La guerre de l’impasse


Sur le site d’Ha’aretz


L’attaque terroriste contre Otniel ce vendredi soir, au cours de laquelle
quatre Israeliens ont ete tues et six autres blesses, et les attentats
avortes a Jerusalem, montrent combien ces dernieres semaines de guerre dans
les territoires ont ete trompeuses. Bien sur, le nombre d’attentats suicides
a diminue de facon spectaculaire, comme le nombre de victimes israeliennes.
Sept Israeliens ont ete tues en decembre, contre 44 en novembre, mais la
guerre continue.

Tsahal agit toujours a sa guise dans les territoires. Toutes les villes de
Cisjordanie ont ete reoccupees, et l’armee a capture certains des hommes
qu’elle recherchait. Jeudi, les troupes israeliennes ont tue neuf
Palestiniens, qui etaient pour la plupart sur la liste des hommes
recherches, a ce qu’il semble, en plus des 50 tues depuis septembre. Mais,
en meme temps que les terroristes, de nombreux civils innocents ont ete tues
dans cette guerre, dont des femmes, des enfants et des personnes agees. De
nombreux villages et villes de Cisjordanie sont sous couvre-feu, partiel ou
total. Depuis septembre, 78 maisons ont ete detruites, et quelque 2000
Palestiniens ont ete arretes pour etre soupconnes d’avoir participe a une
action hostile, ou aide ceux qui y ont participe.

L’intense activite de Tshal, qui a sans nul doute permis de reduire le
nombre d’attentats terroristes a l’interieur d’Israel, semble incapable de
produire un tournant strategique. Les attentats qui ont reussi, ceux qui ont
echoue, et le grand nombre d’alertes, tout cela indique que la pression
massive exercee par Israel dans les territoires ne reussit pas a venir a
bout de la motivation des Palestiniens pour la violence.

Toutes les tentatives pour faciliter la communication entre les differents
groupes palestiniens, y compris les mouvements islamistes radicaux comme le
Hamas et le Jihad islamique, afin de canaliser la lutte palestinienne vers
une voie moins violente, ont pour l’instant echoue. L’Egypte, qui a pris
l’initiative cette semaine d’une autre reunion au Caire, accuse Israel de
faire echouer la tentative de communication, mais il est improbable qu’un
large consensus se degage au sein des Palestiniens contre la violence, et ce
sans meme tenir compte des actions de l’armee israelienne. Avec la direction
palestinienne mise hors jeu par Israel, et sans initiative politique a
l’horizon, meme les plus moderes parmi les leaders palestiniens ont du mal a
fournir une veritable alternative a la lutte armee.

Le gouvernement Sharon s’accorde le merite d’avoir reussi a retarder la
presentation du plan americain pour une solution au conflit jusqu’apres les
elections. Le pretexte est que pendant une campagne electorale, il n’est pas
possible de parler serieusement d’une nouvelle initiative diplomatique. Il
s’agit evidemment d’un pretexte fallacieux auquel seul un gouvernement qui
n’a pas presente, et n’a jamais eu l’intention de presenter de solution
diplomatique, peut se raccrocher. Ce gouvernement essaie aussi de tromper
l’opinion avec l’idee qu’apres le renversement de Saddam Hussein, il sera
possible d’instaurer une nouvelle relation avec les Etats arabes.

Sans veritable plan, Tsahal continuera a mener une guerre de l’impasse dans
les territoires. La seule chance reside dans un changement de gouvernement le 28 janvier, et dans une nouvelle tentative d’arriver a une solution politique.