Le terrorisme perpetue le conflit


L’horrible attentat d’hier a Jerusalem, qui a tue et blesse de facon aveugle
des dizaines d’Israeliens, dont des eleves en route vers l’ecole, pourrait,
de maniere inexorable, se retrouver lie dans la conscience des Israeliens a
une reponse palestinienne a l’election d’Amram Mitzna a la tete du Parti
travailliste. On peut evidemment dire que l’attentat mortel a ete planifie
de longue date, et que les recents attentats ont ete perpetues par de petits
groupes ou par des individus sans ordre de l’Autorite palestinienne.
Neanmoins, du point de vue des Israeliens, les attentats sont une expression
authentique de l’humeur du public palestinien.

La violence palestinienne meurtriere qui frappe Israel depuis septembre 2000
est ce qui a amene Ariel Sharon au pouvoir. C’est elle qui a affaibli
considerablement le camp de la paix, qui veut un accord sur la base du
partage de la terre d’Israel entre deux Etats souverains. Tant que la
terreur continuera, la politique de Sharon, qui se contente de reactions
brutales sans offrir d’issue politique pour sortir du conflit, sera percue
comme la reponse appropriee vis-a-vis du comportement des Palestiniens.

Il est de la nature de la peur semee par le terrorisme que d’inspirer des
sentiments de rage et de frustration, en mettant de cote les jugements
rationnels qui essaient de prendre en compte les aspirations de
l’adversaire. La logique des victimes de la terreur, c’est le desir de
vengeance. Cette regle fait que Sharon jouit d’un soutien immense au sein de
l’opinion israelienne. Il est percu comme quelqu’un qui n’hesite pas a
reagir a la violence palestinienne en usant de mesures militaires brutales,
limitees uniquement par les lignes rouges des Americains, et comme quelqu’un
qui sait leur donner la lecon qu’ils meritent.

Quand de jeunes enfants sont assassines avec leurs meres, et des adolescents
mis en pieces sur le chemin de l’ecole, il y a peu de chances que la voix de
la raison, comme la represente Amram Mitzna, touche le coeur des electeurs
israeliens. L’approche qui dit, a juste raison, que la politique de Sharon
faite de represailles brutales n’a pas apporte le calme souhaite, que le
terrorisme n’a pas de solution militaire, et que la revolte des Palestiniens
se nourrit d’aspirations nationales legitimes, est facilement couverte par
la cacophonie des sirenes d’ambulances emportant les morts loin de la scene
de la derniere horreur en date.

De plus, le terrorisme entraine des reactions militaires israeliennes qui
accroissent de facon naturelle le nombre des Palestiniens qui veulent leur
part directe dans des attentats vengeurs contre les Israeliens. La formule
de Mitzna veut mettre un terme au cycle de la violence, mais elle a besoin
d’un point d’appui. Tant que les attentats comme celui d’hier a Kiryat
Menahem continueront, Mitzna et le Parti travailliste ne pourront pas se
servir de ce levier pour faire changer le coeur de l’electeur israelien.

Tant que la societe palestinienne ne donnera pas naissance a un mouvement
significatif, politique et ideologique , qui rejette le terrorisme, il est
difficile de voir comment la doctrine de Mitzna pourra etre acceptee par une
majorite d’Israeliens. Il est frustrant et scandaleux de constater que
l’opinion palestinienne et ses leaders ne comprennent pas qu’une fois
encore, ils vont rater une chance de faire changer en bien les relations
entre les deux peuples.

Étiquettes