Une nouvelle vague de violence et de vandalisme de la part des colons contre leurs compatriotes israéliens (sans parler des Palestiniens) n’a pas dissuadé les ministres du gouvernement,  tant de droite  que du centre, de faire avancer des plans pour récompenser l’accaparement des terres et d’autres activités illégales en Cisjordanie en développant des avant-postes et en  œuvrant à leur légalisation.

Aidez-nous à continuer à dénoncer devant l’opinion publique israélienne, à contester juridiquement l’entreprise de colonisation et à défendre les politiques nécessaires pour parvenir à un accord mettant fin au conflit.

 

Shaqued Morag, directrice  exécutive de Shalom Akhshav/Peace Now, a publié sa  tribune Ynet  puis dans Times of Israël pour dévoiler la dernière tentative du lobby des colonies de vendre des mensonges au public israélien au dépend de l’intérêt national.

Traduction : Jacqueline London pour LPM

Auteure :Shaqued Morag, Times of Israël, 18 janvier  2021 (en hébreu dans Ynet  le 10/01)

Photo: voiture de police renversée lors d’une manifestation de protestation contre la mort de Ahuvia Sandak au cours d’une poursuite policière
https://blogs.timesofisrael.com/the-young-settlement-lie/?fbclid=IwAR0BDZy_cEHwV8bXedU3hW1YJWaYszUTCz1FlLhL1y34W8gvJPbg-jDR4Lw
Mis en ligne le 2 février 2021

« Young Settlement /Jeunes colonies » est le nom de couverture utilisé pour masquer la construction, par le mouvement des colons, de dix avant-postes illégaux par an. Ces maîtres du pays comprennent, sans aucun doute, qu’il n’y a aucun problème à enfreindre la loi, et les résultats de cette compréhension sont évidents dans leurs actions.
Depuis environ deux semaines maintenant, les “jeunes des collines” se déchainent  sans retenue et le gouvernement reste silencieux. Pourquoi ? Parce qu’au-dessus de chaque voiture de police renversée, de chaque policier en sang et des amas de  verre brisé, un label resplendit : «Young Settlement».

Alors que le mandat de Donald Trump touche à sa fin, nous avons récemment vu la naissance de la campagne «Young Settlement», qui fait partie de la dernière tentative de la droite des colons de promouvoir l’accaparement des terres et le changement de réalité sur le terrain en Cisjordanie, avant que soit élu un autre président des États-Unis. Bien qu’en 2020, nous n’ayons pas vu d’annexion officielle de la Cisjordanie, nous avons constaté, depuis vingt ans, le plus haut niveau annuel d’approbations de plans de construction de colonies.
Maintenant, l’entreprise de colonisation essaie de marquer quelques points supplémentaires.
«Young Settlement» est le nouveau label spécifique donné aux dizaines d’avant-postes illégaux que la direction d’extrême droite  du mouvement cherche à légitimer rétroactivement, et notre gouvernement participe activement à leur campagne. «Une étape humanitaire», se félicite Michael Biton, ministre auprès du ministre de la Défense. «Sel de la Terre (les meilleurs d’entre les meilleurs )», s’exclame Omer Yankelevich, ministre de la Diaspora. Les paroles de soutien de Tzachi Hanegbi, ministre auprès du Premier ministre, et Yuval Steinitz, ministre de l’Énergie, ne méritent même pas une mention spéciale.

Alors qu’en est-il de ces représentants du «Young Settlement», vêtus de leurs uniformes militaires, parfois même en costumes, et de ces “Jeunes des collines, avec leur papillotes, leurs sandales… et leurs pierres volantes? Eh bien, tous les habitants des avant-postes partagent la même vision du monde, selon laquelle toutes les terres au-delà de la Ligne verte sont à “nous” et doivent être conquises d’une manière ou d’une autre. Chaque avant-poste a sa propre histoire relatant la manière dont le terrain a été saisi, comment il a été construit et les opérations qui ont permis son établissement. Cependant, ce qu’ils ont tous en commun est un mépris flagrant de la loi et de l’ordre : parce que nous sommes les maîtres de la terre, tous les moyens sont permis et légitimés afin de justifier notre vision.

Ces dernières années, environ une dizaine de nouveaux avant-postes illégaux ont été construits chaque année. Avec suffisamment d’insistance, un peu de chance et beaucoup de pression politique, chacun de ces avant-postes recevra à terme une route d’accès, un raccordement à un système d’eau et peut-être même l’électricité d’une colonie voisine. Au fil des ans, leurs résidents frapperont aux portes des bureaux du gouvernement et exigeront le traitement ultime – la légalisation. En essayant de légaliser ces avant-postes illégaux, le gouvernement adresse un signe aux colons que la loi peut être appliquée de manière sélective et peut même les récompenser de l’avoir transgressée.
Alors, quoi de surprenant si, à la suite de cette construction criminelle, viennent d’autres types de crimes, y compris des violences graves comme celles que nous avons vues lors des récentes manifestations des “Jeunes des collines”

C’est précisément au cours de l’année où l’opinion publique israélienne et ses dirigeants ont choisi la paix (les accords d’Abraham) plutôt que l’annexion, une réalité alternative continue d’émerger dans les territoires occupés. Les maîtres du pays se révoltent, les forces de sécurité s’en accommodent, le gouvernement les soutient et l’annexion de facto continue d’avancer à un rythme entêté. De temps à autres, face à des actions particulièrement choquantes, la direction du mouvement des implantations dénoncera les «mauvaises herbes» en son sein mais n’a nullement l’intention d’obturer la crevasse à travers laquelle elles poussent. Le terrorisme juif s’est avéré très efficace pour éloigner les Palestiniens de leur  terre et ouvrir la voie à la construction de nouvelles colonies, malgré l’opposition de la majorité du public israélien qui préfère la paix.

C’est tout cela que la campagne «Young Settlement» souhaiterait cacher. Lorsque la loi n’est plus qu’une simple recommandation, c’est le début d’une pente glissante. Lorsque vous fermez les yeux sur le crime, cela devient la norme. Et quand cela se produit au-delà de la Ligne verte, ce n’est qu’une question de temps avant que cela ne s’infiltre en Israël. Chaque jour que nous continuons à exercer notre contrôle militaire en Cisjordanie rend la démarcation plus floue encore

Très bientôt, sinon déjà, nous nous rendrons compte que la question essentielle qui devrait nous préoccuper n’est pas de savoir si Israël est intéressé à annexer les colonies, mais si les colonies ne sont sur le point d’annexer Israël.