Il est temps d’agir ou de mourir


Haaretz, 8 février 2002

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


La lettre des officiers de reserve refusant de servir dans les territoires est le genre d’incident qui devrait faire accelerer notre rythme cardiaque.

Premierement, il est intolerable que des soldats puissent supposer avoir le droit de refuser d’obeir a un ordre. On ne peut avoir aucune bienveillance vis-a-vis de cette attitude, quelle que soit la facon dont on la considere. Aujourd’hui, ils refusent de servir dans les territoires. Demain, ils refuseront d’evacuer les territoires. L’armee n’est pas la Histadrout. A l’armee, on ne fait pas greve.

Deuxiemement, cette lettre de protestation, tout aussi moderee qu’elle puisse etre, reflete un etat d’esprit qui pourrait rapidement s’etendre dans la nation comme une sorte d’insurrection civile. Souvenons-nous que la protestation d’un seul soldat, nomme Motti Ashkenazi, apres le fiasco de la guerre de Kippour, a fait boule de neige pour se terminer par la perte du pouvoir par le Mapai pour plusieurs generations.

Troisiemement, l’idee du gouvernement, en tant que chef supreme de l’armee,
chargeant au cri de “Apres moi!”, et se retournant pour constater qu’il n’y a personne, a de quoi donner des sueurs froides. Un pays qui se repose sur
une armee de reservistes a besoin d’un consensus national chez ses
citoyens-soldats. Le fosse qui s’approfondit entre les soldats et le gouvernement est le signe que la force interieure de la nation est en train de s’effriter.

Pas de doute, l’intifada nous a rendu fous. On peut le voir a travers nos
reactions militaires, et aussi le desespoir rampant de l’opinion, quand nous
nous rendons compte que notre puissance est inefficace dans ce genre de
guerre. Que n’ont pas tente Ehud Barak et Ariel Sharon pour ecraser la
violence palestinienne? Les bombes larguees depuis des F-16 (chose que
n’aurions pas meme imaginee dans nos reves les plus fous), et tous les
moyens de destruction possibles et imaginables : les sieges, les blocus, les
tanks et les helicopteres, les frappes preventives et les assassinats.

Aujourd’hui, d’anciens chefs du Shin Beth nous disent que la politique de
liquidation menee par Israel n’a pas prouve son efficacite. Ce qui devait etre une action preventive est percu par le monde comme une sorte de “Societe Anonyme du Meurtre”, et par les Palestiniens comme un pretexte pour d’autres attentats. Selon tous les criteres, l’elimination de la terreur par des moyens militaires s’est revelee un echec complet.

Au moment d’evaluer les degats, on peut dire que nous nous en sortons beaucoup moins bien que l’autre cote. Il est vrai que nous avons inflige
d’enormes degats physiques, mais en meme temps, nous avons eleve la
motivation et la haine des Palestiniens. Il n’y a rien de plus dangereux
qu’un ennemi desespere.

Les degats chez nous sont psychologiques : nous vivons constamment dans la
peur du prochain attentat suicide. La ruine de l’industrie du tourisme, l’arret des investissements, l’impuissance de nos dirigeants, la migration constante vers des paturages plus verts (pour ceux qui le peuvent), tout atteste de la profondeur des blessures. Quand on en arrive a un point ou des officiers de reserve jugent qu’ils se trouvent dans la mauvaise guerre, c’est la qu’on peut penser qu’on a franchi la ligne rouge.

Aucun dirigeant n’a recu de nous de blanc-seing pour ruiner le pays. A leur
maniere, Barak et Sharon ont agi comme des freres siamois : tous deux ont
cherche a “reveler le veritable visage”, ou “retirer le masque” d’Arafat et de l’Autorite palestinienne. L’idee etait de veiller a ce que le soutien des USA reste le plus fort possible. Mais pour montrer le veritable visage des Palestiniens, il n’y a pas beaucoup d’efforts a faire. Nous savons exactement de quoi il a l’air.

La-bas, il n’y a rien qui ressemble a une protestation face a un ordre de tuer des femmes et des enfants. Il n’y a pas de lettres de protestation d’officiers. Nous pourrions ecrire une encyclopedie sur les massacres qu’ils ont commis, ou voulu commettre depuis 70 ans. Mais cela ne servirait a rien. Ils sont la nation avec laquelle nous devons vivre, et avec laquelle nous devons trouver un compromis et un accord.

Etre en bons termes avec les USA est tres important, et apres le 11 septembre, George Bush comprend mieux nos soucis et nos angoisses. Mais ceux qui pretendent que tout va bien ne nous rapprochent pas d’un iota d’une solution. Au contraire, ils ne font que renforcer le statu quo, ce qui revient a reculer.

Les medias ont souvent critique Sharon qui ne s’adressait pas au peuple.
Maintenant que nous l’avons entendu parler sans arret, avant son voyage aux
USA, nous savons pourquoi : il n’a aucun plan, il n’a aucune solution politique, il n’a aucune solution militaire. Il n’est plus question de paix. Il n’est plus question de securite. Au moment ou Sharon va entamer sa deuxieme annee au poste de Premier Ministre, son echec est deja grave dans la pierre.
Il est temps d’agir ou de mourir.