Le tango des aveugles


[->http://www.haaretz.com/hasen/spages/374380.html]

Haaretz, 22 decembre 2003

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


Il est particulièrement caracteristique que le mot « Libye » soit absent
des centaines de titres consacrés à la conférence (ô combien prestigieuse)
sur “les equilibres de la securite d’Israel” et aux dizaines d’hommes politiques qui se sont massés a Hertzliya. Tous les signes du changement positif qui se déroule sous notre nez sont masqués par les préoccupations concernant le terrorisme et les armes de destruction massive qui menacent Israël.
Qui s’est soucié de noter que Muammar Kadhafi a été l’un des dirigeants arabes qui, l’année dernière, ont soutenu l’importante décision prise par la Ligue arabe à la conference de Beyrouth? Qui a jamais mentionné la déclaration du minstre jordanien des Affaires etrangères, le Dr Marwan Muasher, qui a dit récemment qu’il était parvenu à la conclusion que la Libye appartenait aux pays qui continuaient a adhérer a cette decision? Le fils de Kadhafi, Sayf al-Islam, n’a eu aucun mal à rencontrer récemment des députés, des officiels et des universitaires de Jérusalem. Il leur a dit qu’Israël avait manqué l’occasion de trouver une solution à deux Etats et qu’il devrait vivre en paix avec les Palestiniens dans un Etat
bi-national. Qui se soucie de se souvenir qu’en avril 2002, la Ligue arabe a reconnu le droit d’Israël à vivre en paix et dans la sécurité dans les frontières de 1967, ainsi qu’il est stipulé dans la résolution 242 du Conseil de securité des Nations Unies ? Qui se soucie de ce que disent les Arabes sur le pacte de Genève ou sur le plan Ayalon-Nusseibeh ? Ceux qui ne regardent le monde que d’un oeil, celui qui leur sert pour la lunette de visée d’un fusil, sont incapables de voir ce qui se produit autour d’eux. Que dirions-nous d’un directeur de la section Irak des renseignements militaires qui brosserait un tableau de la situation en
analysant les positions de Sunnites et des Kurdes, et ignorerait celles des Chiites? Pourquoi, des qu’il s’agit de “notre ” conflit , y a-t-il un côté dont les opinions sont sages et justes, et un autre côté dont les idées ne comptent pas?
Depuis la déception de Camp David 2000, nous avons ete frappés d’une
épidémie d’aveuglement du côté des leaders de la droite, qui n’a d’ailleurs épargné ni certains représentants du “camp de la paix”, ni les plus hauts dirigeants de l’appareil de securité (du moins jusqu’à ce qu’il prennent leur retraite). Parce que cette attitude n’est pas l’exclusivite des Israéliens, pour la démonstration, prenons quelques exemples chez nos voisins.
Imaginons une situation où le conseiller de l’Autorité palestinienne pour
la sécurité, Jibril Rajoub, serait l’invité d’une conférence sur la sécurité nationale palestinienne à l’université de Bir-Zeit. Il y parlerait des dizaines de colonies qu’Israël a créées depuis la signature des accords d’Oslo en septembre 1993, du doublement du nombre des colons, des confiscations de terres, des clôtures et des assassinats. Il mentionnerait le meurtre de 29 Palestiniens dans la mosquée de Hebron en septembre 1994, des violations à répétitions des accords par l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou, et des reports répétés de leur
application par Ehoud Barak. Que dirions-nous si, alors, l’orateur descendait de la scène sous les applaudissements du public, sans même avoir mentionné l’existence de l’intifada violente, des attentats suicides et de l’incitation à la haine? Les arguments d’autorité de ceux qui portent l’uniforme pavent le chemin des hommes politiques pour conquérir le coeur du public. Si, comme le dit Avi Dichter (chef du Shin Bet, ndt), l’Autorité palestinienne n’est qu’une bande de terroristes qui a trompé les artisans des accords d’Oslo, il faut prendre très au serieux les mots du Premier ministre et de son vice-premier ministre, qui préparent l’opinion à un désengagement unilateral, sur les lignes choisies par eux. Si Arafat et ses sbires n’auront de cesse tant que le dernier d’entre nous ne se sera pas noyé dans la mer (comme l’assure Amos Gilad), il faut louer Sharon pour ce qu’il est prêt à “leur donner”, environ la moitié des territoires et un nouvel “Etat” avec des clôtures gratuites.
Ce qui a manqué a Hertzliya, ce sont des analystes venus des services de
sécurité et des universités qui observent la situation avec leurs deux yeux. Ils auraient alors rapporté qu’il est exact qu’il n’existe aucun dirigeant palestinien désireux d’entamer une guerre civile afin de mener des negociations (dans le meilleur des cas) sur une enclave isolée qui n’inclurait meme pas le Grand Jerusalem, la vallee du Jourdain ni le bloc d’Ariel.
Ceux dont les yeux sont rivés ailleurs que sur les hommes politiques pourraient alors nous dire que la plupart des membres de la Ligue arabe, de la Libye à l’Arabie saoudite, sont prêts a reconnaître les droits des Israéliens et des Palestiniens a l’auto-détermination, à la paix et à la sécurité.