Un intellectuel arabe face aux "Protocoles des Sages de Sion" à la TV égyptienne

Thème : Antisémitisme, Shoah, comparaisons Médias, Internet

Arabic Media Internet Network
mis en ligne le 8 novembre 2002
par Qais S. Saleh

"Il est tout a fait malheureux que nous, les Arabes, qui avons payé très cher pour la persécution passée des juifs en Europe, importions et redonnions vie aux pires avatars de cette tradition antisémite"

Arabic Media Internet Network

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

La dernière controverse dans le monde arabe concerne une série télévisée, "Un Cavalier sans Monture", dont la diffusion a commencé le mercredi 5 novembre, le premier jour du saint mois du Ramadan, sur plusieurs chaînes arabes sur satellite [1]. La source de la controverse réside en ce que cette série est en partie fondée sur "Les Protocoles des Sages de Sion", un faux datant de la Russie tsariste. Naturellement, de nombreux groupes juifs, les Etats-Unis, Israël et d’autres pays et mouvements ont demandé l’interdictionde la série, en vain. Mais l’intense couverture médiatique de cette affaire n’a pas parlé de l’opposition importante que la série a suscitée dans le monde arabe. Cet article dira pourquoi les Arabes eux-mêmes doivent s’opposer à une telle série, et pourquoi ils doivent faire campagne pour arrêter sa diffusion.

Avant d’aborder les raisons pour lesquelles les Arabes doivent rejeter la série, il faut d’abord noter que le moment où il est programmé, ainsi que le média, ne pouvaient être pires : une diffusion pendant le Ramadan garantit une audience de dizaine de millions de téléspectateurs, et la médiatisation des tentatives pour en interdire sa diffusion n’a fait qu’augmenter son attrait. Il y a un autre réel danger : il existe dans les sociétés arabes une tendance importante à préférer l’information en images, et les programmes par satellite constituent souvent pour une famille arabe le seul canal d’information. Cette tendance renforcera la crédibilité de la série, et elle sera considérée comme relatant des faits historiques, ce qui est précisement la première raison pour laquelle elle ne doit pas être diffusée.

La principale raison pour laquelle les Arabes doivent rejeter la série et le texte qu’elle utilise est qu’il s’agit d’un morceau de fanatisme antisémite, un faux forgé à l’une des époques les plus sombres de l’histoire européenne. Il n’a rien à voir avec des faits historiques, et plus important encore, avec le passé de tolérance du monde arabe, où les juifs constituaient une minorité intégrée qui vivait en harmonie avec les musulmans, les chrétiens, et les autres minorités religieuses. En tant que Palestinien vivant sous un nouvel apartheid, je ne peux que rejeter tout stéréotype, toute diabolisation, tels qu’ils sont représentés dans cette série, et je rejette totalement l’idée que de tels programmes puissent renforcer le soutien du monde arabe envers les Palestiniens : tout soutien généré par le racisme doit être refusé par un peuple qui en souffre lui-même. Il est tout à fait malheureux que nous, les Arabes, qui avons payé très cher pour la persécution passée des Juifs en Europe, importions et redonnions vie aux pires avatars de cette tradition antisémite.

Sans parler du dommage que cette série cause à l’image du monde arabe, il est mauvais, sur le plan moral comme sur le plan de l’éducation, d’introduire de tels programmes intolérants et stéréotypés, au lieu de promouvoir dans les médias de masse les valeurs universelles de tolérance et d’égalité. Il faut bien insister sur le fait que le conflit israélo-arabe n’est pas fondé sur une rivalité religieuse, mais sur le fait qu’il y a une terre occupée et un peuple qui supporte la dernière occupation au monde. La férocité des Palestiniens et des Arabes envers cette occupation serait la même si les occupants avaient été musulmans, chrétiens, ou bouddhistes, et non juifs.

Pour une grande part, cette tendance à importer le fanatisme antisémite (en particulier en des temps de conflit israélo-palestinien aigü), tient à l’ignorance, due à des connaissances historiques déficientes, et au manque de culture personnelle. La plupart des Arabes n’ont que peu, ou pas, de notions ni de compréhension concernant la persécution des Juifs en Europe, et la façon dont ces évènements sont toujours présents, dans la psyché occidentale en général, et dans la psyché juive en particulier. Cette ignorance peut expliquer, mais non excuser, le fond de l’affaire "Un Cavalier sans Monture". Les producteurs de la série peuvent penser qu’ils aident la cause palestinienne par une oeuvre anti-israélienne. Mais ils font exactement le contraire : ils renforcent l’opinion des extrémistes en Israël qui disent que les Arabes n’accepteront jamais la présence des Juifs sur la Terre Sainte, et qui défendent maintenant le transfert forcé (un autre terme pour parler de nettoyage ethnique) de Palestiniens.

En conclusion, il doit y avoir une action arabe vigoureuse, à travers de larges secteurs des couches éduquées, pour arrêter la diffusion de ce programme tendencieux, et cela doit etre fait uniquement pour des raisons internes, et non dans le contexte d’une soumission à des pressions étrangères. Il faut rejeter le fanatisme, sans rapport avec ceux contre lesquels il est dirigé. Nourrir les familles arabes (y compris les enfants) de doses de haine habilement distillées est moralement répugnant, et cela finira par revenir nous hanter quand ce cycle de fanatisme choisira sa prochaine victime.

La suppression de cette série sera une victoire de la raison, des valeurs universelles, et de l’ancienne tradition arabe de tolérance qui semble aujourd’hui etre constamment attaquée. Ce combat doit être autant à propos de l’image que nous avons de nous-mêmes que de celle que les autres ont de nous.