Ceux qui veulent un changement


La question essentielle qui se pose aux electeurs qui iront voter demain est
celle du conflit israelo-palestinien. Par le passe, les differences entre la
droite et la gauche sur cette question ont ete floues. Mais aujourd’hui,
elles sont claires pour qui veut bien ouvrir les yeux.

En depit de quelques declarations du Premier ministre a propos de
“concessions douloureuses”, le Likoud et les autres partis de droite
continuent a n’offrir que des solutions fondees sur l’emploi de la force
pour resoudre le conflit et perpetuer le controle par Israel de la
Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Les partis de gauche, emmenes par le
Parti travailliste, veulent tenter, une fois de plus, un processus de
reconciliation et de compromis, comprenant une restitution des territoires.

La securite, la solidite de l’economie, le tissu social, les relations avec
le reste du monde, et meme la vie des Juifs de la diapora, tout cela est
influence directement par le conflit violent et non resolu entre Israel et
ses voisins. Le choix est entre l’impasse, dans laquelle le gouvernement
d’Ariel Sharon a mene Israel, et une dose d’espoir en une autre direction.

La plupart de ceux qui veulent donner une nouvelle chance au processus de
paix hesitent entre les travaillistes et le Meretz. Ce n’est pas un choix
facile, surtout si l’on considere l’incertitude qui pese sur la direction
que prendra le parti apres les elections. Le leader travailliste, Amram
Mitzna, a promis que son parti ne ferait pas partie d’un gouvernement
d’unite nationale sous la direction de Sharon, mais d’autres voix dans le
parti evoquent la possibilite que les travaillistes, ou peut-etre une partie
d’entre eux, seront forces a de se joindre a un tel gouvernement, permettant
ainsi a Sharon de poursuivre une politique desastreuse qui a mis le pays a
terre depuis deux ans;

D’un autre cote, le phenomene d’eclatement de la Knesset en petits partis ne
se souciant que des interets de leur propre electorat mene a la conclusion
que seul un vote pour l’un des grands partis peut sauver la politique
israelienne en lui donnant les moyens d’affronter les defis immenses qui
l’attendent. …/ Suivant ce raisonnement, les lecteurs de gauche doivent
preferer les travaillistes plutot que leurs satellites de gauche, et les
electeurs de droite le Likoud plutot que ses satellites de droite.

Voter pour Shinoui est, en principe, une maniere d’echapper au choix, parce
que ce parti ignore la grave question a l’ordre du jour. Sur le conflit
israelo-palestinien, la position de Shinoui est vague, et il est impossible
de savoir ce que le parti emmene par Yosef Lapid fera quand il aura a se
determiner sur la question.

Donc, ceux qui en ont assez du gouvernement Sharon et veulent un changement
doivent voter travailliste ou Meretz. Apres les elections, il faut esperer
que ces deux partis s’uniront en un bloc, ou meme fusionneront, afin de
faire avancer ensemble le compromis et la reconciliation avec les
Palestiniens. C’est la seule chance de voir un changement au Moyen-Orient.