Nous ne parlerons pas de politique, ou du moins pas de politique politicienne, pas des ultimes tractations pour éviter de nouvelles élections auxquelles Netanyahu aspire plus que tout autre pour se maintenir au pouvoir afin d’éviter un probable naufrage judiciaire. Nous ne parlerons pas de la politique de “terre brûlée” qu’il mène actuellement contre la justice, contre la police, contre la presse, contre la gauche, contre les Arabes, contre les ONG, contre…

Nous parlerons du soutien aux associations de la société civile qui s’efforcent de maintenir ce qu’on appelait dans le temps, le “bel Israël”, celui dans lequel l’argent n’était pas roi, celui dans lequel un Menahem Begin, alors chef du gouvernement, décidait de ne pas encaisser le chèque, conséquent mais mérité et honnête, de ses droits d’auteurs, chèque dont il avait fait – disait-on – un marque-page. Parmi les ONG vilipendées, il y a celles qui luttent contre la corruption, pour la défense du citoyen et une gouvernance efficace.

Il y a surtout celles du camp de la paix qui œuvrent à une solution politique au conflit israélo-palestinien, condition première de la pérennité d’une société en accord avec ses valeurs, une société libre car n’occupant ni n’opprimant aucun autre peuple. Leurs militants, souvent insultés, voués aux gémonies, ont besoin de se sentir entendus et soutenus.

Nous avons reçu il y a peu un courrier de Shalom Akhshav (SA) en Israël en réponse à un soutien que nous leur avons apporté et qui a permis de finaliser une vidéo vue par près de 1,5 millions de personnes dans laquelle apparaissait Lior Ashkenazi, l’un des meilleurs acteurs israéliens actuels. Cette vidéo incitait le public, à la veille des élections du 9 avril dernier, à tirer les enseignements du traité de paix israélo-égyptien dont c’était le 40ème anniversaire et à se mobiliser pour la relance du processus de négociation avec les Palestiniens.

https://www.youtube.com/watch?v=ggrYOVSXZWw&t=6s

Dans le prolongement de la diffusion de cette vidéo, plusieurs actions ont été engagées, dont l’accrochage en différents endroits de forte visibilité, de la célèbre photo de la poignée de main entre Carter, Sadate et Begin, assortie du slogan “Les leaders courageux ont le courage de faire la paix”. Souvenons-nous qu’il y a déjà 42 ans que Sadate se rendait, à la surprise générale, en Israël et, le 20 novembre, prononçait son fameux discours à la Knesset…

Notre soutien a également permis à l’Observatoire des colonies de SA de finaliser la publication d’un rapport précis et documenté sur le développement des implantations au cours de la décennie écoulée : durant la mandature de Benyamin Netanyahu, les constructions dans les territoires ont progressé de 9% par rapport à 2018. 70 % des ces quelque 20 000 nouvelles habitations se situent dans des implantations isolées qui devraient être évacuées dans le cadre d’un hypothétique accord conforme à ” l’initiative de Genève ” signée le 1er décembre 2003.

https://peacenow.org.il/en/annual-settlement-report-2018

Les responsables de SA, mais pas seulement, ont insisté à cette occasion sur l’importance que revêt à leurs yeux la solidarité que nous manifestons à leur égard, tant par la diffusion non déformée de leurs positions que par un soutien matériel. Nous savons que les sollicitations associatives sont nombreuses en cette période de fin d’année et que le contexte actuel n’est pas, c’est le moins que l’on puisse dire, particulièrement encourageant.

En nous soutenant, vous nous permettez de poursuivre notre engagement mais, plus encore, vous manifestez votre attachement à un Israël arrimé aux valeurs fondamentales et aux principes inclus dans sa déclaration d’Indépendance que d’aucuns souhaitent remettre en question.

Ilan Rozenkier