Baisses dans les territoires : quelques données démographiques sur la population juive des territoires


Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant


Les statistiques publiees hier concernant la population juive de Cisjordanie et de la bande de Gaza tombent a la fin d’une annee 2001 ravagee par la guerre, au cours de laquelle les speculations sur le comportement demographique de la population des colons sont allees bon train. Pour la premiere fois depuis le debut des hostilites que nous connaissons, il est maintenant possible d’evaluer la population des colons a travers des donnees de source autorisee.

Selon les nouveaux chiffres, environ 151.000 juifs vivent aujourd’hui dans des colonies qui, selon toute probabilite, ne seront pas evacuees. 60.000 autres habitent des colonies qui, elles, sont menacees d’evacuation.

A l’interieur du Grand Jerusalem, qui, selon les programmes aussi bien du Likoud que d’Un Israel (coalition menee par le Parti travailliste, ndt), resterait a l’interieur des frontieres permanentes d’Israel, vivent en ce moment 76.000 juifs, soit environ un tiers de la population totale des colons. Ce secteur comprend Ma’ale Adumim, Betar Ilit, la plupart des colonies du Bloc Etzion, une partie de celles de Binyamin, Efrat et Giv’at Ze’ev.

75.000 colons habitent d’autres parties de la Samarie-Ouest, qui selon les
memes programmes, resteraient sous controle israelien.

Le reste des residents juifs de la Cisjordanie vit dans des colonies situees
profondement a l’interieur des terres controlees par les Palestiniens. Ce sont ces colonies que le gouvernement de l’ex-Premier ministre Ehud Barak avait accepte d’evacuer au cours des negociations n’ayant pas abouti a un accord final.

Selon les chiffres du ministere de l’Interieur, fin decembre 2000, 203.067 juifs vivaient en Cisjordanie, contre 213.672 a la fin de decembre 2001, soit une augmentation de 10.305 personnes (5,22%). La plus grande partie des
augmentations concernent trois colonies : Betar Ilit, Modi’in Ilit (Kiryat Hasefer) et Kokhav Yair. A elles seules, ces trois agglomerations ont enregistre une augmentation de 5.344 habitants, ce qui represente environ la moitie de l’augmentation totale de la population juive dans les territoires en 2001.

En revanche, la ville ultra-orthodoxe d’Emmanuel, l’une des plus grandes
villes de Samarie, a vu sa population chuter de 10,5% en 2001 : fin decembre
2001, le ministere de l’Interieur ne denombrait que 3.164 habitants. Selon
des sources du bureau des statistiques, si l’on exclut la croissance importante de Mod’in Ilit et de Betar Ilit, la population juive des territoires n’aurait augmente que
de 2,5%.

Une etude plus precise des statistiques demographiques concernant les 144
colonies juives des territoires (compte non tenu des avant-postes), conduit a des conclusions qui pourraient donner des pistes sur les tendances a venir.

La premiere concerne le fait que la croissance de l’annee passee est bien
inferieure a celles des six dernieres annees, chacune ayant atteint ou depasse les 8%. Selon CBS, cette chute provient essentiellement d’une baisse du nombre d’Israeliens ayant decide de rejoindre les colonies. L’exemple qu’utilise CBS est celui de Ma’ale Adumim, la ville la plus importante de Cisjordanie. La plus grande partie de la croissance demographique qu’a connue Ma’ale Adumim pendant l’annee 2001 est due a une croissance naturelle de sa population (68%), le reste provenant de la migration interieure.

Ariel, une autre colonie urbaine importante, a connu une croissance due
essentiellement a sa croissance naturelle, alors que le taux de migration
interieure a ete negatif, et quasiment inexistant. Efrat, elle aussi, a connu un taux de migration interieure negatif, environ 78% de sa croissance totale etant due a une expansion naturelle.

Seules quelques colonies ont connu un taux de migration interieure superieur
a celui de sa croissance naturelle, ce qui indiquerait que le nombre de gens
les ayant rejointes est superieur a celui des gens qui les ont quittees. Ces
colonies sont Alfei Menashe (+ 9,37% de migration interieure), Beit El (+ 3.2%), Har Adar (+ 9.37%), Ma’ale Adumim (+ 3.31%) et Kedumim (+ 3.8%). Une
situation comparable est signalee dans la Bande de Gaza. Le Conseil Regional
de la Cote de Gaza parle d’une croissance naturelle de 4,2%, soit quelque
300 personnes.

Dans 45 des 144 colonies de Cisjordanie et de la Bande de Gaza, le nombre de
personnes quittant les colonies a ete superieur au nombre de celles les ayant quittees. Cela concerne les colonies situees profondement en territoire controle par les Palestiniens, et dans celles relativement proches de la ligne Verte qui ont ete l’objet d’attentats terroristes.

La vallee du Jourdain a ete durement touchee par la crise economique, qui s’est ajoutee aux problemes de securite. Plus de 50 familles, soit pres de 10% de sa population totale, ont quitte la vallee du Jourdains. Une douzaine de colonies ont connu une chute de population, alors que six ont enregistre un semblant d’augmentation. Les augmentations les plus importantes concernent les rares colonies religieuses, a l’extreme Nord de la vallee.

NB : cet article reprend les chiffres du ministere de l’Interieur. Il faut garder a l’esprit que Shalom Akhshav dispose de donnees qui, bien souvent, contredisent ces chiffres, dans le sens de la baisse, particulierement au sujet de la “croissance naturelle” des colonies. Ces chiffres proviennent de son action de surveillance des colonies.