L’ambassadeur d’Israël en Pologne et son homologue palestinien se recueillent à Auschwitz

Thème : Comprendre l’Autre Antisémitisme, Shoah, comparaisons

Ha’aretz
mis en ligne le 22 octobre 2007

Ha’aretz, 21 octobre 2007

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Traduction : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Dimanche, les plus hauts diplomates israélien et palestinien en poste en Pologne se sont recueillis ensemble dans l’ancien camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau.

L’ambassadeur israélien David Peleg a passé deux heures avec son homologue palestinien Khaled Ghazal à visiter les chambres à gaz, les fours crématoires et les baraquements dans les camps nazis au sud de la Pologne.

Ghazal, à l’initiative de cette visite, a dit que c’était une manière d’exprimer sa sympathie à l’égard des souffrances du peuple juif pendant la 2ème Guerre mondiale, et qu’il espérait que de tels actes de mémoire pouvaient aider à créer des liens meilleurs entre son peuple et les Israéliens. « J’ai voulu simplement exprimer ma profonde solidarité avec les victimes du fascisme et des crimes contre le peuple juif et contre l’humanité en général », a dit Ghazal. « Je pense que les leçons tirées ici nous motiveront à œuvrer à la paix au Proche-Orient. »

David Peleg a déclaré à Associated Press : « J’ai apprécié son intérêt, et j’y ai vu aussi un message sur les contacts humains entre Israéliens et Palestiniens. » Il a également dit que cette visite pourrait être une modeste contribution à l’amélioration de l’atmosphère entre Israéliens et Palestiniens.

Peleg a dit qu’il n’avait pas de relation officielle avec Ghazal, car celui-ci ne représente pas un Etat. « Mais nous nous rencontrons de temps en temps. Lors d’une de ces rencontres, il m’a dit qu’il aimerait beaucoup visiter Auschwitz. Je lui ai répondu que je serais heureux de l’organiser, et je lui ai demandé s’il aimerait que je l’accompagne. Il m’a dit que ce serait avec plaisir. » Il a ajouté que c’était la première fois qu’il visitait Auschwitz avec un représentant palestinien depuis 3 ans qu’il est en poste en Pologne.

Au moins 1,1 million de personnes, des juifs pour la plupart, ont trouvé la mort à Auschwitz-Birkenau avant la libération du camp par les troupes soviétiques, le 27 janvier 1945.