Yahad continuera à fournir un "filet de protection" à Ariel Sharon

Thème : Retrait de Gaza Politique intérieure israélienne

Ha’aretz
mis en ligne le 17 mai 2005
par Mazal Mualem

le parti Yahad est le seul parti israélien qui soutienne explicitement l’Initiative de Genève. C’est grâce à son "filet de protection" parlementaire (soutien à la coalition sans participation gouvernementale) qu’Ariel Sharon a pu rester premier ministre après avoir annoncé son plan de désengagement, une partie du Likoud s’étant rebellée, et une partie de la droite nationaliste et/ou religieuse ayant déserté, remplacée par les travaillistes

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Ha’aretz, 16 mai 2005

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Le groupe parlementaire du Yahad [1] continuera à fournir à Ariel Sharon un "filet de protection" parlementaire pendant la session d’été de la Knesset et ce jusqu’à ce que le plan de désengagement ait été mené à terme, ce qui, d’après le calendrier de Sharon, devrait intervenir peu de temps après la fin de ladite session d’été.

Au cours d’une réunion du parti, hier à Tel-Aviv, tous les membres se sont prononcés en faveur de ce filet de protection.

Le groupe a également décidé d’affiner son message et de souligner le fait que des mesures unilatérales comme le désengagement ne sont pas suffisantes et ne peuvent pas régler le conflit, et que le désengagement n’est qu’une étape sur la voie de la solution, en accord avec l’Initiative de Genève.

Le président du Yahad, Yossi Beilin, a déclaré dans son discours aux délégués que Sharon utilise le Hamas comme prétexte pour éviter toute discussion sur un accord définitif. D’après Beilin, le fait que Sharon n’utilise pas certaines clauses des accords d’Oslo) pour empêcher le Hamas de participer aux élections [législatives] de l’Autorité palestinienne prouve qu’il veut utiliser le Hamas pour s’affranchir des pressions qui le pousseraient à entamer des négociations.

Contrairement à l’unité affichée par le Yahad, le Likoud se prépare à une confrontation entre Ariel Sharon et les opposants au désengagement. Le groupe parlementaire, qui se réunit aujourd’hui, doit déterminer son ordre du jour pour la session parlementaire d’été. Y seront discutés un projet de loi d’annexion des blocs de colonies ainsi que la conduite à tenir lors de motions de censure.