“Kushner est passé du rôle d’avocat spécialisé dans les divorces à celui de courtier en mariage.”


Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Auteur : Thomas L. Friedman, New York Times, 15 septembre 2020 

Photo : le Doug Mills/The New York Times

https://www.nytimes.com/2020/09/15/opinion/trump-israel-bahrain-uae.html

Mis en ligne le 20 octobre 2020


Ayant couvert la diplomatie arabo-israélienne pendant plus de 40 ans, je dois dire que les accords de normalisation signés mardi entre Israël et les Emirats arabes unis, Israël et Bahreïn ont été conclus d’une manière très inhabituelle – mais incroyablement révélatrice. Je peux l’expliquer au mieux par l’analogie avec un afeuilleton télévisé : c’est comme si Jared Kushner était un avocat qui avait entrepris d’organiser un divorce entre un couple, “Mme Israël” et “M. Palestine”. Mais au cours du processus, M. Kushner a découvert que Mme Israël et M. Palestine étaient si incompatibles qu’ils ne pouvaient même pas ‘asseoir ensemble dans une pièce, et encore moins se mettre d’accord sur son plan de séparation. Mais en cours de route, M. Kushner a découvert quelque chose d’intriguant : Mme Israël avait une liaison avec M. Emirats, qui fuyait une relation abusive avec Mme Iran. M. Kushner a donc cessé d’essayer d’organiser un divorce entre M. Palestine et Mme Israël et a plutôt saisi l’intérêt mutuel de Mme Israël et de M. Emirats de se marier – sans parler de l’intérêt du président Trump de servir de “juge de paix” qui présiderait la cérémonie sur la pelouse de la Maison Blanche en pleine campagne présidentielle.

Miser sur le commerce
Le fait que la normalisation des relations entre Israël et les Émirats et sans oublier celles entre Israël et le Bahreïn ait été élaborée en raison de l’échec, jusqu’à présent, de la manière dont l’administration Trump a abordé la diplomatie israélo-palestinienne, ne diminue pas son importance. Et ce, même si cela ajoute une bonne dose d’ironie à notre histoire. Ma règle d’or: au Moyen-Orient, on obtient de grands changements lorsque les grands acteurs font les bonnes choses pour les mauvaises raisons.

Et c’est la bonne chose à faire. L’Égypte et la Jordanie ont chacune fait la paix avec Israël pour mettre fin à leur état de guerre, mais le commerce, le tourisme et les investissements mutuels ont été limités. Les Émirats et le Bahrein normalisent leurs relations avec Israël parce qu’ils veulent des échanges commerciaux, du tourisme et des investissements, ainsi qu’un partage de renseignements contre l’Iran. Et l’Arabie saoudite a clairement donné sa bénédiction à ce processus en autorisant la compagnie aérienne israélienne El Al à traverser l’espace aérien saoudien pour l’aller-retour avec le Bahreïn et les Émirats Arabes Unis.

On ne voit pas cela tous les jours. À mon avis, tout ce qui fait que le Moyen-Orient qui ressemble davantage à l’Union européenne et moins à la guerre civile syrienne est une bonne chose. Un ami de Dubaï me dit que certaines personnes se saluent déjà en plaisantant avec “Shalom alaikum”, une combinaison de phrases hébraïques et arabes pour dire “bonjour”. Ne vous faites pas d’illusions : je prie chaque soir pour que Trump soit battu en novembre, mais si lui et Kushner ont contribué à faire prospérer cet accord sur leur chemin, tant mieux pour eux. Ils sont coupables de mille péchés – mais cet accord n’en fait pas partie.

Je ne peux pas prédire comment tout cela va se dérouler, mais lorsque l’État arabe le plus avancé technologiquement et le plus mondialisé, les Émirats arabes unis, décidera de collaborer avec l’État non arabe le plus avancé technologiquement et le plus mondialisé de la région, Israël, je pense que de nouvelles énergies seront libérées et que de nouveaux partenariats seront créés, ce qui devrait être bon pour les relations entre les Arabes et les Israéliens ainsi qu’entre les Juifs et les musulmans. Si elle réussit, elle créera un modèle d’émulation alternatif au modèle iranien de résistance permanente, qui n’a fait qu’engendrer des États en faillite au Liban, en Syrie, à Gaza, en Irak et en Iran.

Pourquoi cela se produit-il maintenant ?
Tout d’abord parce que l’Amérique réduit fortement sa présence militaire au Moyen Orient et que, par conséquent, de nouvelles alliances sont forgées pour combler ce vide. Il y a l’axe chiite Iran-Hezbollah au Liban, en Syrie, dans certaines parties de l’Irak et au Yémen. Il y a aussi une alliance turco-qatari. Et, pour contrer les deux, il y a ce nouvel axe tacite Israël-E.A.U.-Bahreïn-Arabie Saoudite, aux côtés d’un axe irakien-égyptienjordanien-sunnite modéré en gestation.

