MICHAËL BLUM répond aux questions d’Ilan Rozenkier et fait le point sur l’état de la vaccination des Palestiniens. Cette question a suscité des articles erronés  dans la presse internationale qui était, certainement, “mal informée”. Michaël Blum est  journaliste au bureau de l’AFP à Jérusalem, il habite le Goush Etzion, un ensemble de localités juives situé en Judée au sud de Jérusalem (Cisjordanie).

 

 

Michaël Blum constate qu’actuellement les Palestiniens connaissent une forte augmentation de l’épidémie du Coronavirus : “il y a 105  000 contaminés et 1280  morts dans les territoires gérés par l’Autorité Palestinienne et 50 000 contaminés et plus de 500 morts à Gaza”. Il ajoute que la campagne de vaccination n’a pas commencé dans la juridiction de l’Autorité Palestinienne (AP) mais que des doses du vaccin russe “Spoutnik” doivent arriver sous peu. Il n’y a pas de négociations entre Israël et l’AP sur la gestion de  la pandémie.

En ce qui concerne les Arabes d’Israël, en tant que citoyens ils bénéficient des mêmes droits que les autres habitants  du pays et sont vaccinés selon les protocoles nationaux. Michaël Blum souligne que “dans les hôpitaux des villes juives ou des villes arabes, qu’ils soient médecins ou infirmiers, les uns et les autres travaillent et luttent ensemble contre l’épidémie. Le virus ne connaît pas les barrières ethniques”…

Pour Jérusalem Est, Michaël Blum rappelle que la population arabe qui y demeure est largement majoritaire mais n’a pas la nationalité israélienne. Cependant, elle est couverte par les mêmes règles de santé qu’en Israël. Des centres de vaccination y sont donc installés mais leur fréquentation est moins importante qu’à Jérusalem Ouest (zone juive).

Michaël Blum revient sur la polémique concernant la vaccination des prisonniers en Israël : “l’affaire a débuté avec les déclarations d’Amir Ohana, ministre de la sécurité intérieure, qui a annoncé, pour de mauvaises raisons électorales, que les prisonniers, juifs ou palestiniens, ne seraient pas prioritaires. Le Procureur Général, Avichaï Mandelblit lui a immédiatement rétorqué que cette mesure était totalement illégale”. Finalement, le protocole national de vaccination s’applique à tous les prisonniers en Israël et 73 % d’entre eux ont été vaccinés à cette heure.