Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Photo : Tel Aviv aux heures de pointe. © Dan Balilty pour The New York Times

Auteurs : David M. Halbfinger et Isabel Kershner pour The New York Times, 1er mars 2020

https://www.nytimes.com/2020/03/01/world/middleeast/israel-election-issues.html


“L’élection du 2 mars pourrait permettre de sortir d’une impasse politique qui dure depuis un an. Mais d’énormes défis dans les domaines de la santé, de l’éducation et des transports sont en cours de réalisation depuis des décennies”

Mis en ligne le 24 mars 2020


– JERUSALEM – Lorsque le vendeur de cosmétiques de Petah Tikva sort sa Toyota de l’allée chaque matin, il ne s’inquiète pas des Palestiniens, du plan de Trump pour le Moyen-Orient ou des tensions avec l’Iran – les questions auxquelles la plupart des gens pensent quand ils pensent à Israël. Non, Ronen Yom Tov ne pense qu’à la circulation. Et il a tout son temps : il lui faut une demi-heure pour rejoindre l’autoroute à 4 miles (6,4 km) de là. “C’est un énorme embouteillage sans fin en vue“, dit-il.

Cela résume à peu près toute la situation en Israël. Et il ne s’agit pas seulement de la circulation. Alors même qu’Israël est passé du stade de petite nation désertique luttant pour sa survie à celui de puissance régionale dotée d’une industrie de haute technologie enviable, il a négligé les systèmes de transport, d’éducation et de soins de santé qui, selon les experts, sont essentiels à sa prospérité.

Tandis que le pays tient sa troisième élection en un an, les défis majeurs dans chacun de ces domaines ont attiré très peu d’attention. Les experts avertissent qu’en l’absence d’investissements importants, la capacité d’Israël à suivre le reste du monde développé doit être évaluée, et ils se demandent si le système politique fracturé du pays est à même de traiter de tels problèmes à long terme.

Je ne pense pas que nous ayons assimilé le fait que nous ne sommes plus deux millions de personnes à croissance lente – nous sommes une nation d’environ 10 millions [d’habitants]“, a déclaré Jon Medved, directeur général de OurCrowd, une société d’investissement technologique à Jérusalem. “Nous passons devant la Suède. Et nous ne sommes pas prêts à faire face à cela“.

Les politiciens ont commencé à prendre le dessus : le principal challenger de l’élection, Benny Gantz, a promis de construire deux nouveaux hôpitaux ; Benjamin Netanyahu, le Premier Ministre de longue date, s’est empressé de poser la première pierre de celui promis depuis 2014. Mais les analystes disent que les coalitions multipartites d’Israël sont trop instables et ses ministres trop myopes pour se lancer dans des projets ambitieux qui nécessitent des augmentations d’impôts dès maintenant mais ne donneront des résultats que dans un avenir lointain.

Des milliers de patients par an meurent d’infections dans les hôpitaux israéliens, les plus surpeuplés du monde développé. Des milliards de dollars en production économique – plus que les gains annuels d’Israël – s’envolent en fumée tandis que les automobilistes assistent impuissants au trafic, sans autre moyen de se rendre au travail.

Et les résultats des tests montrent que les écoles ne parviennent pas à préparer les élèves à devenir une main-d’œuvre moderne. L’écart entre les résultats des enfants riches et des pauvres ne fait que s’accroître, et l’accélération de la fuite des cerveaux pousse certains des scientifiques, médecins et innovateurs les plus précieux d’Israël à partir à l’étranger.

À certains égards, l’économie se porte bien. Le chômage a atteint un record de niveau bas. Les salaires sont en hausse. Et le secteur des technologies est si prospère qu’il a valu à Israël le qualificatif de “nation start-up “. Les défis redoutables d’Israël découlent en partie de sa vitalité : le taux de fécondité de 3,1 enfants par femme est le plus élevé des pays avancés, contribuant à une croissance démographique de plus de 200 000 personnes par an.

