Gaza : manif de Shalom Akhshav ce soir (2 mars 2008) à Tel Aviv

 

2 mars 2008

Communiqué de Shalom Akhshav (Israël)

Disons NON à une guerre inutile ! Il n’y a pas de solution militaire aux Qassams. Cessez-le-feu aujourd’hui !

Après un week-end de massacres au sud, ce cycle de tueries ne mène nulle part. Ce film, nous l’avons déjà vécu au Liban.

Lorsque l’armée occupait Gaza, il y avait déjà des tirs de Qassams. Son retour à Gaza ne résoudra rien.

Nous devons parvenir à un cessez-le-feu et retourner à la table des négociations. De toute façon, à la fin de l’opération militaire, un cessez-le-feu interviendra, alors pourquoi verser tout ce sang aujourd’hui ?

Ce soir, dimanche 2 mars 2008 à 19h, joignez-vous à nous et manifestons ensemble à Tel Aviv, devant le ministère de la défense.


Voici en outre quelques déclarations publiées ce jour par les principaux dirigeants du parti Meretz :

Yossi Beilin, toujours secrétaire général du Meretz, appelle le gouvernement à stopper l’escalade à Gaza, dont le prix en vies humaines augmente de minute en minute, et à répondre à l’offre de cessez-le-feu du Hamas. Pour lui, la conclusion à tirer de ces derniers événements est que la situation actuelle ne peut plus durer. Il ne faut pas qu’Israël ait recours à la violence, il ne faut pas laisser s’arrêter le processus diplomatique engagé, mais il faut au contraire éteindre rapidement le feu.

Zahava Gal-On : "Les tirs de roquettes sur le sud d’Israël sont inacceptables, mais les actions militaires israéliennes à Gaza ne les arrêtent pas, au contraire. Au lieu de se laisser entraîner dans le bourbier de Gaza, dans lequel on sait comment entrer, mais dont on ne sait pas comment sortir, le gouvernement doit rechercher un cessez-le-feu avec le Hamas à Gaza, et y inviter une force multinationale qui prendrait en charge ce qui se passe à Gaza."

Haïm Oron : "Il est du devoir du gouvernement, en ces jours difficiles, de rechercher toutes les possibilités de dialogue avec le Hamas par l’intermédiaire de médiateurs pour parvenir à un cessez-le-feu. Malgré la colère justifiée que nous ressentons à l’égard des tirs du Hamas sur Sderot et Ashkelon, le gouvernement doit résister à l’idée d’une réoccupation de Gaza."