Marginalisation des idéologies radicales (sondage)


Communique de Search for Common Ground

Sondage : MARGINALISATION SYMETRIQUE DES IDEOLOGIES RADICALES EN ISRAEL ET PARMI LES PALESTINIENS


Selon un communique en date du 10 decembre 2002, l’association de
prevention et resolution des conflits Search for Common Ground* a rendu publics le meme jour les resultats du second sondage effectue a sa demande par l’Unite d’etudes d’opinion en politique internationale [Program on International Policy Attitudes**] de l’universite du Maryland sur les reactions des publics palestinien et juif israelien a l’eventuel usage de methodes non-violentes par l’Intifada. En voici l’essentiel :

• La marginalisation des ideologies radicales

“Ce sondage demontre clairement que le fosse entre Israeliens et Palestiniens n’est pas ideologique”, note Susan Collin Marks, vice-presidente executive de Search for Common Ground. “La mefiance bloque la volonte fondamentale sous-jacente d’arreter la violence et de progresser vers une solution basee sur les frontieres de 1967. Le defi lance aux batisseurs de paix est de jeter des ponts
au-dessus de cette fracture. Il est frappant de voir a quel point chacun des deux cotes est le miroir de l’autre.”

Plus de 70 % des Palestiniens se disent prets a sortir du cycle de la violence si Israel accepte un reglement comportant l’etablissement d’un Etat palestinien sur la base des frontieres de 1967. Pourtant, nombreux sont ceux au sein de cette majorite qui ne croient pas qu’Israel fasse vraiment un jour les concessions necessaires. Ce manque de confiance empeche la constitution d’une franche majorite prete a renoncer a la violence. Parallelement, moins d’un Palestinien sur cinq prefererait poursuivre la lutte armee dans le but de gagner la totalite de la Palestine historique.

Plus de 70 % des Israeliens juifs sont prets a accepter un Etat palestinien sur la base des frontieres de 1967 si les Palestiniens abandonnent la violence pendant une longue periode. Pourtant, nombreux sont ceux au sein de cette majorite qui ne croient pas que les Palestiniens renoncent vraiment a la violence. Comme du cote
palestinien, moins d’un sur cinq soutiennent l’ideologie radicale qui voudrait conserver a jamais les territoires occupes.

• Les chances d’une Intifada non-violente

72 % des Palestiniens voient les manifestations non-violentes comme au moins aussi efficaces que la violence pour peu qu’on les utilise a grande echelle.

72 % des Israeliens considerent que la communaute internationale poussera plus fortement Israel au compromis si les Palestiniens mettent l’accent sur des formes de protestation non-violente.

80 % des Palestiniens se sont interesses aux recentes manifestations non-violentes et aux violations massives du couvre-feu impose par
Israel. Parmi ceux qui ont precise que des manifestations avaient eu
lieu dans leur ville, 54 % ont declare y avoir pris part. Quelque 51 % ont dit qu’ils voudraient participer a des actions de ce type, et quelque 34 % soutiendraient ceux qui le feraient. Une legere majorite considere pareilles manifestations comme au moins aussi efficaces que la violence, et ce point de vue monte a 70 % en cas d’usage a grande echelle.

90 % des Israeliens ont peu ou pas connaissance des recentes manifestations non-violentes de violation du couvre-feu. 45 % environ tendent a les interpreter de façon negative comme un defi a l’administration israelienne plutot que comme l’emergence d’un mouvement non-violent. Bien que les Israeliens expriment de forts doutes quant a l’emergence d’un veritable mouvement non-violent, 65 % d’entre eux sont d’avis qu’Israel devrait faire preuve de retenue face aux manifestations non-violentes, afin d’encourager cette tendance.

Du cote palestinien, le soutien aux methodes non-violentes, telles que les manifestations de masse en signe de protestation ou de refus du couvre-feu, est tres puissant (de 71 a 82 % selon la methode envisagee) et depasse celui accorde aux attentats-suicide (70 %), mais une tres forte majorite persiste a exprimer son soutien a l’usage concomitant de la violence. 91 % des Palestiniens voient ceux qui ont ete tues par Tsahal au cours d’une action non-violente comme des martyrs.

Du cote israelien, la confiance en la campagne militaire se fissure. Alors que 82 % d’entre eux approuvent les actions menees par Tsahal ces derniers mois, 64 % pensent qu’elles ne font en fait qu’accroitre la violence palestinienne a l’encontre des Israeliens.

METHODOLOGIE ————————————
Cote palestinien, le sondage a ete effectue par le Jerusalem Media and Communications Center***, institut palestinien specialise dans les enquetes d’opinion publique, au cours d’entretiens menes en face a face avec 599 Palestiniens entre le 17 et le 21 novembre 2002.
Cote israelien, le sondage a ete effectue par le B.L. and Lucille Cohen Institute for Public Opinion Research**** de l’universite de Tel-Aviv, institut israelien de sondages, au cours d’entretiens telephoniques menes avec 508 Israeliens juifs entre le 24 et le 26 novembre 2002. La marge d’erreur est de ±4 % pour l’etude palestinienne et de ±4.5 % pour l’etude israelienne.

SOURCES ——————————————–

Le sondage est integralement disponible sur le site de Search for Common Ground en anglais, hebreu et arabe :

 [->http://www.sfcg.org/News/Dec2002PollRelease-English.pdf]

 [->http://www.sfcg.org/News/Dec2002PollRelease-Hebrew.pdf]

 [->http://www.sfcg.org/News/Dec2002PollRelease-Arabic.pdf]
Contact : Taly Lind 972-56-369291

* Search for Common Ground (SFCG) existe depuis 1982, avec un double
siege a Washington et Bruxelles et des antennes dans 13 pays.
L’association edite Common Ground News Service (Bulletin de la
cooperation regionale au Moyen-Orient) et organise de nombreuses
rencontres favorisant le dialogue et l’action commune.

** The Program on International Policy Attitudes (PIPA) de l’universite du Maryland a ete cree dans le but d’aider a combler le fosse entre divers secteurs de l’opinion et groupes decisionnaires en matiere de relations internationales. Les chercheurs du PIPA analysent les tendances de l’opinion, en quete d’un denominateur commun sur les grandes questions de politique internationale.

*** Le Jerusalem Media and Communications Center (JMCC) est la premiere institution au sein du monde arabe a mener methodiquement et regulierement des enquetes d’opinion publique. L’objectif principal est d’accroitre la part de l’opinion publique dans le processus de prise de decision politique en la faisant connaitre aux decisionnaires.

**** Le B.L. and Lucille Cohen Institute for Public Opinion Research est le seul institut d’etudes d’opinion publique lie a une universite israelienne. A ce titre, il a mission de developper les ressources theoriques et methodologiques permettant d’etudier les comportements et opinions dans la societe israelienne. Ses objectifs sont la mise au point d’un programme d’etude des attitudes israeliennes en matiere politique et sociale.

Étiquettes