Chaque année, une nouvelle ville voit le jour“, a déclaré M. Medved. “Et une ville a besoin d’un hôpital, n’est-ce pas ? Une ville devrait probablement avoir une université, ou du moins un collège. Une ville a besoin de routes.”

Karnit Flug, directrice de la Banque d’Israël de 2013 à 2018, a retracé la négligence d’Israël en matière de dépenses civiles vitales jusqu’à ce qu’on resserre la ceinture au début des années 2000, après l’éclatement de la bulle Internet. “On s’est en quelque sorte emporté“, a-t-elle déclaré. “Le régime a duré trop longtemps.

Mais les investissements dans la santé, les transports et l’éducation déclinent depuis les années 1970, lorsque, d’après les critiques, Israël a commencé à donner la priorité aux réductions d’impôts, à l’aide sociale aux juifs ultra-orthodoxes qui étudient dans des institutions religieuses plutôt que de travailler, et à l’expansion des colonies en Cisjordanie. Les années 1970 semblent aujourd’hui être un point de pivot crucial.

La capacité des hôpitaux, qui était de 3,3 lits pour 1 000 résidents dans les années 1970, est tombée à 1,7 lit aujourd’hui. Le nombre d’enseignants-chercheurs par habitant a diminué de moitié par rapport à son niveau record de 1975. La congestion des routes était à peu près aussi grave qu’au Danemark ou en Belgique ; elle est aujourd’hui quatre fois et demie plus importante.

La croissance économique per capita s’est également effondrée : après avoir atteint une moyenne de plus de 5 % par an, elle est tombée à environ 1,8 % dans les années 1970, où elle stagne, selon Dan Ben David, un économiste de l’université de Tel-Aviv qui, par le biais de sa Shoresh Institution, préconise depuis longtemps des investissements pour stimuler la productivité. “Il y a un énorme iceberg devant nous“, a-t-il déclaré. “Et nous devons ramener tout le parcours du navire sur la trajectoire que nous avions autrefois“.

Pas de fin en vue

Le trafic autoroutier d’Israël est le plus mauvais de toutes les économies avancées, à un kilomètre près. Selon le Ministère des finances, les embouteillages coûtent à l’économie plus de 10 milliards de dollars par an. Pour M. Yom Tov et ses collègues d’une petite entreprise de cosmétiques, les pertes de temps et les réunions ratées – sans parler des nerfs fragiles – coûtent à l’entreprise environ 10 % de ses ventes, dit-il, progressant poussivement dans sa Corolla par une matinée bruineuse.

Les transports publics, lorsqu’ils existent, sont encore pires : en l’absence de voies réservées, les bus se traînent, et les usagers regrettent de ne pas avoir marché. Ceux qui bravent les trains compatissent à leur incapacité à trouver des places de parking dans les gares de banlieue, sans parler des sièges dans les trains encombrés. “Les gens se tiennent au-dessus de la tête des autres“, a déclaré Hadar Israeli, une avocate qui, en 2018, a déménagé du Bronx à Givat Binyamina, à 40 miles au nord de Tel-Aviv, ajoutant que le métro de New York lui manque. Israël devraitt dépenser des milliards pour rattraper les autres pays avancés, selon des études. Mais les projets en cours – une première ligne de métro léger* à Tel-Aviv, un réseau de métro léger élargi à Jérusalem – ne font qu’effleurer la surface.

La suppression d’un goulot d’étranglement ferroviaire crucial dans le centre de Tel-Aviv nécessiterait le détournement d’un fleuve. La construction d’un véritable système de métro pour Tel-Aviv serait une entreprise gigantesque, mais les municipalités concernées ne peuvent même pas se mettre d’accord sur la formation d’une autorité régionale. Les projets prévus, selon un rapport du contrôleur de l’année dernière, “ne devraient pas résoudre les problèmes prévisibles dans un avenir proche“. Israël n’a pas beaucoup pensé au transit rapide avant les années 1990 et n’a pas commencé à investir sérieusement avant les années 2000. “Ce qui a été fait a été fait trop tard, trop lentement et avec une portée trop réduite“, a reconnu le Ministère des transports en 2012.

