux qui voudraient croire qu’ils vont faire plier
le gouvernement ou le peuple israelien, et par la meme faire avancer des
revendications legitimes des Palestiniens. C’est ce qu’admettent de
nombreux palestiniens, y compris le nouveau Premier ministre designe, Abou
Ala.

Ils sont une reussite pour ceux qui sont interesses a ce que la haine et la
violence entre les deux peuples se developpent encore plus jusqu’a
l’irremediable. Ceux qui revent de creer les conditions ou un seul Etat,
pour un seul des deux peuples, serait cree sur la terre historique d’Israel
et de Palestine, et ou le peuple antagoniste n’aurait plus sa place.
L’incapacite a enrayer le cycle diabolique actuel nous rapproche petit a
petit de cette echeance.

 Que les assassinats cibles de responsables des organisations
terroristes palestiniennes sont aussi un succes et un echec.

Ils sont un succes car ils affaiblissent temporairement la capacite
operationnelle de ces organisations.

Ils sont un echec car ils permettent a
ces organsations d’elargir la base de soutien populaire a leur cause
extremiste, et prepare un avenir ou de plus en plus de Palestiniens ne
verront d’issue a leur sort que par le meurtre et le sang verse. Le dire et
le reconnaitre n’est pas l’expliquer ou le justifier. C’est identifier une
menace majeure, et contribuer a reflechir a la facon de l’eviter.

 Il est illusoire d’esperer ou d’exiger des Palestiniens qu’ils
mettent un terme aux actions terroristes de leurs extremistes, si aucune
perspective concrete de sortie du conflit ou d’amelioration de leur sort ne
leur est offerte. Exiger un arret du terrorisme sans vouloir contribuer a
creer les conditions de cet arret est soit hypocrite, soit naif.
Comme nous dit Ami Ayalon: ” Les Palestiniens ne lutteront pas contre le
terrorisme sans une vison claire d’un accord permanent. C’est a dire non
seulement en sachant ce qu’ils y perdraient au travers d’une guerre
fratricide, mais surtout ce qu’ils y gagneraient” (Liberation 8 septembre
2003)

 La seule facon de sortir de ce cycle infernal, c’est que le
gouvernement d’Israel commence a prendre des initiatives unilaterales (debut
de veritable evacuation des implantations dans les territoires
occupes, arret de l’expansion des colonies existantes, affirmation claire
de l’objectif de voir se creer un Etat palestinien viable a cote d’Israel,
volonte de contribuer au retour et a l’etablissement des refugies
palestiniens dans un futur etat Palestinien), et qu’ainsi les Palestiniens
soient places face au defi d’une solution possible et d’une paix, plutot
qu’au defi d’une occupation sans issue qui nourrit l’extremisme et le
desespoir.

C’est la seule facon pour que les clivages necessaires s’operent au sein de
la societe palestinienne, et que les extremistes criminels soient
neutralises.

Ce sont les perspectives tracees par la plate-forme Ayalon-Nusseibeh, qui
a deja recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures israeliennes
et palestiniennes, et qui se revele petit a petit comme le seul axe autour
duquel une solution politique au conflit pourrait etre batie.

 Pour cela, il faut que le gouvernement israelien accepte d’affronter
politiquement le lobby des colons, surrepresente dans l’establishment
politique, et qui ne reflete meme pas le veritable etat d’esprit des
differentes populations habitant au dela de la Ligne Verte.

 Se defendre est necessaire et inevitable, se venger est un piege.
Entre les deux, dans la situation actuelle, la ligne de partage est parfois
fluctuante et tenue.

Mais dans l’Histoire, Israel a prouve qu’il a su repondre aux menaces sur
son existence en prenant des initiatives et en surprenant l’adversaire.
C’est de nouveau le moment, car toutes les tentatives de solution par des
demarches progressives, graduees et reciproques, ont echoue.
Perpetuer le statu quo de l’occupation, et le justifier, sans contribuer
soi-meme a creer les conditions necessaires a l’eradication du terrorisme,
c’est tromper son peuple.

 De la meme facon, faire croire aux Palestiniens qu’ils pourraient
sortir de leur situation desesperee actuelle par le terrorisme, et en
faisant s’apitoyer l’opinion internationale sur leur sort, est un mensonge,
et est indigne de dirigeants qui pretendent incarner les aspirations
nationales de leur peuple.

 Si les deux gouvernements sont incapables de sortir leurs peuples de
l’orniere dans laquelle ils les ont mis, seule une intervention
internationale concertee et consequente pourrait mettre fin a ce conflit
par une solution imposee. Mais combien de souffrances devront etre encore
endurees, avant que les adversaires soient suffisamment epuises pour
accepter l’intervention d’un arbitre?

Nous devons aider a ce qu’une alternative politique souhaitee par les
secteurs raisonnables des deux peuples et illustree par la plate-forme
Ayalon-Nusseibeh devienne une perspective credible et que le pire soit
evite.

Étiquettes