Un siège sans rime ni raison


Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


Lors d’un conseil des ministres extraordinaire reuni apres l’attentat
suicide de Tel-Aviv de jeudi, il a ete decide de cerner la Muqata a
Ramallah, et d’isoler Yasser Arafat, president de l’Autorite palestinienne.
Il a ete egalement decide d’exiger que 19 Palestiniens recherches soient
remis a Israel, parmi lesquels le chef des services de renseignement en
Cisjordanie, Toufiq Tirawi, soupconne d’etre directement implique dans
plusieurs attentats terroristes. Pendant le week-end, les tanks de Tsahal
ont detruit la plupart des structures de la Muqata, et coupe Arafat de la
grosse partie de sa garde presidentielle. Un certain nombre de Palestiniens
se sont rendus, mais aucun de ceux-ci ne figure sur la liste des hommes
recherches par Israel, ces derniers se cachant encore dans les decombres des
immeubles rases.

Parallelement au siege de la Muqata, il a ete ordonne a Tsahal de renforcer
son controle sur les centres de population de Cisjordanie er de la Bande de
Gaza. La promesse faite (aux Palestiniens) d’elargir le plan “Gaza et
Bethleem d’abord” et de rendre aux forces de securite palerstiniennes le
controle des villes de Cisjordanie, a ete remplacee par la decision de
renforcer le controle de Tsahal sur les territoires. Il semble que le siege
de la Muqata et la prolongation du couvre-feu impose aux villes de
Cisjordanie auront pour resultat un gel general des reformes de la securite
palestinienne, et en particulier du nouveau programme d’entrainement de
membres des forces de securite palestiniennes, a Jericho, par des
instructeurs americains, egyptiens et jordaniens. On peut aussi penser que
la reunion du Conseil Legislatif Palestinien, prevue dans quelques jours, et
qui devait voter la confiance a un nouveau cabinet palestinien, ne sera pas
autorisee.

La reaction du pouvoir politique a la recente serie d’attentats est une
tentative, pour le moins mal inspiree et meme nocive, de s’en sortir par la
voie la plus facile. La nature creuse de cette mesure fait naitre le soupcon
que derriere elle, il n’y ait rien d’autre que le desir d’apaiser l’opinion
et de satisfaire les ministres d’extreme-droite, qui ne manquent aucune
occasion pour reclamer l’expulsion d’Arafat et la destruction de l’Autorite
palestinienne. La decision de concentrer la reaction israelienne sur la
direction de l’Autorite palestinienne a ete precedee d’une declaration de la
branche militaire du Hamas. Ce mouvement disait clairement que l’attentat
etait destine a venger, encore une fois, l’assassinat de deux de ses chefs,
Salah Shehadeh et Nasser Jerar.

Pas un des porte-parole du gouvernement n’a mentionne le fait que le Hamas
etait responsable des recents attentats. De plus, le ministre de la Defense
Benjamin Ben-Eliezer a confirme vendredi, dans un entretien a la 1ere chaine
de TV, que l’opinion palestinienne commencait a reconnaitre que durant ces
deux dernieres annees de lutte violente, Arafat les avait menes a une
impasse. Ces dernieres semaines, des pressions sur Arafat s’etaient faites
plus fortes, de l’interieur comme de l’exterieur, pour qu’il remplace les
ministres directement identifies a lui par des ministres partisans de
reformes economiques, politiques et securitaires.

D’apres nos renseignements, une reunion cruciale devait avoir lieu vendredi
a la Muqata, et devait aboutir, entre autres, a la nomination d’Abou Mazen
au poste de Premier ministre. Pour qu’un changement politique d’une telle
importance ait une chance de reussir, il doit emerger de la societe civile
palestinienne elle-meme, et non apparaitre comme le resultat d’un diktat de
l’occupant.

Le siege d’Arafat semble donc etre, pour le gouvernement, une tentative de
detourner l’attention de sa propre incapacite a empecher le terrorisme, et
de son manque de volonte a proposer une voie politique qui rendrait l’espoir
aux Israeliens comme aux Palestiniens.