Editorial de Haaretz : “Israël ne sera jamais véritablement indépendant tant que les Palestiniens n’obtiendront pas une véritable indépendance. Les jours difficiles que nous avons traversés en sont un douloureux rappel.”


Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Photo : Fête de l’Indépendance – https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-

Haaretz,  7 mai 2019

https://www.haaretz.com/opinion/editorial/independence-for-both-peoples-1.7211026


Israël entame le 8 mai soir les célébrations du 71ème anniversaire de la fête de l’Indépendance ; la joie en sera ternie compte tenu du prix sanglant et du désespoir causés par la dernière vague de violence à Gaza. Quatre civils israéliens et vingt-cinq Palestiniens ont été tués au cours d’une nouvelle campagne sanglante. Les événements de ces derniers jours, comme les autres échauffourées, démontrent l’impasse diplomatique dans laquelle nous nous trouvons.

Même si un cessez-le-feu a été conclu, il est probable que la violence reprendra bientôt, que  les tirs de roquettes forceront de nouveau un grand nombre d’Israéliens à chercher refuge dans des abris antiaériens et provoqueront morts et souffrances supplémentaires. Le premier à admettre ce fait déprimant est le Premier Ministre Benjamin Netanyahu qui, contrairement à l’enthousiasme dont il fait preuve lors de ses interventions télévisées dans sa guerre contre le système judiciaire, s’abstient de s’adresser au public en temps de crise tandis que retentissent les sirènes des fusées. Lundi 6 mai, il a déclaré : “La campagne n’est pas terminée… Nous sommes prêts à continuer.”

Continuer quoi ? Quel est le plan de Netanyahu? achever son plan visant à séparer la Cisjordanie de la bande de Gaza? affaiblir l’Autorité palestinienne et préserver le pouvoir du Hamas ? Quelle solution le Premier ministre offre-t-il aux habitants du Sud, qui ont souffert pendant des années, surtout l’année dernière ? Comment entend-il faire face aux conséquences de l’équation qu’il a créée, selon laquelle Israël ne comprend que la force et la violence puisqu’il affaiblit et humilie ceux qui ont choisi la voie diplomatique, alors qu’il renforce ceux qui attaquent ses citoyens?

Ironiquement, durant l’ère Netanyahu, ce n’est pas le Hamas qui est dissuadé mais plutôt la gauche israélienne, laquelle peut et doit dénoncer l’escroquerie sécuritaire de Netanyahu. Face au silence du porte-drapeau de l’opposition, le parti Kahol Lavan, nous devons répéter haut et fort ce que la plupart des Israéliens souhaitent refouler, à savoir qu’il est impossible de “s’accommoder” du conflit, d’occulter le peuple palestinien et d’ignorer ses problèmes et ses revendications légitimes d’indépendance et de liberté en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. L’occupation, qui détruit tout ce qu’il y a de bon dans la société israélienne, est suspendue telle une épée au-dessus d’Israël. Elle continuera d’être une menace morale et stratégique,indépendamment des résultats des élections ou de la personne qui siège à la Maison-Blanche.

Les destins des peuples juif et palestinien sont entremêlés, qu’ils le veuillent ou non. Le bonheur et le bien-être de l’un dépendent de ceux de l’autre, et nul homme d’État, nul général ne peut effacer cela. Israël ne sera jamais véritablement indépendant tant que les Palestiniens n’obtiendront pas une véritable indépendance. Les jours difficiles que nous avons traversés sont un douloureux rappel de ces faits.

L’article ci-dessus est l’éditorial principal de Haaretz, tel que publié dans les journaux hébreux et anglais en Israël.