DAVID BÉNICHOU répond aux questions de Paul Ouzi MEYERSON sur le nouveau gouvernement israélien dirigé par Naftali Bennett et Yaïr Lapid. Tournant historique ou étape intermédiaire ?
David BÉNICHOU est l’un des fondateurs  des «démocrates mobilisés» qui ont manifesté tous les samedis, pendant des mois devant la résidence officielle de Benjamin Netanyahou (“Balfour”) à Jérusalem pour réclamer son départ. Diplômé de l’Ecole des Sciences Politiques de Paris, David Bénichou a été le directeur des affaires sociales du Fonds Social Juif Unifié (FSJU) pendant de nombreuses années. Vivant en Israël, il travaille désormais comme consultant en stratégie de l’environnement auprès de municipalités du pays.

https://www.radioj.fr/wp-content/uploads/2021/06/010-chro-paix-du-28-06-21.mp3


A ceux qui ont traité les manifestants opposés à Netanyahuu, à “Balfour” ou ailleurs, de “gauchistes et de propagateurs du Covid”, David Benichou rétorque : “…Moi, je n’ai vu que des citoyens qui avaient fait et faisaient leur devoir. J’ai eu l’honneur pendant des semaines de côtoyer des anciens pilotes de chasse, des responsables des services de sécurité d’Israël, des officiers supérieurs, des artistes, des chefs d’entreprises, des employés. Il y avait des gens de droite, du centre et de gauche. Nous échangions nos opinions, nous refaisions le pays, c’était généreux et enthousiasmant. Aujourd’hui, le gouvernement au pouvoir est à l’image de cette mosaïque de citoyens qui se sont mobilisés, c’est la traduction politique de ce large mouvement…”.
“…Personne n’a de leçon à me donner sur le sionisme, le patriotisme et le judaïsme. Je suis monté une première fois en Israël à 16 ans, j’y ai étudié, j’ai fait l’armée dans un régiment de choc, au Liban j’ai vu des camarades tomber. Pendant 10 années j’ai été au service de la communauté juive de France. C’est donc sans aucune inhibition que j’ai pu critiquer un Premier ministre qui nous conduisait vers une démocratie illibérale où on ne respecte plus le peuple et les institutions de l’Etat”.

Le ralliement de Benny Gantz au gouvernement Netanyahu a bousté le mouvement de contestation: “…Ce fut une immense déception et plus d’un million d’électeurs (sur 6,5millions inscrits en 2020) ) se sont sentis floués puis se sont indignés des manoeuvres du Premier ministre sortant…” .

S’agissant de la gestion de la crise du Corona, sans nier les succès du gouvernement de Netanyahu, il constate cependant un nombre élevé de morts qui ne fait pas d’Israël un “bon élève”, et aussi le fait que “…les partis orthodoxes de la coalition se sont désolidarisés du public général …” tout en en payant un prix élevé : “…vos lois ne sont pas nos lois“. En fait “…dans une démocratie ce qui est important n’est pas que le résultat mais mais aussi les processus qui ont permis ce résultat…” .

Concernant les violentes émeutes qui ont opposé Juifs et Arabes dans plusieurs villes du pays pendant la dernière guerre contre le Hamas à Gaza, David Bénichou reconnaît leur gravité mais demeure persuadé qu’elles ne reflètent pas l’avis de la majorité : “…Les Juifs et les Arabes citoyens d’Israël continueront à travailler côte à côte et feront progresser la société dans son ensemble...”.

 

Mis en ligne le 4 juillet 2021