Evacuation de Netzarim : la fin d’une ère

Thème : Retrait de Gaza

aujourd’hui, lundi 22 août 2005, avec l’évacuation de la colonie de Netzarim, une ère prend fin : celle de la colonisation par Israël de la bande de Gaza.

22 août 2005

Il y a eu inflation d’"événements historiques" ces derniers temps, mais celui-ci méritera probablement de rester : aujourd’hui, lundi 22 août 2005, avec l’évacuation ("en principe complète") de la colonie de Netzarim, une ère prend fin : celle de la colonisation par Israël de la bande de Gaza.

Netzarim était un symbole, à plusieurs titres, pour les Palestiniens et pour les Israéliens.

Isolée et donc difficile à défendre, cette enclave, située au centre de la bande de Gaza, a essuyé quasi quotidiennement des tirs palestiniens. Un peu partout, des panneaux placés par les colons signalaient : "c’est à Netzarim qu’Israël triomphera".

Au premier mois de l’intifada, le carrefour de Netzarim a été le théâtre d’un échange de tirs entre Israéliens et Palestiniens au cours duquel le jeune Mohamed A-Dura a trouvé la mort. Celui-ci est devenu emblématique du soulèvement palestinien.

Netzarim a également fait l’objet d’une déclaration d’Ariel Sharon, avant l’annonce du plan de désengagement, au temps, donc, où il défendait la colonisation de la bande de Gaza : "le sort de Netzarim sera le sort de Tel-Aviv". [1]

La colonie a été évacuée lundi sans violence, après une dernière prière. Dans la nuit, les colons avaient alerté la police pour qu’elle arrête trois jeunes extrémistes qui avaient écrit sur les murs : "Sharon, Hitler peut être fier de toi", et "Ygal [Amir, assassin de Rabin], nous avons besoin de toi".

Les Palestiniens qui vivent à proximité de Netzarim disaient lundi qu’ils comptaient les heures qui les séparaient du départ des colons.

Dans le cadre du plan de désengagement, deux colonies de Cisjordanie doivent encore être évacuées : Homesh et Sa-Nour, où sont retranchés plusieurs centaines d’irréductibles.

(sources : Ha’aretz, 22 août)