Compte-rendu de la manifestation d’hier


La manifestation etait appelee par l’UEJF a laquelle s’etaient associes les amis de Shalom Akhshav ; elle suivait une immense mobilisation autour de la
petition lancee par un groupe d’universitaires et qui avait reuni a la date du 06/01 plus de 21.000 signatures, dont celles de 6 prix Nobel (ou medaille
Fields, le Nobel des Mathematiques) (consulter le site http://contreleboycott@free.fr).

Plus de 3.000 personnes (selon les organisateurs) se sont reunies devant le campus de Jussieu et ont ecoute de nombreux orateurs qui ont dénonce le
caractère inuste et odieux du boycott (Alain Finkelkraut, Bernard Henri-Levy, Alexandre Adler, …. , un representant du maire de Paris
Bertrand Delanoe, diverses personnalites politiques, le president du CRIF Henri Cukiermann et du cote universitaire: Annie Dayan, Izio Rozenmann,
Bernard Maro, Yankel Fijalkow, parmi les intiateurs de la petition,….., un reprresentant de l’UNEF dont nous n’avons malheureusement le nom, le
président de l’UEJF, Patrick Klugman et Youval Teller au nom des Amis de Shalom Akhshav). Tous ont dénonce la manoeuvre, le boycott qui frappe les
universitaires israeliens et les frappe d’ostracisme alors que d’autres conflits plus durs encore n’ont pas donne lieu a de telles mesures. Ils ont
aussi denonce cette attitude unilaterale qui ne voit les victimes et les souffrances que dans un camp, ignorant celles qui frappe le peuple
israelien. Ils ont enfin mis en evidence les efforts des universites et des universitaires israeliens pour maintenir des liens et des cooperation avec
leurs homologues palestiniens.

Il faut cependant deplorer le tour un peu trop judeo-juif de cette manifestation, accentue par la presence des institutions officielles, CRIF,
grand rabbin de Paris (toutefois pas a la tribune). C’est une large mobilisation du monde universitaire qui doit denoncer les demarches unilaterales et simplement dictees par la haine, et exiger que les
universites oeuvrent au rapprochement entre les hommes des deux peuples et pourquoi pas leurs institutions universitaires.

Au nom des Amis de Shalom Akhshav Youval Teller a denonce le caractere stupide de la resolution de Paris VI qui est pleine de contradictions
(“chaque paragraphe est en opposition aux autres”) mais il a aussi appele a ne pas se contenter d’une manifestation reussie : “il faut maintenant aller
vers nos collegues et leur dire qu’il y a des efforts a faire vraiment pour la paix et aider à mettre fin à ce conflit sanglant et aux malheurs qu’il
apporte aux deux peuples; il y a au sein de chacun d’entre eux des hommes et des femmes qui veulent cette issue, c’est a eux qu’il faut tendre la main
: des Palestiniens qui denoncent la voie de la violence et des Israeliens qui affirment que l’objectif n’est pas dans les colonies et dans les
territoires mais dans la coexistence d’un Etat juif en Israel et d’un Etat arabe de Palestine à ses cotes”…

Malgré les hurlements d’un petit groupe arborant des drapeaux de la Ligue de Defense Juive, cet appel, qui cloturait la manifestation, a resume l’esprit
de la plupart des universitaires en lutte contee le boycott.

Par ailleurs, on notera qu’a la suite d’une rencontre de Dov Puder, militant de longue date de la gauche israelienne et actuellement directeur de
l’institut universitaire de Givat Haviva, qui consacre de nombreux programmes a l’education a la coexistence judeo-arabe, avec des responsables
de la FSU, un article sur Givat Haviva a paru dans le dernier numero du mensuel POUR, ouvrant peut-etre la voie a un meilleur dialogue avec le monde
des syndicalistes universitaires.