John McCain, Joe Lieberman et leurs amis évangélistes

Thème : Thématiques religieuses, laïcité Fanatismes, fondamentalismes États-Unis

Ha’aretz
mis en ligne le 25 juillet 2008

Après le Moyen-Orient, Barack Obama est en Europe, nul ne peut l’ignorer. Entre-temps, du côté de John McCain et de ses alliés qui fricotent avec les évangélistes, soi-disant "amis d’Israël", il y a quelques petites choses qui se passent qui font dresser les cheveux sur la tête. Tout cela au nom d’un "soutien" dont Israël, pour son bien, ferait mieux de se passer [1]

Ha’aretz, 23 juillet 2008

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Traduction : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Mardi, l’un des soutiens les plus importants du candidat républicain John McCain a fait l’éloge d’un leader évangéliste dont McCain s’était éloigné après qu’une série de remarques douteuses avaient été rendues publiques.

Le sénateur du Connecticut Joe Lieberman, indépendant (ex-démocrate, ndt) qui fait souvent campagne avec McCain, a déclaré que le soutien à Israël du pasteur John Hagee l’emportait largement sur les remarques qui avaient conduit McCain à refuser son soutien à sa candidature.

Lieberman a précisé qu’on lui avait demandé ne pas s’exprimer devant le groupe d’Hagee, les Chrétiens Unis pour Israël.

"L’attachement que je ressens envers le pasteur Hagee et chacun d’entre vous est beaucoup plus fort que cela, et je suis donc très fier d’être parmi vous ce soir", a dit Lieberman à plusieurs milliers de membres de ce groupe, qui milite pour pousser les Etats-Unis à soutenir Israël. "Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’a fait ou dit le pasteur Hagee ... mais il y a des choses bien plus importantes sur lesquelles nous sommes d’accord."

McCain, pour toucher les évangélistes dont l’électorat est l’un des plus fidèles au Parti républicain, avait accepté le soutien d’Hagee en mars dernier, puis l’avait refusé en mai après avoir appris que le prêcheur du Texas avait dit que Dieu avait permis la Shoah parce que celle-ci avait mené à la création d’Israël. L’année dernière, McCain était venu s’exprimer devant les Chrétiens Unis pour Israël. Son QG de campagne s’est refusé à tout commentaire.

Hagee, qui est à la tête de l’Eglise Cornerstone de San Antonio, forte de 19 000 membres, avait également été critiqué pour avoir qualifié l’Eglise catholique de "grande putain" et affirmé que Dieu avait puni La Nouvelle Orléans en lui infligeant l’ouragan Katrina pour avoir organisé une Gay Pride. Depuis, il s’est excusé auprès des catholiques en disant que les médias avaient déformé ses propos.

"Que dirai-je quand on me demandera de soutenir un candidat à la présidence ? Jamais plus", a-t-il dit à une foule enthousiaste qui agitait des drapeaux américains et israéliens.

Hagee a écrit que les événements du Moyen-Orient indiquent l’imminence d’une apocalypse que les chrétiens doivent accueillir avec satisfaction. Dans plusieurs ouvrages, il décrit sa vision d’une prochaine bataille paroxystique en Israël qui aboutirait à un second avènement de Jésus.

Les Chrétiens Unis pour Israël ont une position sans compromis vis-à-vis des ennemis d’Israël et s’opposent à tout compromis territorial avec les Palestiniens.

Hagee a déclaré que c’était aux Israéliens de décider des termes de la paix et que son groupe ne tentait pas de provoquer une apocalypse d’ordre biblique au Moyen-Orient : "Nous ne croyons pas qu’il soit en notre pouvoir d’accélérer d’une seconde le moment du Jugement dernier, car Dieu a montré que c’est lui qui fixe le calendrier."

J Street, une organisation qui milite pour une paix négociée au Proche-Orient, avait remis à Joe Lieberman une pétition qui avait réuni 42 000 signatures lui demandant de ne pas s’exprimer devant le groupe de John Hagee. Joe Lieberman a passé outre.