Face au fanatisme, Oz représentait la voix de la raison.


Ces dernières années, Oz avait de plus en plus l’impression d’être une voix isolée dans un désert politique. Néanmoins, il refusait de désespérer.


Traduction : Bernard Bohbot pour LPM

Editorial Ha’Aretz, 30 décembre 2018

https://www.haaretz.com/opinion/editorial/in-the-face-of-zealotry-oz-represented-the-voice-of-sanity-1.6789210

Portrait : Charles Szlakmann


Dans son dernier livre, “Mimah Asui Hatapuah ?” “(“Qu’est-ce qu’une pomme ?”, publié en hébreu cette année), Amos Oz a confié à son éditeur littéraire, Shira Hadad, que les Premiers Ministres l’invitaient souvent à des entretiens à cœur ouvert et lui demandaient : “Où avons-nous fait erreur ? Tous ont parlé avec admiration de son habileté à mettre ses idées en mots, mais n’étaient pas d’accord avec ses opinions. Une fois dans ma vie, juste une fois, je veux qu’un premier ministre me dise : “Amos Oz, tu dis n’importe quoi, tu dis n’importe quoi, mais tu sais quoi ? Tu as raison. C’est la seule chose que je veux entendre avant de quitter ce monde.”

Il ne l’a jamais entendu, ni de son vivant, ni à sa mort. Le Premier Ministre Benjamin Netanyahou a rendu hommage à Oz, en disant : “J’admirais profondément sa contribution à la langue hébraïque et au renouveau de la littérature hébraïque.” Mais il n’a pas oublié d’ajouter : “Nous n’étions pas d’accord sur l’essentiel.

Avec la mort d’Amos Oz, l’hébreu et la littérature mondiale ont perdu l’un des plus grands écrivains de notre époque. Mais Oz n’était pas seulement un magnifique styliste littéraire qui a enchanté des millions de lecteurs dans des dizaines de langues. Oz ne s’est pas contenté d’écrire des romans à succès et de gagner des dizaines de prix. Il s’est assuré de la réputation que ses sages et profondes intuitions lui ont value – dans un hébreu précis et élégant, avec l’humanité toujours au centre – dans la bataille pour le caractère moral d’Israël. Cette langue universelle était également comprise par des millions de personnes qui ne comprenaient pas sa langue maternelle.

Même dans ses dernières années, il a nagé à contre-courant de la vague du fanatisme qui a balayé Israël. Il portait fièrement le titre de “gauchiste”. Il soutenait les organisations de défense des droits de l’homme persécutées telles que B’Tselem, qui s’efforcent de mettre fin à l’occupation, et demandent que Jérusalem-Est soit reconnue comme capitale de la Palestine, parallèlement à Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël.

Le livre d’Oz “Chers zélotes” : Lettres d’une terre divisée” est une mise en accusation de ceux qui transforment le multiculturalisme et la politique identitaire en une politique de haine des identités, d’obstruction des horizons, d’insularité, de haine de l’autre et de fanatisme croissant. Face à ce fanatisme, Oz représentait la voix de la raison, de la raison, de l’amour de l’humanité et de la patrie.

Ces dernières années, Oz se sentait de plus en plus comme une voix qui pleurait dans le désert politique. “Je me tiens à une intersection, plein de suffisance, et je m’attends à ce que les lumières changent quand je frappe dans mes mains “, dit-il. “Beaucoup de gens se moquent de moi, et ils ont manifestement raison.”

Néanmoins, Oz refusait de désespérer. “Après tout, nous avons encore deux ou trois choses à régler ici,” dit-il à Hadad, et il conclut : “La lumière est si douce pour les yeux“. Il faut espérer que les intellectuels et les auteurs de renom qui craignent ce fanatisme obscurantiste marcheront dans la lumière d’Oz.