La guerre des mots (réponse aux tentatives de désinformation contre Shalom Akhshav)

Thème : Shalom Akhshav : action et influence

par La Paix Maintenant, édition

Face à la désinformation, une mise au point de La Paix Maintenant, concernant l’appel de Shalom Akhshav aux Israéliens partisans du retrait leur demandant de le prouver en se portant volontaires pour pallier d’éventuelles défections de soldats refusant de l’accompagner

(Mise au point de La Paix Maintenant)

La guerre des mots fait rage sur le net. De source proche du mouvement des colons, on peut lire des propos diffamatoires concernant Shalom Akhshav, qui inviterait "les Arabes à expulser les Juifs du Goush Katif [1]".

La campagne "pour chaque soldat insoumis, un autre se portera volontaire", est décrite sur un site très consulté comme "encore dans les limites du jeu politique". Mais c’est pour mieux accuser l’"organisation d’extrême-gauche" d’en sortir, en se tournant, par-delà les "Israéliens qui servent dans Tsahal", vers "les habitants arabes de pays ennemis d’Israël ". Et d’enfoncer le clou : "Si l’on ajoute à cela le fait que dans la liste des pays concernés, comme l’Irak, l’Iran et la Syrie, on trouve un nouvel État, encore inconnu, la bande de Gaza, on a du mal à comprendre."

Certes… mais pour qui a la curiosité de chercher sur le site de Shalom Akhshav, directement incriminé par les auteurs de cette douteuse littérature, voire sur celui d’American Peace Now ou sur le notre [2] on a surtout du mal à trouver la première lettre d’un tel appel adressé à quelque citoyen que ce soit de tout pays autre qu’Israël - pas plus la France, la Chine ou la principauté d’Andorre que n’importe quel État ou entité arabe.

Nous donnions sur cette liste il y a quelques jours le texte de la déclaration d’intentions à adresser, point selon nous essentiel, au chef des Forces armées israéliennes :

"Je me porte volontaire pour me mettre à la disposition des forces de sécurité israéliennes le jour de l’évacuation et pour apporter mon aide à la mise en œuvre de la décision gouvernementale concernant le retrait de Gaza et du nord de la Samarie. [3]"

À qui fera-t-on croire que celui-ci mobiliserait, le jour venu, des volontaires syriens, iraniens ou irakiens traversant nul ne sait comment de si paisibles frontières… ou des Palestiniens de Gaza en serviables voisins.

La désinformation est grossière mais, nous le savons depuis Ubu et quelques dictateurs, l’hénaurme est encore ce qui passe le mieux. Nous invitons donc nos lecteurs à opérer ces vérifications minimales sur nos sites et à relire la dépêche de Ha’aretz du 23 décembre traduite et diffusée sur cette liste.