Ouri WEBER répond aux questions de Paul Ouzi MEYERSON dans la perspective des prochaines élections en Israël. La gauche israélienne peut-elle faire preuve de résilience ?

Ouri WEBER est sociologue (doctorat à l’EHESS). Il vit depuis 50 ans au kibboutz Yerkhiam. Il a été directeur de la planification stratégique au Conseil régional de Matte Asher, dans le nord du pays. Il vient de publier en hébreu un livre intitulé “La gauche comme je l’explique à mes petits-enfants”.


https://www.radioj.fr/wp-content/uploads/2021/02/chronique-paix-du-08-02-21.mp3?fbclid=IwAR3GcnysyuDmETBRChZKchg1gj2sb3RjpBDpbbMm5plC0B0vKlXt87c7Ub4

Ouri Weber  constate que, d’une campagne électorale à l’autre, on parle de la gauche sioniste d’une manière de plus en plus superficielle. Il a écrit “La gauche comme je l’explique à mes petits-enfants” pour la replacer dans son contexte historique national et international  car, explique-t-il, “c’est le sionisme de gauche qui a fondé l’État d’Israël et a dirigé le pays jusqu’au début des années 1970. J’en avais assez d’entendre que le terme “de gauche” soit devenu presque une insulte, notamment lors des diatribes qui accompagnent les renouvellements législatifs”. 

Il estime que plus de 30% de la population soutient les partis de gauche, qui couvrent le camp des “laïcs libéraux”. Cet électorat vote Yech Atid ( Yaïr Lapid), Avoda (travailliste) ou Meretz (progressistes sionistes). Il pense que le Avoda peut  réaliser un  meilleur score qu’aux élections précédentes grâce à sa nouvelle dirigeante Merav  Michaéli.

 

La gauche comme je l’explique à mes petits enfants

Ouri Weber considère que les idées sociales démocrates n’ont pas disparu en Israël : “la majorité de ses citoyens aspirent au progrès et à la justice sociale, mais ces attentes sont obérées par les questions identitaires”. Il évoque, pour étayer ses affirmations, l’un des derniers discours du président Réuven Rivlin qui  regrettait que le pays soit divisé en quatre tribus qui cohabitent sans se rencontrer : les  laïcs libéraux, les ultra orthodoxes, les sionistes religieux et les arabes. “Benyamin Netanyahu exploite cette segmentation tribale et l’approfondit en la manipulant, il le fait pour se maintenir au pouvoir malgré ses ennuis judiciaires”, déplore-t-il.

Les élections  du 23 mars risquent, selon lui, d’être un plébiscite “pour ou contre Bibi”. Aussi bien à gauche qu’à droite, il voit s’étendre le camp des opposants au Premier ministre sortant. “Pour le moment, tous envisagent une alliance large pour déboulonner Netanyahu car, rassemblés, les “anti-Bibi” seraient majoritaires à la Knesset. Après, ce sera un autre round du combat politique, mais pour débloquer la société il faut que Netanyahou parte”, conclut Ouri Weber.
Mis en ligne le 11 février 2021