Réunion (Paris) le 22 avril avec Théo Klein et Bassma Kodmani


Nous vous invitons à participer à la réunion que nous organisons mardi 22
avril à 20h 30 au Cercle Bernard Lazare. Nous aurons le plaisir d’accueillir
M. Théo Klein et Mme Bassma Kodmani à l’occasion de la sortie de leurs
livres publiés aux éditions Liana Levi (voir notices plus bas).

Mardi 22 avril à 20h 30
Cercle Bernard Lazare
10, rue Saint-Claude, Paris 3e
M° Saint-Sébastien-Froissart

Entrée libre pour les adhérents. 5 euros pour les non-adhérents.

Pour adhérer (ou faire un don) en ligne :
[->https://www.lapaixmaintenant.org/adhesion_don]
Sinon : [->https://www.lapaixmaintenant.org/contacts]


Théo Klein
Sortir du ghetto (ed. Liana Levi)

Théo Klein est une des figures majeures de la communauté juive. Avocat aux
barreaux de Paris et d’Israël, ancien Résistant, il a été président du
CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) entre 1983
et 1989. Il est l’auteur, entre autres livres, de Manifeste d’un juif
libre
et de Petit traité d’éthique et de belle humeur (Liana Levi, 2002 et
2004).

Habitués, depuis 2000 ans d’exil en diaspora, à vivre repliés sur leur
communauté, à se défendre des agressions extérieures, les juifs, puis les
Israéliens, ont développé “le syndrome du ghetto”. Ce syndrome les empêche
de considérer leurs voisins en toute sérénité et le moindre écart fait
ressurgir le spectre de l’antisémitisme. Sur la défensive, ils remettent
constamment en cause les liens indispensables à une saine et une dialectique
infernale rejet-repli s’instaure. Pour résoudre la “question”, il est donc
temps d’abattre les murs, qu’ils soient matériels ou immatériels. Théo
Klein, dans son rôle reconnu de médiateur, invite Israël à sortir de
l’enfermement et à tendre la main aux pays du Proche-Orient, dans l’intérêt
de chacun. Il invite aussi les juifs de la diaspora à se débarrasser de la
hantise de la persécution et d’une attitude de repli. Trop longtemps exclus
d’un rôle actif dans l’histoire, ils doivent s’intégrer aux jeux de la
politique comme acteurs responsables.


Bassma Kodmani
Abattre les murs (ed. Liana Levi)

Bassma Kodmani a quitté la Syrie en 1968 avec ses parents, contraints de
partir pour des raisons politiques. Chargée de mission au CNRS, chercheur
associée au CERI (Sciences-Po), elle est directrice de l’Initiative Arabe de
Réforme, un consortium d’instituts de recherche du monde arabe travaillant
en partenariat avec des instituts européens et américains sur la transition
démocratique dans le monde arabe. Elle a dirigé précédemment le programme
Gouvernance et Coopération Internationale à la Fondation Ford, basée en
Egypte, et a conduit à l’IFRI les études sur le Moyen-Orient et l’Islam.
Elle est auteur de nombreuses publications sur le Moyen-Orient. Elle vit
aujourd’hui à Paris.

Après cinquante ans de gel de la vie politique sous des régimes
autoritaires, les sociétés arabes – on le sait peu en Occident – sont en
train de sortir de leur apathie. Le séisme du 11 septembre a fait prendre
conscience aux élites intellectuelles de l’urgence à rebâtir les fondations
du monde arabe dans un monde moderne. Les ouvriers, les paysans, les classes
moyennes appauvries commencent également à s’interroger. Et ces changements
trouvent un écho dans de nouveaux médias indépendants. Le réveil est
irréversible mais les conditions de l’accès de ces sociétés à la liberté et
à la démocratie restent à définir. Quels sont les espoirs et les avancées
que dessinent ces mouvements ? Quels en sont les freins, les blocages ?
Quels sont les valeurs et concepts occidentaux qui peuvent aider le monde
arabe à avancer et ceux qui paraissent problématiques, voire dangereux parce
qu’ils comportent des risques de régression, de fermeture et de violence ?
Quelle est la place d’Israël dans ce débat ? Celle de la question
palestinienne ? Celle de l’islam ? Mais aussi quelle place pour les
minorités arabes dans les sociétés occidentales ? Le chemin des pays arabes
vers la démocratie est balisé nombreuses questions. La projection dans
l’avenir pour les femmes s’articule autour d’une interrogation très
personnelle : où fera-t-il bon vivre dans les vingt prochaines années pour
les Arabes ?

Un livre réalisé avec Nadine Vasseur, journaliste et auteur de nombreux
livres, dont Israël autrement (Actes Sud, 1998).