Shalom Akhshav : appel à volontaires pour remplacer les “refuzniks” du retrait


[->http://www.haaretz.co.il/hasite/pages/ShArt.jhtml?itemNo=517939]
Ha’aretz, jeudi 23 décembre 2004

La Paix Maintenant appelle des volontaires à remplacer les “refuzniks” du retrait

Dépêche Ha’aretz
(trad. Isabelle Maro pour La Paix Maintenant)


La Paix Maintenant lance une nouvelle campagne de presse appelant des
volontaires à se substituer aux soldats des forces armées israéliennes qui
refuseraient de prendre part à l’évacuation des colonies dans le cadre du
plan de désengagement.

Faisant référence aux appels récemment lancés par certains groupes de colons
aux soldats afin qu’ils refusent de prendre part à l’évacuation des
colonies, l’annonce publiée dans les quotidiens israéliens ce jeudi s’ouvre
sur ce slogan : « Pour chaque soldat qui refuse, je me porte volontaire ».

Le plan de désengagement d’Ariel Sharon, approuvé par la Knesset le mois
dernier, prévoit le démantèlement de 21 colonies situées dans la bande de
Gaza, et de 4 autres en Cisjordanie du nord.

« Je me porte volontaire pour me mettre à la disposition des forces de
sécurité israéliennes le jour de l’évacuation et pour apporter mon aide à la
mise en œuvre de la décision gouvernementale concernant le retrait de Gaza
et du nord de la Samarie », telle est la déclaration portée sur le coupon
détachable joint, à remplir et adresser au chef des Forces armées
israéliennes.

Yariv Oppenheimer, secrétaire général de Shalom Akhshav (La Paix Maintenant), a déclaré sur les ondes nationales que cette campagne voulait faire entendre à l’opinion publique ce message : « Il n’y a aucune inquiétude à avoir, les menaces
lancées par la droite de refuser de servir lors de l’évacuation ne seront pas un obstacle au désengagement. »

« Les effectifs seront au complet pour la mise en œuvre » a-t-il ajouté. «Pour chaque sympathisant de droite refusant de servir, nous trouverons un
volontaire, sinon plus» prêt à faciliter le retrait.

Cette initiative n’a suscité aucune réaction de l’armée ni de la police.