La deuxième tendance est que depuis le printemps arabe, l’effondrement des prix du pétrole et l’augmentation des populations de jeunes arabes, les États arabes sunnites modérés comprennent qu’ils ne peuvent plus conserver leur légitimité en surenchérissant les uns plus que les autres, la question palestinienne et en offrant des emplois et des subventions gouvernementales. Leur stabilité future dépend de leur capacité à fournir à leur jeunesse les outils éducatifs, les relations commerciales, la connectivité mondiale – et le pluralisme religieux, sexuel et éducatif – dont ils ont besoin pour s’épanouir. Bien qu’ils refusent d’inclure le pluralisme politique ou la dissidence dans ce mélange, ils devront le faire à terme. Pour l’instant, cependant, leur modèle de modernisation est la Chine, et non l’Amérique.

Des considérations tactiques critiques ont également été formulées pour les Émirats, affirme David Makovsky, expert en relations arabo-israéliennes à The Washington Institute for Near East Policy. “D’une part, m’a-t-il dit, les E.A.U. ont senti que leur influence auprès de l’administration Trump ne serait jamais aussi forte qu’aujourd’hui – alors que Trump est confronté à un effort de réélection difficile et cherche une percée diplomatique au Moyen-Orient. En tant que tel, s’il y a eu un moment où les États-Unis pourraient vendre les jets furtifs avancés F-35 aux E.A.U., après avoir refusé pendant huit ans, c’est maintenant. Faire la paix avec Israël, a ajouté Makovsky, était aussi une bonne “assurance contre les risques politiques” pour les E.A.U. si Joe Biden gagnait la présidence, car “cela pourrait compenser les tensions avec les démocrates du Congrès sur l’hostilité des E.A.U. à l’égard de l’accord nucléaire iranien d’Obama et de son implication au Yémen“.

Mais la conséquence involontaire la plus importante de l’effort de paix de Kushner a peut-être été de révéler que le gouvernement israélien actuel est totalement incapable d’accepter une quelconque solution à deux États avec les Palestiniens. Comment cela se fait-il ? Le plan de Kushner a abandonné la neutralité traditionnelle des États-Unis et a présenté une carte à deux États conçue pour satisfaire tous les besoins sécuritaires – et politiques – du premier ministre israélien de droite, Bibi Netanyahou, et de sa base de colons juifs de Cisjordanie. Bibi et son ambassadeur à Washington, Ron Dermer, ont contribué à l’élaboration du plan de Kushner. Et que s’est-il passé ? Bibi n’a pas voulu accepter le plan de Bibi lui-même. Kushner proposa qu’Israël puisse annexer environ 30 % de la Cisjordanie, où se trouvent la plupart des colonies juives, mais que les Palestiniens puissent créer un État sur les 70 % restants – bien qu’il s’agisse d’un ensemble de lopins de terre vaguement reliées – avec une capitale en bordure de Jérusalem.

Mais les colons purs et durs de la coalition de Bibi ont insisté pour conserver la souveraineté sur toute la Cisjordanie, qu’ils croient avoir été donnée par Dieu aux Juifs. Ils ne voulaient même pas approuver à 70 % un État palestinien entouré par une armée israélienne. Bibi a donc essayé d’annexer ses 30 % – sans accepter les 70 % pour un État palestinien. Mais Trump et Kushner, et c’est tout à leur honneur, ont bloqué cette tentative. Les E.A.U. sont alors intervenus et ont déclaré que si Bibi abandonnait son plan d’annexion, les Emirats normaliseraient leurs relations.

Bibi a sauté sur l’occasion. Cela lui a permis d’atténuer certaines des critiques de sa base de colons extrémistes pour avoir abandonné l’annexion et de la gauche israélienne pour avoir bloqué le processus de paix avec les Palestiniens. Et les E.A.U. ont obtenu des Palestiniens un gel de l’annexion pour couvrir sa normalisation avec Israël. C’est ainsi que les deux accords ont été liés. Mais qu’avons-nous appris ? La phrase favorite de Bibi avec les présidents américains au fil des ans a été “testez-moi”, impliquant qu’il ferait preuve de courage politique pour le bon plan de deux États. Eh bien, Trump l’a testé – et il a échoué. Bibi n’a jamais préparé sa base à accepter même la forme la plus bénigne et la plus émasculée d’un État palestinien. (Si les Palestiniens avaient eu le moindre sens de l’humour, au lieu de rejeter le plan de Kushner, ils l’auraient accepté sans réserve et auraient totalement exposé Bibi au grand jour. Mais les Palestiniens sont perdus dans l’espace, incapables de se marier ou de divorcer).

Alors, où tout cela nous mène-t-il sur la question israélo-palestinienne ? Je soupçonne que la phase internationale de leur processus de paix est terminée. Quel président américain ou quel envoyé européen va s’impliquer avec Bibi si ce dernier ne peut pas accepter son propre plan ? Par conséquent, la question palestinienne deviendra très probablement de plus en plus une question interne à Israël – une question dont Israël sera le seul propriétaire. Les 2,5 millions de Palestiniens de Cisjordanie, confrontés à la perspective d’un contrôle israélien sans alternative en vue, finiront par exiger l’égalité des droits et la citoyenneté israélienne. Et cela constituera une menace directe pour le caractère juif et démocratique d’Israël, comme aucune armée arabe ne l’a jamais fait. Le véritable héritage de Bibi.

C’est pourquoi, du côté israélo-palestinien, le plan de paix Trump-Kushner est peut-être le plan de paix le plus conséquent jamais mis sur la table – non pas pour ce qu’il a réalisé entre Israéliens et Palestiniens, mais pour ce qu’il a révélé.