Un gouvernement cloisonné n’aide pas : le Ministère du logement se précipite pour construire des tours d’habitation, mais ne se préoccupe pas de savoir quand ni comment les habitants feront la navette. Ainsi, dans les nouvelles grandes villes planifiées, comme Modin, les routes d’accès à une voie sont débordées dès que les familles emménagent. À Hadera, un quartier de bord de mer a été construit en face d’une autoroute en dehors du reste de la ville, et rattaché par une étroite passerelle. Un hôpital se trouve à un kilomètre, mais les ambulanciers disent qu’ils ne peuvent pas y accéder en moins de 20 minutes. Et les nouvelles tours d’habitation continuent de s’élever.

Pour aggraver les choses, les Israéliens et leur gouvernement sont devenus accros à la voiture. Le gouvernement tire environ 15 % de ses impôts de l’industrie automobile, et un tiers des importations, qui sont taxées à 60 %. Une foule de subventions encouragent les travailleurs à choisir d’acheter ou louer des voitures plutôt que d’opter pour des indemnités compensatrices. “Parfois, vous n’avez pas besoin de voiture“, a déclaré Yoram Ida, chercheur en transport au Sapir College. “Mais si vous n’avez pas de voiture, vous nne profitez as de cet avantage.” Le résultat est une culture automobile plus appropriée à la Californie du Sud des années 1960 qu’à un pays exigu qui a besoin de se développer, et non de s’éteindre, a déclaré Moti Kaplan, un des principaux planificateurs israéliens. “Nous avons besoin du rêve de Manhattan,” a-t-il dit, “pas du rêve de Los Angeles.”

En manque depuis trop longtemps

Les hôpitaux israéliens sont dangereusement surpeuplés et manquent de personnel. Les citoyens qui comptent sinistrement le nombre de victimes des guerres et des attaques terroristes partagent maintenant des histoires de bataille pour survivre au système de soins de santé.

Victoria Duek, 97 ans, a dû patienter 48 heures dans une salle d’urgences surpeuplée de Haïfa après être tombée et avoir eu du mal à respirer. Un hôpital de Tibériade prévoit deux ans d’attente pour des amygdalectomies. L’hôpital de Nahariya a été tellement surpeuplé qu’il a demandé des dons de couvertures. Le politicien ultranationaliste Avigdor Liberman a déclaré que sa belle-mère de 91 ans s’était entendu dire qu’elle devrait attendre des mois pour un IRM urgent. “Après quatre mois, une personne n’a pas besoin d’un IRM“, a-t-il déclaré à une station de radio. “Soit elle s’est rétablie, soit, Dieu nous garde, elle est morte.”

Les Israéliens ont la garantie d’une couverture de base dans le cadre d’un système de santé national et sont souvent satisfaits des soins qu’ils finissent par obtenir. Et le pays consacre un pourcentage remarquable de 7,5 % de sa production économique aux soins de santé, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, ce qui est bien inférieur à la moyenne des économies avancées. Mais les critiques disent que cette statistique est devenue une blague cruelle.

Le Dr Erel Buchinsky, ancien directeur de l’Association des résidents en médecine, a comparé ses fréquents quarts de 26 heures à “travailler comme pour un afflux massif de victimes“, en donnant la priorité aux patients qui pourraient vivre plutôt qu’à ceux qui sont plus susceptibles de mourir. “C’est une horrible réalité, et  c’est intolérable“, a-t-il écrit dans un post viral sur Facebook.

Les urgences à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera. © Dan Balilty pour The New York Times

Le taux d’occupation moyen de 94% dans les hôpitaux israéliens est de loin le plus élevé du monde développé. Le retard accumulé s’étend à l’ensemble du système : centres gériatriques, centres de réhabilitation et cliniques locales, tous sont surchargés. Un examen médical de six minutes, avec contact visuel, est un luxe. Les spécialistes prennent des rendez-vous jusqu’à un an à l’avance. Les médecins israéliens vieillissent, il n’y a pas assez de diplômés en médecine pour les remplacer, et de nombreux aspirants médecins partent en Europe pour étudier, sans jamais revenir.

