Le maire de Jérusalem suspend les travaux près du Mont du Temple

Thème : Jérusalem

Ha’aretz
mis en ligne le 12 février 2007

Ha’aretz, 12 février 2007

Trad. : Gérard Eizenberg pour La Paix Maintenant

Le maire de Jérusalem Upo Lupolianski a annoncé dimanche dans la soirée qu’il avait décidé de suspendre la construction d’un pont pour piétons sur la montée de Mougrabi, jusqu’à ce que les autorités chargées du zonage remettent un plan complet des travaux.

Lupolianski et Shmuel Rabinovitch, rabbin du Mur des Lamentations, ont pris cette décision dimanche suite à des entretiens avec le Procureur général Menahem Mazouz, les autorités municipales chargées de la planification, les leaders de la communauté musulmane et d’autres représentants des Arabes de Jérusalem Est, afin que le public soit à même d’examiner les plans et de soumettre leurs oppositions éventuelles.

Lupolianski a annoncé que cette mesure reflétait un désir de transparence, et qu’elle devait améliorer le sentiment d’implication des habitants dans le processus de construction. Il a voulu également éviter le sentiment au sein du public que ces travaux constituaient un quelconque piège de la part d’Israël.

En pratique, cette décision signifie que l’approbation du plan sera repoussée jusqu’à l’audition des oppositions ou des réserves déposées par des habitants de Jérusalem. A ce stade, les excavations destinées à sauver le tumulus de Mougrabi de l’effondrement, conduites par l’Autorité des Antiquités, devraient se poursuivre, parallèlement à la discussion publique sur le plan de zonage.

Des sources municipales à Jérusalem ont affirmé dimanche que la décision [des travaux] pourrait être repoussée de plusieurs mois, et qu’il n’y a aucune certitude que les autorités, qui entendront les arguments des opposants, finissent par approuver ce plan.

Lupolianski a dit à ses proches que "le plan de construire un pont pour piétons avait engendré une vague de rumeurs et de spéculations sur les intentions d’Israël à l’égard de la Mosquée Al-Aqsa. Nous avons décidé d’être totalement transparents devant tous les habitants sur le projet de construction du pont, pour qu’ils sachent très exactement où il doit être construit [1], et pour permettre au public d’exprimer ses positions. Cela est destiné à aider les gens à comprendre que le pont ne menace en aucune manière Al-Aqsa et ne pénètre pas sur l’Esplanade des Mosquées. Il est important pour nous qu’il n’y ait pas le sentiment que cela se fait en secret ou de manière sournoise."

Cette décision de dresser un plan de zonage pour le pont pour piétons est sujette à controverse. Jusqu’à maintenant, la municipalité se contentait d’accorder des permis, procédure rapide, plutôt que d’exiger un plan complet. Or, ce pont pour piétons est destiné à remplacer un pont existant, et n’implique donc aucune nouvelle construction.