Cisjordanie : une annexion rampante, discrète mais méthodique

Thème : Colonisation, yesha Shalom Akhshav : action et influence

Ha’aretz
mis en ligne le 6 juillet 2007

Un nouveau rapport de Shalom Akhshav fait la une de Ha’aretz. Il démontre, chiffres et cartes à l’appui, l’utilisation des terres affectées aux colonies à des fins bien différentes qu’à leur soi-disant "croissance naturelle"

Ha’aretz, 6 juillet 2007

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

D’après un rapport de Shalom Akhshav (La Paix Maintenant), d’énormes quantités de terres ont été affectées aux colonies de Cisjordanie, mais celles-ci n’en utilisent qu’une toute petite partie.

9% seulement des zones qui dépendent des colonies sont bâties, et 12% utilisées d’une manière ou d’une autre, affirme ce rapport, qui se fonde sur des chiffres fournis par l’Administration civile. Néanmoins, malgré ces énormes réserves de terres non utilisées, 90% des colonies débordent de leurs limites, et environ un tiers des terres qu’elles utilisent vraiment se situe hors de limites de leur juridiction.

Ces chiffres témoignent du fait que le gouvernement continue à contribuer à l’expansion des colonies, accuse Shalom Akhshav. D’un côté, l’Etat affecte aux colonies des étendues immenses, sans aucune proportion avec leur taille, afin d’empêcher les constructions palestiniennes dans ces zones. D’un autre côté, une fois la zone fermée aux Palestiniens, les colons commencent à s’emparer de terres palestiniennes adjacentes, dont les propriétaires sont souvent des personnes privées, terres situées en-dehors de leur juridiction.

Pendant des années, les limites des colonies ont été tenues secrètes. L’Administration civile et d’autres organismes ont toujours refusé de fournir ces informations aux organisations non-gouvernementales et aux médias, alors qu’à l’intérieur de la ligne Verte, ces mêmes informations [sur les limites juridictionnelles d’une quelconque localité] sont facilement disponibles. Les chiffres qui figurent dans le rapport n’ont été obtenus qu’après que Shalom Akhshav et le Mouvement pour la Liberté de l’information eurent saisi les tribunaux.

Ce rapport, compilé par Dror Etkes et Hagit Ofran [1], responsables de l’Observatoire de la colonisation de Shalom Akhshav, montre que la politique israélienne viole les engagements pris dans le cadre des accords d’Oslo. Ces accords stipulaient qu’aucune des parties ne prendrait de mesure unilatérale de nature à modifier la situation jusqu’à la fin des négociations sur un règlement définitif. Mais, avant le blocage des pourparlers, Israël a agi méthodiquement pour étendre les territoires sous juridiction des colonies, affirme le rapport.

Les actes du gouvernement israélien contredisent également ses déclarations officielles : le Premier ministre Ehoud Olmert, par exemple, avait déclaré après une rencontre en mai dernier avec le roi Abdallah de Jordanie : "les constructions dans les colonies ne s’effectuent qu’à l’intérieur des limites autorisées."

Le rapport cite 164 colonies, avant-postes et zones industrielles en Cisjordanie. 92 d’entre elles ont vu leur zone de juridiction s’étendre ou redéfinie après la signature des accords d’Oslo en 1993, dans le cadre de la frénésie de construction qui a eu pour résultat de doubler le nombre de colons en Cisjordanie dans la décennie qui a suivi.

Pour certaines colonies, les zones précises de démarcation de leur juridiction n’ont toujours pas été démarquées, probablement parce que des portions importantes de leurs zones bâties sont situées sur des terres appartenant à des personnes palestiniennes privées, comme cela est le cas pour les deux colonies anciennes d’Ofra et de Psagot, près de Ramallah [2].

Dror Etkes accuse le gouvernement israélien d’utiliser le terme de "juridiction" de manière trompeuse et manipulatrice, pour permettre aux colonies de s’étendre sans quasiment aucune limité, et pour bloquer dans ces zones toute construction palestinienne.

Les terres affectées à Ma’aleh Adoumim, par exemple, ont constitué une tentative de former une barrière entre les localités palestiniennes du Nord et du Sud de la Cisjordanie, a dit Etkes. Un poste de police est actuellement en construction dans la zone E-1 entre Jérusalem Est et Ma’aleh Adoumim, annexée aux territoires dépendant de la colonie, alors que cette zone est très éloignée des zones bâties de Ma’aleh Adoumim, situées de l’autre côté de la route Jérusalem - Jéricho [3]. Cela témoigne de l’effort fait par Israël pour créer une continuité territoriale juive dans cette région. Il existe également des plans pour construire un centre commercial et touristique dans la zone E-1. Et pourtant, 76% des terres de Ma’aleh Adoumim ne sont actuellement pas utilisées.

Ce phénomène est encore plus manifeste quand on considère les immenses surfaces affectées aux petites localités juives de la Vallée du Jourdain et du désert de Judée. Par exemple, la juridiction du kibboutz Mitzpeh Shalem, 180 habitants, est de plus de 3.540 hectares, soit en gros la superficie de Petakh Tikva. Celle du kibboutz Kalia, au bord de la mer Morte, 271 habitants, est de 2.530 hectares.

La construction illégale à l’extérieur de la juridiction d’une colonie est souvent encouragée par l’Etat, comme le montre le phénomène des avant-postes (colonies illégales), dit Dror Etkes. L’Administration civile empêche toute construction palestinienne dans les zones sous juridiction des colonies. En revanche, aucune action juridique n’est entreprise à l’encontre de la construction illégale de colons, et ces structures ainsi bâties sont rarement démolies, accuse-t-il.