Is Hamas prepping ‘State of Gaza’ ?


 

al-monitor.com     The Pulse of the Middle East. Al-Monitor est un site basé à Washington, lancé en 2012 par Jamal Daniel, syro-américain. Le site travaille en partenariat avec des journaux du Moyen-Orient. Journalistes, universitaires et entrepreneurs forment son conseil d’administration.

17 03 22- Dans Palestine Pulse – Un papier, « Is Hamas prepping ‘State of Gaza’ ? », de Adnan Abu Amer, doyen de la Faculté des Arts et de la Presse à Al Ummah Open University Education. A. Abu Amer : « Alors que le Hamas continue d’accuser le gouvernement de consensus à Ramallah de ne pas remplir ses responsabilités à l’égard de Gaza, l’Autorité palestinienne maintient sa position selon laquelle le Hamas entrave ses actions dans l’enclave. »  Le 16 mars, Abdel Salam Siam, ancien secrétaire général du Conseil des Ministères à Gaza et les membres du Hamas du Conseil législatif à Gaza ont annoncé officiellement la formation d’un comité chargé de gérer à Gaza les institutions gouvernementales.

Salah al-Bardawil, membre du bureau politique du Hamas a déclaré à Al-Monitor que : « Le Hamas n’a pas formé un gouvernement de remplacement pour remplacer le gouvernement de consensus, mais que ce gouvernement à pour but d’organiser le travail des institutions de l’Etat. D’ailleurs un ministre de Ramallah est invité a venir à Gaza et a faire son travail et le comité sera à son service. »

Ce comité a été formé sans consulter l’Autorité Palestinienne. Ahmed Majdalani, secrétaire général du Front Populaire de Libération Palestinienne (FPLP) et membre du comité exécutif de l’OLP a déclaré à Al-Monitor : « la décision prise par la nouvelle direction du Hamas, élue en février, de former un comité administratif pour gérer la bande de Gaza est une décision politique. Au moyen de ce comité, certains membres du Hamas du Conseil législatif palestinien visent à fournir une couverture au travail du gouvernement de facto affilié au Hamas qui a exercé des pouvoirs dans le gouvernement de consensus. Cela signifie que le Hamas a abandonné les accords de 2014 sur la réconciliation entre le Hamas et le Fatah et cela montre comment le gouvernement du Hamas transforme la division en une séparation en vue de se livrer à des projets régionaux en ce qui concerne l’État de Gaza. »

Abbas a déclaré qu’il ne permettrait pas à Gaza de se séparer de la Cisjordanie affirmant qu’il n’y a pas d’État palestinien sans Gaza. Un ministre palestinien proche d’Abbas a déclaré sous couvert d’anonymat à Al-Monitor que : « l’Autorité palestinienne, suite à la formation de ce comité gouvernemental, doit revoir la façon dont elle traite le Hamas ; ce comité est de fait un nouveau gouvernement à Gaza, bien que le Hamas se refuse à l’appeler comme tel. »

Un haut fonctionnaire du gouvernement à Gaza a cependant déclaré à Al-Monitor avoir « pris contact, dès la formation du comité, avec la Présidence et le Premier ministre à Ramallah pour les informer de sa nature et pour leur préciser qu’il ne représentait pas un substitut au gouvernement de consensus. » Il a ajouté qu’il avait espéré que Ramallah comprendrait le rôle limité du comité (…) Ramallah n’aurait pas exprimé de position claire à cet appel.

Mukhtar Abu Saada, professeur de Sciences politiques à l’université Al-Azhar de Gaza, a déclaré à Al-Monitor : « Le mouvement du Hamas n’a pas de dimension constitutionnelle, ni juridique, mais en même temps le gouvernement de consensus ne remplit pas ses obligations envers Gaza. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui pensent que le comité va approfondir la division palestinienne, mais je crains que l’annonce de la création de ce comité puisse trouver un écho dans certaines régions ou dans la proposition israélienne de la création d’un État à Gaza. »