Le grand mensonge


Le 31 mai 2001, apres que des Palestiniens eurent tue un agent de securite
israelien dans un avant-poste proche d’Itamar, Tsahal presenta au ministre
de la Defense d’alors, Benjamin Ben-Eliezer, une analyse des avant-postes en
Cisjordanie, ventiles par categories.

Il ressortait de cette analyse qu’existaient 66 avant-postes, dont 24
avaient ete etablis depuis le debut de l’intifada armee, 19 d’entre ces
derniers etant proteges par l’armee. Le collaborateur du ministre charge des
problemes de colonies et de l’infrastructure ajouta que 60 de ces
avant-postes avaient un probleme de legalite, d’une maniere ou d’une autre.
Apres un tour d’horizon aupres des fonctionnaires su ministere, Ben-Eliezer
annonca que 15 avant-postes devaient etre evacues.

18 mois plus tard, le 16 octobre 2002, un document emis par le ministre de
la Defense declarait qu’outre les 15 avant-postes evacues en juillet 2001,
20 sites supplementaires, dont les noms etaient precises dans le document,
avaient ete evacues en juillet 2002, et qu’ordre avait ete donne d’en
evacuer 30 autres. Encore une fois, le document citait les noms de ces
avant-postes illegaux, dont six au sujet desquels les colons avaient saisi
la Haute Cour de Justice.

C’etait le rapport tel qu’il fut donne par le ministre de la defense, et
tous les documents officiels concernant ce sujet s’y refererent. Cependant,
sur le terrain, la realite etait bien differente. A premiere vue, 65
avant-postes auraient du etre evacues. Or, fin octobre 2002, le bureau du
conseiller aux affaires des colonies annonca que seuls 21 de ceux-ci avaient
ete demanteles. Et encore, il ne s’agissait que d’un rapport virtuel.

La realite eclate au grand jour avec la publication des donnees recensees
par la commission ad hoc (interministerielle cette fois) constituee par le
ministre de la Defense Shaul Mofaz. Le nombre des avant-postes existant en
mai 2003 varie entre 90 et 100. En d’autres termes, malgre les directives
repetees d’evacuer les avant-postes, et malgre les supposees evacuations
ayant eu lieu sur le terrain, leur nombre a augmente de 66 a 90-100 entre
mai 2001 et mai 2003.

Tout cela signifie que, sur le sujet des avant-postes, il s’agit d’un des plus grands mensonges de l’Etat d’Israel, mensonge non seulement aux Americains par la voie de declarations semi-officielles, mais aussi mensonge au public israelien. Les histoires qui circulent au sujet des commissions ministerielles et interministerielles etudiant ad nauseam le statut legal exact de chaque avant-poste font partie du grand mensonge, et si les membres de ces commissions prennent part au mensonge, ils perdent leur temps.

L’etablissemnt d’un avant-poste avec autorisation sur une terre arabe privee
constitue clairement un vol au grand jour. Mais tenter de donner
l’impression que certains de ces avant-postes ont quoi que ce soit de legal,
et qu’il n’existe que quelques anomalies sur le terrain, entraine la
question : “legal aux yeux de qui?”

Voila encore un sujet ou le gouvernement a echoue dans ses contacts recents
avec les Americains. Au cours des discussions autour de la feuille de route,
les representants israeliens ont dit qu’Israel agirait en conformite avec
les “accords verbaux” obtenus en leur temps entre l’ancien ministre des
Affaieres etrangeres Shimon Peres et le secretaire d’Etat americain Colin
Powell.

Quand on demanda a un representant israelien de preciser ces accords
verbaux, il dit : aucune colonie ne sera etablie; la recommandation selon
laquelle les colonies existantes ne seront pas etendues, y compris les
extensions dues a une croissance naturelle de la population, ne s’appliquera
pas aux zones baties des colonies ; et le statut definitif des colonies ne
sera regle que dans le cadre d’un accord definitif.

L’administration americaine, et Colin Powell lui-meme, ont dementi qu’un tel
accord existe. Qui parmi les ministres israeliens est au courant?

Les gouvernements israeliens paraissent avoir une politique concernant les
avant-postes ; mais depuis le debut de l’intifada armee, elle ressemble
davantage a du desordre intentionnel qu’a une veritable politique. De la
meme facon que Yasser Arafat souhaite le desordre dans les affaires de
securite, pour que le terrorisme puisse continuer, Israel provoque le
desordre vis-a-vis des avant-postes, pour ne pas avoir a appliquer sa propre
politique.

En realite, Israel desire etre trompe par les colons, et quand sa politique
est battue en breche, il n’applique pas la loi. Si vraiment s’est ouverte
une periode differente, la seule conclusion valable, sur ce sujet, est que
Washington doit faire pression sur Israel, pour son propre bien.