Artistes et intellectuels israéliens se mobilisent contre les attaques de colons contre des enfants palestiniens

Thème : Révoltes et questionnements dans la société civile israélienne Culture, langue et conflit

Ha’aretz
mis en ligne le 10 mai 2006

Plus de 30 artistes et intellectuels israéliens ont signé une lettre adressée mardi au Premier ministre Ehoud Olmert, lui demandant d’ordonner à l’armée de défendre des enfants palestiniens des collines au sud de Hébron contre les colons de Maon. [1]

Les enfants du village palestinien de Umm-Tuba font tous les jours à pied le trajet vers leur école, dans le village voisin de Horbat al-Tawani, en longeant la clonie de Maon et la colonie sauvage de Havat Maon. Depuis longtemps, ils sont victimes de harcèlement de la part des colons, et l’armée et la police ont décidé de leur fournir leur protection.

Néanmoins, après une courte trêve, les colons ont récemment repris leurs attaques contre ces enfants et contre leurs protecteurs armés. Samedi dernier, les colons ont jeté des pierres sur le convoi, blessant quatre enfants et deux soldats. L’un des colons a lâché son chien sur les enfants, et les soldats ont dû tirer en l’air pour disperser les émeutiers.

Malgré ces violences et ces blessures, aucun colon n’a été arrêté. Ni l’armée, ni les militants de gauche israéliens qui accompagnent eux aussi les enfants n’ont réussi à faire cesser les attaques. "Au-delà de la honte qu’il y a à devoir requérir une escorte militaire pour escorter de jeunes enfants, et devant l’impuissance face à ces attaques, il semble que cette escorte, sous sa forme actuelle, ne suffise pas à protéger ces enfants. Que des enfants du primaire soient l’objet d’attaques de la part de délinquants, en l’absence de moyens de défense appropriés, est insoutenable", dit la lettre.

"Le droit à l’éducation est un droit humain fondamental, et l’Etat d’Israël est responsable de sa complète protection. Nous exigeons qu’il soit ordonné à l’armée de fournir aux enfants du village la protection pleine et entière qui leur garantira de pouvoir aller à l’école et en retourner en paix. Nous appelons les autorités chargées de faire respecter la loi d’appliquer la justice aux colons de Maon et de Havat Maon, et de ne pas mettre des bâtons dans les roues des militants qui aident les enfants des villages", poursuit la lettre.

Les signataires ont envoyé des copies aux ministres de la défense, de la sécurité intérieure, de l’éducation, ainsi qu’au chef d’état-major et au chef de la police. La lettre est signée par quelques-uns des artistes et intellectuels les plus importants : les écrivains Haïm Gouri, David Grossman, Sami Mikhaël, Amos Oz, Saed Kashua et Meir Shalev ; les professeurs Menahem Brinker, Yermiyahou Yovel et Amitaï Margalit ; les actrices Gila Almagor et Hanna Maron , et le musicien Ehoud Banaï.