Le système de santé était exemplaire il y a quelques années“, a déclaré Mme Flug, l’ancienne banquière centrale. ” Mais il a été privé de moyens pendant trop longtemps“. À l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera, Rotem Novoselsky est infirmière en chef dans un service de médecine interne prévu pour 36 patients ; elle en traite souvent 60. Les patients qui y sont hospitalisés sortent régulièrement de l’hôpital alors qu’ils sont encore malades. Elle arrive certains matins pour trouver des patients dont les brancards débordent dans les couloirs, voire jusque dans un réfectoire. Avec seulement trois infirmières dans l’équipe de nuit, dit-elle, il lui arrive de découvrir des patients morts sans assistance. “Nous travaillons dans un état de frustration permanent“, dit-elle, s’arrêtant pour un bref instant.

Les lits des soins intensifs étant rares, les patients sous respirateur sont laissés dans des salles ordinaires, et ceux qui se remettent d’une intervention chirurgicale languissent souvent dans les couloirs. Selon les experts, la surpopulation fait monter en flèche le taux d’infection : le taux de mortalité due aux infections, 38 décès pour 100 000 patients, est de loin le pire des nations économiquement avancées, selon l’OCDE. (Les États-Unis, à 22, arrivent en deuxième position). “Les gens perdent leur dignité“, a déclaré le Dr Zeev Feldman, neurochirurgien pédiatrique. “Et cela tue des gens. Il n’y a pas d’autre façon de le dire”.

Le financement public n’a pas suivi le rythme de la croissance et du vieillissement de la population, tombant d’environ 75 % des dépenses totales de santé à environ 65 %. Cette érosion a aggravé les inégalités et réduit l’efficacité, a témoigné l’année dernière le professeur Nadav Davidovitch, chercheur en santé publique à l’université Ben-Gourion. “Voilà toute l’histoire en bref“, a-t-il déclaré. Selon le Dr Feldman, il en coûtera à Israël 6 milliards de dollars de plus par an pour rattraper le monde développé, mais les Israéliens sont trop disposés à compter leurs bénédictions plutôt qu’à faire pression pour le changement. “Les patients et les familles sont très en colère à cause de ce qu’ils rencontrent“, a-t-il dit. “Mais, a-t-il ajouté, en se référant à la prière juive de gratitude pour avoir évité le désastre, “quand ils rentreront chez eux, ils réciteront le hagomel et poursuivront leur vie quotidienne“.

Des enseignants pauvres, des écoles en faillite

Israël dépense aujourd’hui plus pour l’éducation que pour son armée. Mais selon les experts, les écoles sont en faillite, avec, dans un proche avenir, des conséquences inquiétantes. Les résultats du dernier test d’évaluation international, qui mesure la lecture, les mathématiques et les sciences, sont parmi les pires du monde développé – et ils ne tiennent pas compte des garçons ultra-orthodoxes, qui étudient à peine ces matières.

La qualité des enseignants en est une raison essentielle. Les enseignants israéliens obtiennent des résultats proches du bas de l’échelle des tests internationaux de lecture et de calcul. Le salaire de début dans les écoles primaires est d’environ 21 000 dollars, soit la moitié de celui des écoles américaines. La formation continue des enseignants est médiocre et soumise aux caprices de chaque nouveau ministre de l’Education, selon l’opinion des intéressés. Et les enseignants sont de plus en plus victimes de violence – de la part des élèves et des parents – et guère soutenus par leurs des supérieurs.

Pire encore, les tentatives du pays pour réparer le système scolaire ont tendu à le niveler par le bas, selon les experts. L’anglais est obligatoire, mais de nombreux étudiants obtiennent leur diplôme avec trop peu de crédits d’anglais pour entrer à l’université. Les tests d’entrée à l’université ne sont pas maintenus d’une année à l’autre, de sorte que les politiciens qui veulent montrer des améliorations les ont simplement rendus plus faciles.

