La jeunesse paie les troubles au Proche-Orient d’un prix “incalculable”


Les Nations Unies ont declare jeudi que la violence au Proche-Orient
faisait payer a la jeunesse palestinienne et israelienne un prix
“incalculable”.

Dans une declaration, le Directeur executif de l’Unicef, Carol Bellamy,
a egalement reclame l’interdiction de tout acte prenant pour cible des
enfants, des maisons, des ecoles et des centres medicaux. Elle a presse
Israel de mettre fin aux couvre-feu et de permettre aux Palestiniens
d’acceder sans risques a l’eau, la nourriture et les soins.

Quelque 230 enfants palestiniens de moins de 18 ans et 47 jeunes
Israeliens figurent au nombre des morts depuis le 31 mars, selon
l’Unicef. “Nul n’a pu aller verifier sur place depuis”, a dit le
porte-parole.

Au moins 1 154 Palestiniens et 405 Israeliens ont ete tues depuis le
debut de la revolte palestinienne en septembre 2000.

Les tanks israeliens, poursuivant leur assaut depuis une semaine, ont
tout ecrase sur leur chemin dans les rues de Naplouse, la plus grande
ville palestinienne de Cisjordanie, dans la nuit de mercredi, et
encercle les trois camps de refugies voisins tandis que les Palestiniens
resistaient au fusil et a la grenade.

Le premier ministre israelien, Ariel Sharon, a envoye des tanks et des
troupes pour “isoler” le president palestinien, Yasser Arafat, dans son
quartier general en Cisjordanie apres un attentat suicide qui a coute la
vie a 26 Israeliens.

“Au cours des semaines passees, Israeliens et Palestiniens ont chacun
seme la terreur parmi la population de l’autre cote, sans egard pour les
maisons, les ecoles, les centres medicaux et autres lieux publics ou des
enfants se trouvent”, a declare l’Unicef. “L’impact psychologique et
social du conflit arme sur les enfants est impossible a evaluer.”

Des evenements traumatiques tels que la mort ou les blessures infligees
a des membres de la famille ou des amis, les fouilles de maison en
maison, les rafles et detentions humiliantes des peres et des freres
causent des dommages irreparables a la confiance des enfants envers les
adultes, accroissent leur seuil d’acceptation de la violence comme
solution appropriee aux problemes et brouillent leur espoir en l’avenir.