L’Egypte au Hamas : libérez le soldat israélien, formez un gouvernement d’union nationale

Thème : Politique et société palestiniennes Diplomatie

Ha’aretz
mis en ligne le 27 septembre 2006

il y a bien deux Hamas : l’un en Palestine, l’autre en exil à Damas. Ce dernier énerve particulièrement l’Egypte par son attitude de blocage vis-à-vis de toute possibilité de compromis

http://www.haaretz.com/hasen/spages...

Ha’aretz, 27 septembre 2006

L’Egypte a exigé du Hamas qu’il libère immédiatement le soldat israélien capturé par un groupe palestinien lié à l’organisation islamiste, pour éviter que s’aggrave la crise dans une bande de Gaza accablée par la violence, ont dit hier mardi des officiels palestiniens et des diplomates arabes.

De son côté, le vice-premier ministre israélien Shimon Peres a accusé la direction du Hamas en exil, aujourd’hui basée en Syrie, d’être à l’origine du blocage de l’accord sur la libération du caporal Gilad Shalit. Khaled Mesh’al est à la tête de cette instance dirigeante du Hamas à Damas.

"C’est la direction [du Hamas] en Syrie qui fait monter la tension à Gaza", a déclaré Peres. "Ce sont eux qui empêchent la libération du prisonnier, ce qui fait continuellement monter la tension. Il faut se concentrer sur cette direction extrémiste à Damas".

L’exigence égyptienne a été exprimée dans une "lettre aux termes fort peu amènes" adressée par le puissant chef des services égyptiens de renseignement Omar Souleiman à Khaled Mesh’al, ont affirmé nos sources qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat à cause du caractère sensible de cette lettre.

Dans sa lettre, Souleiman exige également du Hamas de coopérer pleinement avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour former un gouvernement d’union nationale, mesure pour le moment bloquée par le refus de l’organisation islamiste de former une administration qui reconnaîtrait Israël.

Le message d’Omar Souleiman reflète l’impatience grandissante de l’Egypte à l’égard du Hamas. Depuis plusieurs mois, l’Egypte joue le rôle de médiateur et tente de parvenir à un accord sur un échange de prisonniers.

"Notre direction a reçu la lettre de l’Egypte aujourd’hui, et elle est en train de l’étudier, a dit un proche de Mesh’al à l’Associated Press depuis Damas.