À son crédit, Israël a élargi l’accès à l’université avec la prolifération de “collèges universitaires” moins rigoureux à partir des années 1990. Mais ils font un travail douteux, produisant par exemple des bataillons de diplômés de l’école de droit qui ne peuvent pas passer le barreau.

Les enseignants et les directeurs se plaignent d’un manque d’autonomie, les fonctionnaires nationaux dictant les plans de cours à l’heure près, a déclaré Ram Shmueli, un militant de longue date dans le domaine de l’éducation. Quatre nouveaux enseignants sur cinq démissionnent au bout de cinq ans. “Ils savent que les salaires sont bas“, dit-il. “Ils deviennent enseignants parce qu’ils veulent influencer la société. Mais si nous ne leur donnons aucune liberté, ils vont s’enfuir.”

Les résultats des tests montrent également des disparités croissantes entre les élèves hébrophones et arabophones, et entre les hébrophones de différentes couches socio-économiques. L’une des raisons est qu’Israël distribue une part croissante de son financement de l’éducation par le biais de fonds de contrepartie, qui ne sont disponibles que si une municipalité apporte sa propre contribution. Les directeurs d’école adorent cet argent car ils peuvent l’utiliser pour presque tout, mais les villes pauvres n’ont pas les moyens de l’utiliser.

Au sud-est de Beersheva, Hatem Abu Queder, le directeur d’une école bédouine bondée, a tapissé l’intérieur d’une remorque avec des affiches de la navette spatiale et du système solaire et dit qu’il rêve d’emmener des enfants visiter la NASA. Mais il ne reçoit pas de fonds de contrepartie. Tout ce qu’il possède – une station météorologique, un studio de danse pour les filles trop timides pour courir avec les garçons – a été construit grâce aux dons des familles pauvres du village.

Les plus aisés dépensent beaucoup pour le tutorat. Les programmes de scoutisme juif renforcent le leadership, l’autodiscipline et le travail d’équipe. Et les unités d’élite des services de renseignement de l’armée ont remplacé les universités, créant ainsi de futurs P.D.G. Mais ces voies sont généralement fermées aux citoyens arabes.

Les cadres du secteur de la haute technologie affirment qu’Israël ne risque pas de manquer d’étudiants en mathématiques et en sciences. “Le problème n’est pas la crème de la crème, mais l’éducation des masses“, a déclaré le professeur Amnon Shashua, co-fondateur du géant de la conduite autonome MobilEye. “Quoi que vous fassiez, ce n’est jamais un travail pour un seul homme. Vous avez besoin du soutien de beaucoup d’autres personnes, pas seulement des plus brillantes“.

Les économistes donnent l’alerte : Israël se divise en deux économies – le secteur de la haute technologie, en plein essor, qui représente environ 9 % des emplois, et tout le reste, qui tire vers le bas les taux de productivité. Certains, cependant, voient des signes de danger jusqu’au sommet de l’échelle éducative. Dan Shechtman, prix Nobel de chimie en 2011 et président de la Fondation Wolf, qui promeut l’excellence scientifique, s’inquiète de voir les futurs génies d’Israël gagner leurs prix ailleurs. “Nous ne leur permettons pas de revenir“, a-t-il déclaré, “car le pays dispose de peu de laboratoires de pointe pour les employer. Nous avons besoin qu’ils reviennent“.

 

* Un métro léger, également appelé transit léger sur rail ou système léger sur rail, est une forme de transport en commun urbain ferroviaire offrant généralement une capacité et d’une vitesse inférieures à celles d’un train ou d’un métro, mais supérieures à celles des systèmes traditionnels de tramway.

 

David M. Halbfinger est le chef du bureau de Jérusalem, qui couvre Israël, les territoires palestiniens occupés et le Moyen-Orient.

Isabel Kershner, correspondante à Jérusalem, fait des reportages sur la politique israélienne et palestinienne depuis 1990. Elle est l’auteur de “Barrier: The Seam of the Israeli-Palestinian Conflict.”