OUZI MEYERSON reçoit IGAL PALMOR, directeur des affaires internationales de l’Agence juive. Thème: l’accord de paix entre Israël et les Emirats arabes unis. Est-ce une vraie reconnaissance mutuelle et à quel prix ?

“… Conclu sous la houlette des États-Unis… en contrepartie de la suspension du projet d’annexion… [c’est aussi un] accord  tacite permettant la vente d’équipements hypersophistiqués, alors qu’Israël imposait son véto… Accord historique mais il ne faut pas en exagérer l’historicité… iI y a eu des traités de paix signés avec le Liban (mai 1983) puis annulés  quelques mois plus tard, et avec la Mauritanie (1999), annulé en 2009 après l’opération Plomb durci…” .

https://www.judaiquesfm.fr/emissions/50/presentation.html#podcasts

Ygal Palmor considère que Netanyahu “…n’avait aucune possibilité d’appliquer son plan d’annexion sans le feu vert de la Maison Blanche. Le plan était mort-né quand il a accepté de le suspendre… La signature de l’accord avec les Émirats est arrivée au bon moment pour sortir de l’impasse…”. Il souligne cependant que, malgré l’accord, le plan Trump demeure à l’ordre du jour diplomatique. “…C’est le cadre de référence qui définit la création d’un Etat palestinien et le tracé d’une frontière entre les deux Etats (Israël-Palestine) en plus de l’annexion négociée de territoires par Israël en Cisjordanie…

Mis en ligne le 25 août 2020